Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

L'assurance dentaire pourrait augmenter jusqu'à 8,5%

L’indice médical laisse augurer une nette hausse des primes d'assurance dentaire. Pour l'assurance "hospi", l'augmentation sera limitée.
©Tim Dirven

Les assureurs et les caisses d’assurance maladie sont autorisés à ajuster annuellement les primes d’assurance hospitalisation individuelle, de l’assurance obligatoire et de l’assurance dentaire complémentaire pour tenir compte de l’augmentation des coûts des soins de santé.

"L'évolution de l'indice pour hospitalisation en chambre simple est fortement inférieure à l’évolution du remboursement moyen pour ce type de chambre."
Lies Dobbelaere
Responsable presse, Mutualités libres

Or, si l’on se réfère à l'indice médical publié le 1er juillet, les  augmentations tarifaires maximales suivantes sont possibles :
- Assurance soins dentaires : +8,5%
- Soins ambulatoires : + 8,04%
- Assurance hospitalisation : +1,17% en chambre simple, +5% en chambre double.

Primes liées à l'âge

Certains assureurs facturent des primes différentes en fonction de catégories d’âges. Ainsi, l’assurance soins dentaires pour les jeunes de moins de 19 ans pourrait être augmentée jusqu’à 6,9% et même 10% pour les 20-49 ans. Il s’agit évidemment des augmentations maximum autorisées. La prime de votre assurance n’augmentera donc pas forcément dans de telles proportions puisque les mutuelles et les assureurs privés sont libres de faire jouer la concurrence.

+10%
Le tarif de L'assurance dentaire
Pour les 20-49 ans, la hausse pourrait même aller jusqu'à 10%

Date d'échéance annuelle

L'ajustement des primes (des franchises et des conditions) intervient à la date d'expiration annuelle du contrat. L'indexation se fait alors soit sur la base de l’indice des prix à la consommation (qui atteindra 0,6%  pour 2020, chiffre de juin), soit sur la base de l’indice médical, si l'évolution de celui-ci est plus élevée.

Pas d'augmentation immédiate

Mais quand ces hausses tarifaires risquent-elles d'intervenir?
"A ce stade, DKV n'a pas encore pris de décision à ce sujet puisque les adaptations des primes de nos contrats individuels ne se font qu’au 1er janvier", précise Emmanuel de Talhouët, membre du comité de direction de DKV.

Chez AG Insurance, "pour les assurances collectives souscrites par les employeurs (contrats annuels), tant en hospi qu’en ambulatoire, nous adoptons une approche sur mesure . Pour les contrats individuels, nous appliquons l'indice médical avec comme minimum le taux d’inflation. On applique ce mécanisme par tranche d’âge", précise Benoit Halbart, Director Marketing & Communication Employee Benefits/Health Care

Du côté des Mutualités libres, les éventuelles adaptations de primes applicables au 1er janvier 2021 seront décidées fin octobre.
"L'évolution de l’indice pour l’hospitalisation en chambre simple est fortement inférieure à l’évolution du remboursement moyen pour ce type de chambre", constate Sandrine Noel, Director of Operations. " Une révision du mode de calcul de l’indice médical est nécessaire afin de mieux correspondre à l’évolution réelle. Les travaux initiés par le SPF Economie à cet effet en 2018 ont malheureusement été interrompus."

Chez Solidaris, la question sera examinée à la rentrée pour décision en septembre-octobre. "Le choix de l’indice à utiliser se fait à la lumière des résultats propres de nos produits et dans le souci de limiter au strict minimum nécessaire l’augmentation de nos primes."

Enfin, la Mutualité chrétienne rappelle qu'elle n'adapte ses primes qu'une fois par an, en janvier.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés