mon argent

L'assurance voyage: taillez-vous une protection sur mesure

©Sarah Vanbelle

Pour être vraiment en vacances, il faut partir l’esprit tranquille. Rien de tel qu’une assurance assistance, mais comment choisir celle qui vous convient?

Dans l’ensemble, une assurance assistance offre une couverture, des garanties et des plafonds d’indemnisation bien plus larges que le remboursement de vos soins de santé ou un service de rapatriement. Par conséquent, il peut être aussi intéressant d’en souscrire une même si vous ne voyagez qu’en Europe. Pour savoir laquelle choisir, vous devez d’abord établir vos préférences, notamment en matière de couverture: européenne ou mondiale, intervention limitée ou illimitée pour les frais médicaux, assistance sur et hors des pistes de ski, etc.

1. Quelle couverture pour vos soins de santé?

Lorsque vous avez besoin de soins de santé à l’étranger, votre mutualité rembourse vos soins selon le tarif belge, à condition que vous soyez dans un pays de l’Union européenne, en Suisse, en Norvège, en Islande, au Liechtenstein ou même en Australie.

Si vous disposez d’une assurance hospitalisation via votre employeur, il y a de fortes chances que celle-ci intervienne aussi dans le remboursement des frais médicaux à l’étranger en cas d’hospitalisation.

Dans certains pays, moyennant le retrait de documents auprès de votre mutuelle, vous bénéficiez des mêmes soins de santé et des mêmes remboursements que les autochtones. C’est le cas pour l’Algérie, la Macédoine, le Maroc, le Monténégro, la Serbie, la Turquie et la Tunisie.

Pour tous les autres pays du monde, vous avez intérêt à souscrire une assurance assistance pour bénéficier du remboursement de vos soins de santé. Surtout que dans certains pays, comme les États-Unis par exemple, le coût d’une hospitalisation peut rapidement se chiffrer à plusieurs milliers d’euros (qu’il faudra payer directement sur place à défaut d’avoir une assurance assistance).

Guide Assurances 2019

Samedi 19/10, gratuit avec L'Echo

10 assurances passées au crible

→ Décodez les notes de bas de page en petits caractères

Ceci dit, si vous disposez d’une assurance hospitalisation via votre employeur, il y a de fortes chances (vérifiez votre couverture) que celle-ci intervienne aussi dans le remboursement des frais médicaux à l’étranger (mais seulement en cas d’hospitalisation).

Si c’est le cas, vous pourriez donc éventuellement vous passer d’une assurance assistance. Surtout si vous voyagez uniquement en Europe, comme 78% des Belges (selon une enquête d’Europ Assistance, NDLR), et que vous voyagez seul.

2. Faut-il inclure le rapatriement?

Si vous voyagez en famille, une assurance assistance permettra à tous ses membres d’être rapatriés (si nécessaire) alors que votre mutualité n’interviendra que pour le rapatriement de la personne malade ou blessée.

3. Peut-on uniquement souscrire une assurance annulation?

Vous pouvez également souscrire une assurance annulation indépendamment de l’assurance assistance, si vous estimez que vous n’avez finalement pas besoin de cette dernière. L’assurance annulation permet de récupérer tout ou partie de votre argent si vous avez réservé un voyage et que vous n’avez pas pu l’entreprendre pour cause d’imprévu (maladie, décès, seconde session, licenciement, etc.)

4. En quoi consistent les garanties supplémentaires?

Vous pouvez opter pour une assurance assistance qui vous offre des garanties supplémentaires, comme le remboursement des jours de voyage non consommés, une intervention en cas de catastrophe naturelle, une assurance bagages, une assurance annulation ou encore une assurance véhicule (qui interviendra par exemple pour des pannes, des frais de remorquage, de rapatriement, mais jamais pour des frais de réparation).

En pratique

→ Quel niveau de prime?

En fonction de vos choix, votre assurance annuelle coûtera de 50 à près de 300 euros.

→ Assurance annuelle ou temporaire?

Il existe des assurances temporaires (qui durent le temps d’un voyage et qui sont souvent vendues en agence), mais elles ne sont en principe pas conseillées, car elles offrent des garanties plus limitées.

De plus, "si vous voyagez au moins deux fois par an, l’assurance annuelle est, sans équivoque, la plus avantageuse en termes de coûts", selon Patrick Cauwert, le CEO de Feprabel (la Fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers).

→ S’assurer via sa carte de crédit?

L’expert de Feprabel déconseille les assurances voyages (assistance ou annulation) liées aux cartes de crédit. "Les garanties et les couvertures sont limitées. Les clients connaissent mal leur contrat, ils ne savent pas à qui s’adresser en cas de sinistre. C’est généralement dans ce genre de dossier que nous avons le plus de discussions lorsqu’il faut gérer un sinistre."

→ Quelles exclusions et limitations?

Prenez toujours la peine de lire la fiche d’information des produits d’assurance. Elle résume généralement en deux pages tout ce que vous devez savoir (ce qui est moins fastidieux à lire que les conditions générales). Notamment, ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas. Par exemple, chez Europ Assistance, les faits découlant de l’usage d’alcool ne sont pas couverts, ni les sports extrêmes dangereux (pour les contrats "smart"), sauf si ceux-ci sont pratiqués ou accompagnés par une personne ayant une formation professionnelle. Mieux vaut le savoir avant de partir, afin d’adapter éventuellement son contrat (en prenant une couverture "sport" dans le cas d’Europ Assistance).

La fiche d’information reprend aussi certaines limitations (par exemple l’existence d’une franchise en cas de remboursement de frais médicaux) et "vos engagements". Notamment celui de tenir votre assureur informé de tout changement au risque assuré. Par exemple, le nombre de personnes assurées (si une baby-sitter vous accompagne), la destination du voyage (celles déconseillées par le Ministère des Affaires étrangères sont parfois exclues de votre contrat), l’immatriculation du véhicule, etc.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect