mon argent

Conduite d'eau gelée? Qui paie?

Les canalisations des bâtiments sont mises à rude épreuve durant l’hiver, et il n'est pas rare que le froid polaire fasse éclater les conduites d’eau dans et autour de votre logement. Les dégâts des eaux causés sont couverts par la police d’assurance incendie de votre habitation. Mais cette couverture peut varier selon l’assureur...

Le volet "dégâts des eaux" de votre assurance incendie couvre souvent les dé­gâts des eaux créés suite à une fuite, à une fis­sure dans les ca­na­li­sa­tions d’eau où à une infiltration à travers la toiture. Les dé­gâts pris en compte sont ceux cau­sés aux pla­fonds, aux meubles, aux murs, aux tapis, au pa­pier-peint, au par­quet, etc. Les frais que vous engagerez pour évi­ter des dé­gâts ou pour en li­mi­ter les consé­quences sont éga­le­ment rem­bour­sés. Par ailleurs, vous êtes obli­gé de prendre le plus ra­pi­de­ment pos­sible les me­sures né­ces­saires pour li­mi­ter les dé­gâts (et donc les frais). Si vous avez une assurance contenu, vous pouvez y faire appel pour couvrir les dégâts aux fauteuils par exemple.

... uni­que­ment les dé­gâts des eaux rem­bour­sés

Généralement, l’as­su­reur ne rem­bourse pas la ré­pa­ra­tion de l’ins­tal­la­tion dé­fec­tueuse. Si vous avez subi des dé­gâts cau­sés par le gel de votre ins­tal­la­tion de chauf­fage ou conduites d’eau, seule la ré­pa­ra­tion des dé­gâts sera rem­bour­sée. Vous ne re­ce­vrez aucun rem­bour­se­ment sur les frais liés à la ré­pa­ra­tion de votre ins­tal­la­tion de chauf­fage ou de vos conduites d’eau. "Les assureurs n’interviennent pas non plus pour des bâtiments abandonnés sans protection par temps de gel. Il est conseillé de vérifier ce que dit votre police d’assurance à ce sujet", conseille Assuralia.

... et les frais de re­cherche

Si la fuite d’une ca­na­li­sa­tion d’eau est si­tuée dans un mur, l’as­su­rance peut in­ter­ve­nir (si c'est prévu dans le contrat) pour les frais de re­cherche de son em­pla­ce­ment exact. Si le sol, le mur ou le pla­fond doivent être ou­verts, les frais peuvent être très im­por­tants.

Ré­si­dences se­con­daires

Ce­pen­dant, l’as­su­rance ne paie­ra pas tou­jours tout. Sur­tout lors­qu’il s’agit de ré­si­dences se­con­daires ou de mai­sons de cam­pagne que vous n’oc­cu­pez qu’oc­ca­sion­nel­le­ment. Vous devez, en bon père de fa­mille, prendre de ma­nière pré­ven­tive les me­sures né­ces­saires pour évi­ter des dé­gâts. Son­gez par exemple à vider les ins­tal­la­tions in­té­rieures ou à pré­voir suf­fi­sam­ment de chauf­fage pour évi­ter le gel.

Cer­tains as­su­reurs éta­blissent un délai maxi­mum d’in­oc­cu­pa­tion d’une ré­si­dence se­con­daire. Mieux vaut lire avec at­ten­tion votre po­lice d’as­su­rance, car les condi­tions va­rient selon les as­su­reurs.

Quand se­rez-vous rem­bour­sé?

Si vous avez subi des dé­gâts, vous devez rem­plir une dé­cla­ra­tion chez votre as­su­reur le plus ra­pi­de­ment pos­sible. L’as­su­reur pré­voit sou­vent quelques me­sures d’ur­gence ra­pi­de­ment ap­pli­cables. Il peut s’agir d’une assistance qui prévoit l’exécution de réparations urgentes, la mise à disposition temporaire d’un logement, la prise en charge des enfants ou la garde du mobilier.

Eta­blis­sez éga­le­ment une liste des biens en­dom­ma­gés et pre­nez des pho­tos des dé­gâts au mo­ment où vous les dé­cou­vrez.

Les dé­gâts cou­verts par la po­lice d’as­su­rance sont ra­pi­de­ment rem­bour­sés. Un ex­pert ou un ins­pec­teur se ren­dra sur place pour consta­ter et éva­luer les dé­gâts. En règle gé­né­rale, vous re­ce­vrez l’ar­gent dans les 30 jours sui­vant l’ac­cord éta­bli avec votre as­su­reur concer­nant le mon­tant du rem­bour­se­ment.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n