La branche 21 n'est pas encore un bois mort

©Vincent Dubois

Si la branche 21 garde une longueur d’avance sur les autres produits d’épargne classiques et conserve ses adeptes, elle perd du terrain. Les clients se risquent de plus en plus volontiers sur la branche 23.

Les assureurs qui sont actifs sur le segment de l’assurance-épargne se targuent de continuer à offrir des rendements honorables et solides malgré la faiblesse des taux. C’est-à-dire légèrement au-dessus de 2% brut pour les meilleurs, en 2017, si l’on se réfère aux premiers chiffres qui viennent d’être publiés sur guide-epargne.be. Mais le tableau n’est pas encore complet!

"Tous les rendements ne sont pas encore connus, mais jusqu’à présent, ce sont Federale Assurance avec le Vita Pension (2,3% net) et le Self Life Dynamico (2,05%) de Generali qui tiennent la corde. Notez toutefois que le taux du Vita Pension, de 1,25% qui est plus élevé que les autres ne sera garanti que jusqu’à la fin 2018. Néanmoins, ces deux produits ont obtenu d’excellents résultats durant les dernières années", note Kristof De Paepe, fondateur de ce comparateur en ligne.

Pour lui, l’assurance-épargne conserve son public, même si elle est moins populaire depuis quelques années. "S’agissant d’une alternative au compte d’épargne, au compte à terme ou au bon de caisse, ses avantages restent bien réels, note-t-il. Le rendement est plus élevé, garanti, et le produit est garanti par l’État à hauteur de 100.000 euros par personne. Sans compter que si les taux augmentent, on peut en profiter." De ce point de vue, effectivement, il n’y a pas photo avec sa concurrence directe et ces assurances conservent des adeptes.

AXA avait cependant semé le doute sur le marché en adoptant une approche radicale: "Nous avons arrêté de proposer de nouveaux contrats d’assurance-placement individuels depuis le 1er janvier 2017", rappelle sa porte-parole Chloé Tillieux.

Mais AG Insurance, le leader du marché, se veut plus rassurant. "Nous restons très actifs sur ce marché car même si les taux sont très bas, de nombreux clients recherchent toujours une protection de capital assortie d’une garantie de rendement", indique Valérie Gauthier, responsable développement marchés. AG Insurance a offert l’an dernier un rendement global de 2% aux clients retail, "ce qui est très intéressant intrinsèquement, mais ne suscite évidemment pas un ‘effet waouh’", reconnaît-elle.

©MEDIAFIN

Shift vers la branche 23

Face aux rendements peu affriolants, les épargnants se sont enhardis et sont désormais prêts à prendre davantage de risques. Pour plus de potentiel, il faut se tourner vers la branche 23. Et tous les assureurs confirment observer un shift progressif. "34% des clients retail ont opté pour la branche 23 en 2017, ce qui représente un quasi doublement par rapport à 2016, note Valérie Gauthier. Mais on ne propose pas cela à tout le monde, il faut procéder à une analyse des besoins et des risques au cas par cas."

"La branche 21 a encore un avenir, mais pour les profils de risque très prudents", estime pour sa part Bruno Peelman, responsable marketing & communication chez Generali.

"Les taux d’intérêt restent bas, mais nous sommes néanmoins satisfaits de pouvoir offrir un rendement de 2,05% pour nos produits à taux d’intérêt garanti", note Tom Vanham, CEO de Generali.

Signe des temps, la compagnie déclare qu’elle "continue à se concentrer sur les assurances vie de la branche 23 et propose un large éventail de fonds qui se distinguent par d’excellentes performances. De plus en plus d’investisseurs sont prêts à prendre des risques", poursuit Tom Vanham.

AG Insurance propose même une solution de transition aux profils défensifs qui sont tentés par un saut en branche 23. Le Smart Invest Bon Europe Diversity Impact 2028/2: une assurance de branche 23 qui a pour particularité que même en cas d’évolution défavorable de l’indice iSTOXX Europe Diversity Impact Select 30 EUR (Price), le montant net investi – hors taxe et frais d’entrée – est 100% protégé au terme du fonds (10 ans). "La thématique d’investissement est également intéressante", souligne Valérie Gauthier, car il s’agit d’une sélection de 30 actions d’entreprises européennes impliquées dans la promotion de la diversité au travail et la lutte contre la discrimination.

Comment choisir?

Si vous envisagez de conclure une assurance-épargne de branche 21, "le critère principal à privilégier lors de votre choix est l’historique du produit. S’il existe déjà depuis des années, s’il est stable et a toujours offert un rendement intéressant, il y a de fortes chances que ce soit encore le cas à l’avenir", estime Kristof De Paepe. Les nouveaux produits lancés sur le marché sont souvent plus hasardeux, met-il en garde. "Certaines banques lancent un nouveau produit, puis en relancent un autre quelques années après, et l’ancien affiche un rendement plus faible…"

Pour rappel, le rendement d’une assurance-épargne de branche 21 se compose de

• Un taux garanti (en ligne avec les taux obligataires sur le marché) mais qui peut descendre légalement à 0%. Ces dernières années, il a tendance à s’effriter de plus en plus.

•Une éventuelle participation au bénéfice, en fonction des résultats de l’assureur et de la situation sur les marchés financiers.

Un produit qui affiche un taux garanti moins élevé n’est pas forcément moins intéressant. Il peut en effet être compensé par une participation aux bénéfices plus élevée. Cette formule permet aux assureurs d’investir les primes de façon plus dynamique.

Vérifiez sur quelle période la garantie de taux s’applique. Certains contrats ne garantissent le taux que la première année. Les assureurs peuvent toujours diminuer le taux garanti, mais le nouveau taux ne s’appliquera alors qu’aux versements ultérieurs.

Fiscalité et frais

Pour qu’une assurance-vie de branche 21 (ou assurance- épargne) donne son meilleur potentiel, il est essentiel d’avoir un horizon d’épargne d’au moins 8 ans. Au-delà, vous n’êtes en effet plus redevable du précompte mobilier (30%) sur les intérêts quand vous touchez votre capital. Par contre, si vous voulez récupérer votre capital dans les huit premières années, vous devrez payer le précompte mobilier de 30% sur les intérêts fixés forfaitairement à 4,75% par an (!), ce qui est une tuile si les intérêts réellement perçus sont nettement inférieurs, comme c’est le cas aujourd’hui.

Tenez compte également de

- La taxe de 2% qui est prélevée lors du versement des primes.

- Des frais d’entrée. Conseil: pensez à les négocier, c’est une pratique courante!

- Des frais de sortie (en général ils sont dégressifs).

- Des frais de gestion (facturés périodiquement).

Chez certains courtiers, ces frais peuvent atteindre jusqu’à 6,5% ou 7%, met en garde guide-epargne.be.

"Depuis janvier 2018, la régulation européenne oblige à fournir une fiche (Key ID) qui permet de comparer les produits d’assurance et de vérifier notamment en un coup d’œil l’incidence des frais sur le rendement en fonction de l’horizon du placement", rappelle Valérie Gauthier d’AG Insurance.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content