Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

5 conseils pour bien choisir son assurance-vie!

Les rendements des assurances-vie sont faibles. Evitez qu'ils ne soient plus faibles encore...

(mon argent) - Cette semaine, les assureurs ont une nouvelle fois plaidé pour la suppression du taux garanti en assurance de groupe. A l’occasion, les assureurs ont également laissé la porte ouverte à l’idée de supprimer le taux garanti pour les assurances-vie en général. Pareille demande n’est pas neuve… En 2006-2007 déjà, un projet d’arrêté royal avait d’ailleurs failli aboutir! Il était envisagé une révision périodique du taux de base garanti (par exemple mensuellement) basée sur la moyenne des taux observés quotidiennement pour les OLO au cours d’une durée donnée. Le taux étant modifié dès lors que l’écart par rapport aux taux précédemment en vigueur excède un ou plusieurs seuils! Cette idée reviendra-t-telle sur la table? C’est fort possible. Si les taux restent encore longtemps à bas niveau, la situation deviendra problématique pour les engagements à tenir à long terme (notamment les anciens contrats à 4,75%) même s'il y a encore de la marge dans les réserves des assureurs pour faire face. On parle ici de quelques années… Pas de panique, donc!

A taux zéro ou à taux de 2,5%?

Dans l’immédiat, faut-il privilégier les assurances qui, en plus du capital garanti, octroient un rendement minimum peu élevé - voire même un taux à 0%- et qui s’octroient la possibilité d’investir au maximum 20 ou 30% en actions? Ces titres n’ayant pas de durée fixe, les assureurs pourront être plus prompts à faire profiter leurs épargnants de résultats positifs.Tant que les Bourses resteront incertaines, les assureurs n’investiront toutefois que parcimonieusement sur le marché des actions.

"C’est pourquoi, souligne Luc Vermeylen, courtier, je suggère à ceux dont l’horizon de placement est de 5 ans au moins, de se tourner vers une assurance de la branche 21 avec un rendement minimum assez bas (1,80% ou 2%), mais dont le gestionnaire pourra investir jusqu’à 20% en capital à risque lorsque le moment sera opportun. En faisant ce choix, l’épargnant sera certain de percevoir au moins un rendement équivalent à ce qu’il aurait sur un compte d’épargne, tout en conservant la possibilité de bénéficier d’un rendement supérieur."

5 à 8 ans minimum

La durée minimale de 5 ans est justifiée par le besoin d’amortir les frais d’entrée (entre 0,5 et 1,5%), la taxe d’assurance (1,1%) et pour ne plus être pénalisé par des frais de sortie. Une durée qui ne devrait pas être un obstacle: selon Assuralia, c’est l’horizon de 8 ans qui est le plus souvent choisi par les épargnants, car il permet d’éviter le précompte mobilier (du moins si l’on n’a pas souscrit une couverture décès à 130%). "Mais 8 ans, c’est aussi l’horizon de placement minimum pour le gestionnaire du fonds, souligne Pieter Van Schuylenbergh (AG Insurance). En investissant essentiellement en obligations, dont majoritairement des obligations d’État bien diversifiées avec un horizon d’investissement de 8 à 15 ans, notre politique d’investissement repose sur la prudence. L’objectif de rendement moyen d’une telle assurance est de surperformer les taux long terme, ce que l’historique des rendements moyens prouve largement."

5 conseils pour bien choisir son contrat
  • 1. Demandez la composition du produit d’assurance. Plus la partie "actions" (jusqu’à 40%) est élevée, plus le rendement est potentiellement élevé… à l’instar du risque de déconvenue si les marchés boursiers sont peu porteurs.

  • 2. Ne vous laissez pas aveugler par les rendements alléchants des produits nouvellement lancés sur le marché, le plus souvent en octobre ou novembre. La période de lancement de nouveaux produits approche du reste à grand pas!

  • 3. Demandez si le fonds est cantonné: vous saurez alors si les bénéfices du produit dans lequel vous investissez lui seront dédiés complètement.

  • 4. Examinez attentivement la dénomination du produit dans lequel vous investissez. Souvent, un nom (Crest, First, etc.) renvoie à de nombreuses formules différentes.

  • 5. Examinez la régularité des performances d’un produit avant de souscrire. Des rendements en dents de scie posent (au moins) question.

1. Demandez la composition du produit d’assurance. Plus la partie "actions" (jusqu’à 40%) est élevée, plus le rendement est potentiellement élevé… à l’instar du risque de déconvenue si les marchés boursiers sont peu porteurs.

2. Ne vous laissez pas aveugler par les rendements alléchants des produits nouvellement lancés sur le marché, le plus souvent en octobre ou novembre. La période de lancement de nouveaux produits approche du reste à grand pas!

3. Demandez si le fonds est cantonné: vous saurez alors si les bénéfices du produit dans lequel vous investissez lui seront dédiés complètement.

4. Examinez attentivement la dénomination du produit dans lequel vous investissez. Souvent, un nom (Crest, First, etc.) renvoie à de nombreuses formules différentes.

5. Examinez la régularité des performances d’un produit avant de souscrire. Des rendements en dents de scie posent (au moins) question.

Samedi 2/10, gratuit avec L'Echo

Jusqu'où baisseront les rendements?

Les rendements des assurances-vie sont faibles. Evitez qu'ils ne soient plus faibles encore...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés