Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

L'assurance obsèques est-elle utile?

Les obsèques coûtent souvent très cher. Vous pouvez pourtant assurer ces frais en contractant une assurance obsèques. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce type d'assurance? Et à quoi devez-vous être attentif lorsque vous souscrivez cette police?

(mon argent) -  Une étude de l’assureur obsèques DELA réalisée auprès des entrepreneurs de pompes funèbres dans notre pays montre que les coûts des obsèques ont quadruplé en l’espace de trente ans: de 919 euros en moyenne en 1978 à 3.910 euros en 2008. Les obsèques coûtent d’ailleurs largement plus en Flandre qu’en Wallonie: 4.010 euros par rapport à 3.344 euros. Attention: ces montants ne comprennent pas les frais de dalles funéraires.

Capital, en nature ou les deux

Si vous voulez éviter que vos héritiers doivent payer une facture d’obsèques élevée, vous pouvez souscrire une assurance obsèques. Sur le marché belge, on trouve trois types d’assurances obsèques: assurances capital-décès, assurances en nature et combinaison des deux.

Quelle est précisément la différence? Avec une assurance capital-décès, vous épargnez un certain montant. Lorsque vous décédez, le bénéficiaire perçoit cette somme dans le cadre de cette police. Vous pouvez choisir librement la personne que vous désignez comme bénéficiaire : partenaire, enfants… voire même l’entrepreneur des pompes funèbres. Il est important de tenir compte du fait que les frais des funérailles augmentent sans arrêt. Mieux vaut donc choisir une indexation des sommes assurées. Si vous ne le faites pas, il est probable que vos héritiers ne parviennent pas à s’en sortir avec le montant épargné.

Une assurance obsèques en nature ne distribue pas de capital, mais couvre une partie des services liés aux obsèques. Ainsi toutes les formalités administratives sont-elles réglées, les faire-part de décès et les cartes de remerciement imprimées, tous les rendez-vous pris par l’entreprise de pompes funèbres. Vous pouvez généralement communiquer vos souhaits personnels à votre assureur. Le cas échéant, les funérailles se dérouleront comme vous l’avez toujours souhaité. Pensez par exemple à votre morceau de musique préféré.

Il existe également des polices mixtes, qui offrent à la fois un capital et un service en nature. Si le capital assuré est supérieur en fin de parcours à la facture  totale des obsèques, les bénéficiaires perçoivent le solde.

Les pompes funèbres restent trop obscures…

En octobre 2009, des enquêteurs du Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs (CRIOC) ont visité 36 entreprises de pompes funèbres en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie. Ils ont constaté qu’il n’était pas évident d’obtenir des informations permettant de comparer les prestations et les prix. Souvent, les entreprises ne fournissent en effet des détails qu’au moment où le client a signé un contrat. Voici le constat dresssé à l’issue de l’enquête sur le terrain:

  • Si les entreprises de pompes funèbres sont disponibles 24h/24, les heures d’ouverture , elles, sont limitées.
  • 4 entreprises de pompes funèbres sur 10 réclament un certificat de décès avant de réaliser un devis.
  • 6 sur 10 ont remis un devis au client, mais si 2/3 l’ont fait spontanément, dans les autres cas, le client a dû insister.
  • Seule la moitié des entreprises de pompes funèbres a fourni un devis formel, incluant les divers postes. Les autres ont remis un devis manuscrit sans détails.

Il n’est donc pas évident de comparer les prestations: prix du cercueil, de la mise en bière, les taxes, du corbillard, des formalités et des porteurs. D’autant que dans un cas sur deux, le devis n’inclut pas le transport…
L’enquête a permis d’établir que le prix varie de 1.830 euros à 3.590 euros. Le coût global des obsèques est de 2.711 euros en moyenne.
Dans la comparaison des prix, on constate une différence significative pour le même poste. Ainsi, un corbillard coûte 250 euros dans une entreprise et 542 euros dans une autre.

Combien payez-vous?

La prime que vous devez débourser dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord de la formule d’assurance pour laquelle vous optez (assurance capital ou en nature, ou une combinaison des deux).

Dans le cas de l’assurance capital-décès, il est logique que le montant assuré détermine partiellement votre prime : plus la somme assurée est élevée, plus la prime est importante. Autre critère important : l’âge lors de la souscription du contrat. Plus vous êtes jeune, plus la prime est faible. La probabilité existe que votre assureur obsèques vous soumette un questionnaire médical ou vous propose une visite chez le médecin.

Prime unique ou récurrente

Vous pouvez opter pour une prime récurrente, ce qui suppose que vous payiez une prime déterminée à des intervalles réguliers. Ce versement peut être mensuel, trimestriel, semestriel ou annuel. Certains assureurs limitent le paiement de la prime dans le temps, par exemple jusqu’à votre 65e ou votre 80e anniversaire.

Il est également possible de verser en une seule fois la prime intégrale. Ce n’est cependant pas toujours avantageux. Vous ne disposez alors plus de cet argent et manquez les intérêts associés.

"Sur mesure" fiscal

Les primes d’une assurance en nature ne produisent pas d’avantage fiscal, par définition. L’assurance capital peut être avantageuse fiscalement, même si plusieurs conditions doivent être remplies. Vous pouvez récupérer fiscalement jusqu’à 30 à 40% de votre prime. A quelles conditions?

  • Vous devez souscrire la police avant votre 65e anniversaire.
  • Le bénéficiaire doit être votre époux(se) ou un parent jusqu’au deuxième degré.

Les avantages fiscaux dans le cadre d’une assurance capital atterrissent aussi dans le panier de déduction fiscale de même que les amortissements du capital et des intérêts dans le cadre de votre crédit logement, votre assurance de solde restant dû et les éventuelles autres assurances-vie. Il est dès lors possible que ce panier soit déjà garni totalement, de sorte que l’assurance capital ne produise plus d’avantage fiscal. Il est alors préférable de ne pas intégrer la police dans votre déclaration fiscale. Si vous le faites, le fisc retiendra 10% sur le capital final assuré, alors que vous n’avez bénéficié d’aucun avantage.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés