Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Avez-vous vraiment besoin d'une assurance pour skier en toute tranquillité?

Vos vacances aux sports d’hiver approchent à grands pas et vous craignez de ne pas être suffisamment couvert? C’est sans doute à tort. Démonstration.
©BSIP

Si vous avez déjà skié en Savoie en France, il y a de fortes chances que, lors de l’achat de votre forfait pour les remontées mécaniques en station, vous ayez déjà été sollicité pour ajouter au montant du forfait le "Carré Neige", une assurance ski (à partir de 2,90 euros par jour et par personne). Cette assurance vous couvre en cas d’accident de ski (ou de sports de neige) sur le domaine skiable (y compris le hors-piste accessible depuis les remontées mécaniques), d’accident lors de la pratique de la luge, de maladie pendant le séjour, d’incapacité de vous déplacer (si vous avez été victime d’un accident de ski ou de sport de neige). Elle peut aussi prendre en charge votre rapatriement à domicile, ainsi que, le cas échéant, celui des membres de votre famille avec votre véhicule.

Mais la souscription d’une telle assurance, ou de toute autre assurance de type "ski", "voyage" ou "assistance à l’étranger", est-elle vraiment nécessaire pour dévaler les pentes en toute tranquillité? Par forcément. Tout dépend de vos besoins.

Assurance via la mutualité

Avant de souscrire à la moindre assurance spécifique, faites d’abord le point sur les assurances que vous possédez déjà. Surtout si vous partez skier dans un pays proche, c’est-à-dire, au sein de l’Union européenne, en Suisse, en Norvège, en Islande ou même au Liechtenstein.

De fait, si vous êtes en ordre d’assurance aux soins de santé (sécurité sociale), sachez qu’une partie des frais médicaux que vous auriez à débourser sur votre lieu de villégiature sont couverts par l’assurance obligatoire en Belgique.

"Si vous êtes affiliés à une mutualité, vos frais médicaux à la montagne seront bien couverts."

Par ailleurs, en tant qu’affilié à une mutualité, vous bénéficiez de Mutas, l’assistance médicale urgente à l’étranger. Ce service d’assistance est organisé en commun par toutes les mutualités belges, à l’exception des Mutualités Libres. Il fait partie des avantages compris dans la cotisation que vous payez obligatoirement à votre mutualité. Mais chacune offre une couverture plus ou moins étendue. Avant votre départ, prenez donc bien le temps d’analyser les conditions d’intervention proposées par votre mutualité.

Par exemple, suite à une chute, vous vous cassez une jambe et vous vous retrouvez dans l’impossibilité de redescendre au bas des pistes. Pas de panique! Votre mutualité interviendra dans les frais médicaux sur place (par exemple, les consultations médicales, les médicaments prescrits…) ainsi que dans les frais de secours payés sur place à la suite de cet accident.

En pratique, ces frais vous seront remboursés à votre retour par votre mutualité (sur présentation des factures originales et preuves de paiement).

Cela dit, si l’accident nécessite de gros frais (par exemple les frais de secours pour vous descendre des pistes jusqu’à un poste médical ou le transfert vers un hôpital en ambulance ou en hélicoptère) et que vous n’avez pas forcément les moyens de les avancer à ce moment-là, le premier réflexe à avoir est de contacter immédiatement la centrale d’alarme de Mutas. Elle pourra ainsi ouvrir un dossier et intervenir auprès des prestataires pour que les factures soient directement prises en charge par Mutas. Vous obtiendrez ainsi toute l’assistance administrative et médicale nécessaire.

Donc, si ce n’est pas encore fait, facilitez-vous la vie en cas de soucis de santé lors de vos vacances à l’étranger en encodant dans vos contacts téléphoniques le numéro de la centrale d’alarme Mutas (ou de Mediphone Assist pour les affiliés aux Mutualités Libres) qui correspond à votre mutualité avant votre départ.

Hospitalisation

Si vos blessures nécessitent une hospitalisation, vous devez impérativement prendre contact avec la centrale d’alarme de Mutas dans un délai de 48 heures pour assurer la couverture des frais sur place.

Si vous n’avez pas emporté avec vous votre carte européenne d’assurance-maladie (CEAM) prouvant que vous êtes couvert par l’assurance soins de santé obligatoire en Belgique, Mutas enverra à l’établissement hospitalier une garantie de paiement ou des avances financières.

Bon à savoir
  • Grâce à votre mutualité, vous bénéficiez d’une assistance médicale urgente à l’étranger.
  • Ce service fait partie des avantages compris dans la cotisation que vous lui payez obligatoirement.
  • La plupart des mutualités (chrétiennes, socialistes, libérales, neutres et HR Rail) ont organisé un service d’assistance en commun: Mutas. Cela étant, chacune offre une couverture plus ou moins étendue.
  • Par conséquent, prenez bien le temps d’analyser les conditions d’intervention proposées par votre mutualité.
  • Les Mutualités Libres ont leur propre service d’assistance à l’étranger: Mediphone Assist.
  • Par contre, les personnes qui relèvent de la Caisse auxiliaire de l’assurance maladie- invalidité (CAAMI) ne sont pas couvertes par un service d’assistance à l’étranger.

Pour rappel, la CEAM est une carte nominative et à validité limitée dans le temps. Elle est disponible auprès de sa mutualité, mais elle peut aussi être délivrée par la mutualité en cas de problèmes de santé importants sur le lieu de villégiature, après appel auprès de la centrale d’alarme.

Notez que si vous disposez d’une assurance hospitalisation collective, il y a de fortes chances que celle-ci intervienne aussi dans le remboursement des frais médicaux à l’étranger (mais seulement en cas d’hospitalisation), notamment en avançant les frais d’hospitalisation. Une avance qui est – bien entendu – également prévue par les assurances ski, voyage ou assistance. Mais est-ce bien nécessaire vu que cette avance est déjà assurée par Mutas?

Rapatriement

Mutas intervient – en principe – aussi dans d’autres frais éventuels liés aux soins urgents reçus à l’étranger: frais de séjour, transport, frais de communication…

Par ailleurs, si cela s’avère nécessaire sur le plan médical, votre rapatriement – ainsi que celui d’un éventuel accompagnant – sera organisé et pris en charge par Mutas, à condition que cette couverture soit prévue par votre mutualité (d’où l’importance de bien prendre connaissance de la couverture prévue par votre mutualité avant votre départ).

Si vous trouvez que la garantie prévue par votre mutualité est insuffisante, alors il vaut mieux souscrire une assurance voyage qui prévoit le rapatriement – si nécessaire – de tous les membres de la famille.

Plafond et franchise

En fonction de ce qui est prévu par votre mutualité, il y aura lieu ou non de payer une franchise. Certains frais pourraient également être plafonnés. Par exemple, dans le cas de Solidaris, l’intervention dans les frais médicaux à l’étranger se fait sans franchise ni plafond. En revanche, pour les frais supplémentaires de déplacement et de séjour, l’intervention est plafonnée à 1.100 euros.

"Pour les frais médicaux à l’étranger, il n’y a ni franchise, ni plafond tant chez Solidaris qu’à la MC."

Même topo du côté de la Mutualité Chrétienne, Mutas intervient sans le moindre plafond pour les frais médicaux. En ce qui concerne les frais de séjour et de rapatriement, il y a néanmoins un plafond de 1.100 euros "Mais comme nous intervenons aussi pour d’autres frais sur place, c’est rare que ce plafond soit atteint, surtout dans les pays proches", selon les explications de Joëlle Delvaux, la porte-parole de la Mutualité Chrétienne.

Contrairement à Solidaris, la Mutualité Chrétienne prévoit une franchise. Si le montant de vos frais médicaux s’élève à 200 euros maximum, seule l’assurance soins de santé obligatoire interviendra. Elle représente globalement 75% des frais. Si les frais sont supérieurs à 200 euros, vous serez entièrement remboursé au-delà d’une franchise de maximum 60 euros. Y compris pour des frais de sauvetage en hélicoptère en cas d’accident sur une piste.

Assurance "ski"

Vous souhaitez quand même souscrire une assurance "ski", "voyage" ou "assistance" pour vos prochaines vacances à la montagne? Dans ce cas, comparez bien les diverses formules proposées, car les garanties peuvent fortement varier d’un assureur à l’autre.

Sachez qu’une assurance ski peut – en fonction des contrats – aussi couvrir les aspects suivants:

  • Une contribution financière dans le prix de location si votre matériel de ski a été endommagé;
  • Une intervention financière en cas de vol de matériel. Lors de la déclaration, un procès-verbal des autorités locales sera demandé;
  • Le forfait de leçons de ski ou de remontées mécaniques qui n’a pas pu être utilisé. L’assurance de type "Carré Neige" peut être utile à cet égard. À moins que l’on ait procédé à l’achat de tels forfaits avec une carte de crédit incluant aussi une assurance voyage;
  • Les frais non médicaux en lien avec un accident;
  • Les frais d’opérations de sauvetage et de recherche en cas d’accident hors-piste. Parfois, l’assureur posera comme condition que vous soyez accompagné d’un moniteur de ski professionnel;
  • L’annulation en cas de manque de neige. Certains assureurs offrent cette garantie, mais uniquement si le contrat a été conclu plus de 30 jours avant le départ;
  • La prise en charge de la visite d’un proche en cas d’hospitalisation prolongée;
  • La prise en charge des autres assurés et particulièrement des enfants (rapatriement, accompagnement, etc.);
  • L’organisation d’un retour anticipé en cas d’hospitalisation ou de décès d’un proche ou pour un sinistre grave au domicile;
  • L’intervention dans les frais supplémentaires de transport de retour et dans les frais éventuels de prolongation du logement en cas d’impossibilité de retour à la date prévue;
  • L’envoi des lunettes, prothèses ou médicaments sur place s’ils sont introuvables dans le pays de villégiature;
  • L’envoi sur place des titres de transport, de documents de voyage importants ou de bagages en cas de vol ou perte;
  • La prise en charge du rapatriement du véhicule de l’assuré par un chauffeur de remplacement.

Combien ça coûte?

Prenons le cas d’Europ Assistance qui propose différentes formules d’assurance "assistance ski". La moins chère revient à 29 euros par voyageur, c’est la "Temporaire Snow". Elle couvre vos frais médicaux jusqu’à 250.000 euros pour un seul voyage (tandis que les frais de recherche et de sauvetage sont couverts moyennant un plafond de 5.000 euros). Elle prévoit le rapatriement médical et le retour anticipé, une assistance sur et hors des pistes de ski, une intervention en cas de catastrophe naturelle et une prise en charge du forfait de remonte-pente et du forfait de leçons de ski qui n’ont pas pu être utilisés.

Ceux qui veulent être couverts en cas de bris de skis ou de snowboard (ou couverts jusqu’à 15.000 euros pour les frais de recherche et de sauvetage) doivent souscrire l’assurance "Sport" qui revient à 160 euros. Mais pour ce prix, la couverture des frais médicaux est illimitée pour tous les voyages effectués dans l’année et partout dans le monde (ce qui n’est pas le cas d’une mutualité qui couvre – dans les grandes lignes – les frais médicaux pour un séjour à l’étranger en Europe et seulement quelques destinations ailleurs dans le monde).

Mais peu importe votre choix chez Europ Assistance, si vous souhaitez également une assistance dépannage pour votre véhicule en Europe, il faudra souscrire à cette option en sus. Dans le cas de la Temporaire Snow, elle revient à 35 euros. En résumé, pour assurer deux adultes – ainsi qu’un véhicule – pour un voyage unique, la facture s’élève à 93 euros.

Dans le cas de l’assurance "Sport", l’assistance auto de base revient à 55 euros. Soit 215 euros pour un adulte qui voyage seul. S’il y a deux adultes dans le contrat, la facture annuelle revient à 245 euros.

Autre exemple: Allianz Assistance propose une assurance assistance temporaire à 25 euros pour un voyageur seul (et à 38,40 euros pour deux voyageurs). Celle-ci couvre vos frais médicaux de manière illimitée à l’étranger ainsi que les frais de recherche et de secours jusqu’à 6.250 euros. Même topo pour les frais de suivi médical en Belgique: ils sont couverts à concurrence de 6.250 euros. De plus, elle rembourse aussi les activités sportives et la location du matériel de sport en cas d’hospitalisation ou de rapatriement.

Pour ceux qui veulent prévoir une assistance dépannage et remorquage d’un véhicule en sus, la prime totale revient à 32,50 euros pour un voyageur seul et à 54,40 euros pour deux voyageurs.

Europ Assistance et Allianz ne sont pas les seuls acteurs du marché. Donc, avant de souscrire un contrat d’assistance, prenez la peine de comparer les différentes couvertures offertes par de tels contrats, mais également les exclusions.

Mise en garde?

Pour terminer, sachez que si vous comptez pratiquer du ski ou du snowboard hors piste, il vous est conseillé de souscrire une assurance spécifique couvrant ce risque car la pratique de sports dangereux est généralement exclue des assurances-voyage à l’étranger.

Mais surtout, peu importe(nt) le(s) contrat(s) d’assurance qui vous couvre (nt) (même celle prévue par votre mutualité), vous ne bénéficierez d’aucune intervention pour un accident si son origine est due à une consommation excessive d’alcool ou à la prise de substances stupéfiantes.

Cela dit, dans son cas, la Mutualité Chrétienne tient à nuancer cette exclusion: "Il faut vraiment qu’il y ait une faute grave pour que nous n’intervenions pas", a conclu Joëlle Delvaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés