Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Avez-vous intérêt à souscrire une assurance assistance?

En 5 ans, le nombre d’accident d’auto impliquant des Belges à l’étranger a augmenté de 49%. Dans bien des cas, la souscription d’une assurance assistance permet d’éviter des catastrophes … financières.
©Hilz, Peter/Hollandse Hoogte

On a tendance à partir en vacances le cœur léger. Mais ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’on ne risque pas de tomber malade, d’être victime d’un accident ou de subir une panne. Les derniers chiffres publiés par Touring à ce sujet sont éloquent: "en cinq ans, nous avons constaté une augmentation d'environ 49 % du nombre d'accidents de voiture impliquant des Belges à l’étranger" explique Danny Smagghe, le porte-parole de la compagnie. En 2008, nous comptabilisions 354 interventions. L’an dernier, ce nombre s’élevait à 527 et cette année, nous avons déjà atteint 394 cas."

Toujours selon Touring, la plupart des accidents sont dus à l'inattention, à la nonchalance et à la fatigue. L’augmentation continue est surtout due au fait que de plus en plus de personnes partent en voiture en Europe de l’Est. La Croatie, par exemple est devenue une destination très populaire. On y a noté une augmentation d’environ 20 % des accidents sur les cinq dernières années. En outre, à l’étranger, on est moins familiarisé avec les règles de la circulation et la façon de conduire des habitants.

De 3.000 à 160.000 euros

Touring dénombre des blessés dans 8 à 10 % de ces accidents à l’étranger. Dans ce cas, la voiture doit être rapatriée de même que les occupants après une hospitalisation éventuelle dans un hôpital local. Les coûts d’un tel rapatriement sont très élevés. "Pour les personnes qui n’ont pas de contrat d’assistance, c’est une vraie catastrophe", avertit Danny Smagghe. "Un exemple ? Un accident de moto aux Etats-Unis pour lequel  l’intervention et le long séjour à l’hôpital ont coûté plus de 160.000 euros. Le rapatriement d’un véhicule coûte environ 3.000 euros, selon la distance. Le rapatriement médical d’une personne au départ de l’Espagne coûte en moyenne 11.000 euros. Dans d’autres pays, cela peut s'élever à plus de 30.000 euros, hors frais médicaux."

Une assurance voyage peut donc adoucir les conséquences financières de telles mésaventures. Elle couvre tous les coûts, techniques et médicaux. Notez que "l’assistance" peut concerner aussi bien les personnes qu’un véhicule. En effet, un même contrat peut comprendre les deux facettes, mais il est aussi possible de les assurer séparément. La plupart des assurances voyage vous couvrent dans le monde entier. Mais certaines se limitent à l’Europe ou excluent des pays "politiquement instables" ou en guerre. En outre, la garantie joue à l’étranger mais peut aussi s’avérer utile en Belgique.

1. Assistance aux personnes

Une chute à ski? Malade ou hospitalisé en voyage? Vous pourrez récupérer une partie des frais médicaux et éventuellement ceux de votre rapatriement auprès de votre mutuelle ou de votre assurance hospitalisation. Mais une assurance voyage complémentaire "assistance aux personnes" va plus loin. Non seulement elle vous rembourse les frais d’une hospitalisation et de médecin, mais elle prend aussi en charge les frais d’opérations de recherche et de sauvetage, la venue sur place d’un membre de la famille (par exemple si vous êtes hospitalisé), un retour anticipé pour cause d’hospitalisation ou de décès d’un membre de la famille, un dommage à votre habitation, une intervention dans les frais supplémentaires dus à votre retour ou un éventuel prolongement de votre séjour, etc.

L’assurance voyage prévoit d’autres assistances logistiques comme l’envoi de documents importants ou de bagages en cas de perte ou de vol, l’envoi de lunettes, d’une prothèse ou de médicaments qu’on ne trouve pas sur son lieu de séjour.

Quid des maladies existantes? On entend par là toute circonstance connue ou présente au moment où vous avez souscrit l’assurance et qui est susceptible d’occasionner un dommage. "Par le passé, c’était toujours exclu. Mais les assureurs ont désormais tendance à faire preuve de plus de souplesse. La plupart des polices accepteront des maladies assez stables qui n’ont pas donné lieu à des changements de traitement pendant une certaine période", précise Jos Speybrouck, coordinateur du Centre de connaissance en droit du voyage Vives.

2. Assistance véhicules

Un pneu crevé ou une panne? Un accident de la route? Le volet "assistance voiture" doit vous venir rapidement en aide. Les couvertures possibles sont le service de dépannage, l’enlèvement du véhicule après une panne ou un accident, les frais de garage, le rapatriement du véhicule et de ses occupants, l’assistance en attendant la réparation (voiture de remplacement ou frais d’hôtel), l’envoi des pièces de rechange, l’aide en cas de vol, l’ouverture de la voiture si vous avez "laissé" les clés à l’intérieur, une garantie pour votre remorque ou votre caravane, etc. "Vous avez intérêt à vérifier quelle est la couverture que vous garantit déjà votre assurance voiture", conseille Jos Speybrouck. Dans certains cas, un volet "accident" lié à l’assistance paie une indemnité en cas de décès ou d’invalidité permanente suite à un accident intervenu pendant votre voyage.

Il est possible de souscrire une assurance voyage par plusieurs canaux: par le biais d’une carte de crédit (formule assez chère), auprès de la marque de votre voiture, via un complément à votre assurance auto, lors de la réservation de vos vacances dans une agence de voyages ou chez un TO, ou en signant un contrat distinct chez votre courtier. Par conséquent, vous risquez d’être assuré deux, voire plusieurs fois pour les mêmes types de risques. Mais les garanties ne sont pas toujours très claires. La couverture proposée et les montants assurés peuvent varier très sensiblement en fonction du type d’assurance.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés