Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Pour des soins de santé moins chers

La Belgique a beau disposer de l'un des systèmes de sécurité sociale les plus performants au monde, bon nombre de Belges éprouvent encore une difficulté certaine à assumer des soins de santé de base. Que pouvez-vous faire pour payer moins cher?

(mon argent/belga) – Selon une enquête menée par Test Santé, près de 30% des Belges ont rencontré des difficultés à assumer leurs soins de santé. Autrement dit, malgré notre système de sécurité social envié dans le monde entier, toute une frange de la population éprouve des difficultés, parfois graves, à se soigner. D’ailleurs, au cours de l’année dernière, 8% des ménages belges ont arrêté un traitement en cours, 26% l'ont reporté et 9% n'ont même pas envisagé de l'entamer. Faute de moyens, les Belges ont surtout tendance à reporter les consultations médicales, les soins dentaires et les soins oculaires. Et pourtant, c’est bien connu: "la santé, ça n’a pas de prix".  

Une intervention majorée selon les cas

Que vous remboursent
vraiment les mutuelles?
Lire l'article

Tout Belge doit souscrire une assurance obligatoire de soins de santé et indemnités, en étant par exemple affilié à une mutualité. Celle-ci donne droit à un remboursement de base pour certains médicaments et  pour de nombreuses prestations médicales. Elle intervient également forfaitairement pour une hospitalisation et assure le paiement d’indemnités en cas d’incapacité de travail ou en cas de maternité. Les sommes remboursées sont équivalentes pour chaque affilié à quelques exceptions près. En effet, en raison de leur situation spécifique, certains affiliés ont droit à une intervention majorée. Autrement dit, ils payent nettement moins cher la plupart de leurs frais médicaux.

  • Les BIM (bénéficiaires de l’intervention majorée): les pensionnés, les invalides, les veufs, les orphelins, les enfants handicapés avec une incapacité physique ou mentale d’au moins 66%, les chômeurs âgés d’au moins 50 ans et au chômage complet depuis au mois un an ont le droit de bénéficier de ce statut pour autant que les revenus ne dépassent pas un certain plafond. Ce statut concerne également les personnes bénéficiant d’une allocation d’handicapé, d’un revenu d’intégration sociale ou d’une aide équivalente du CPAS ou de la garantie de revenus aux personnes âgées. Pour obtenir cette intervention majorée vous devez en faire la demande à la mutuelle. Enfin, les conjoints, les partenaires de vie ou les personnes à charge du bénéficiaire du statut BIM ont également droit à l’intervention majorée.
  • Les OMNIO: ce statut concerne toutes les personnes et ménages ayant de faibles revenus et n’entrant pas dans la catégorie des BIM. Pour y avoir droit, les revenus annuels bruts imposables de la personne isolée ou du ménage pour l’année 2009 ne peuvent pas dépasser le plafond des 14.778,26 euros. Attention, comme pour les BIM, une demande doit être faite auprès de la mutualité de l’affilié.
  • Le Fonds Spécial de Solidarité: cette protection supplémentaire s’adresse uniquement aux patients soumis à des prestations médicales très coûteuses et sous certaines conditions. En effet, les demandes sont examinées au cas par cas par un Collège de médecins de l’Institut National d’Assurance Maladie Invalidité (INAMI) et des différents organismes assureurs.

Le maximum à facturer

Même si l’assurance obligatoire rembourse une grande partie des frais, le ticket modérateur (la somme réellement payée par l’affilié) peut néanmoins rester conséquent. Surtout en cas de maladie grave, chronique ou de longue durée. Heureusement grâce au mécanisme du MAF (Maximum à facturer), les dépenses en soins de santé d’un affilié peuvent être plafonnées. Pour 2010, le MAF est basé sur vos revenus de 2007. Contrairement aux interventions majorées, aucune démarche ne doit être entreprise. La mutuelle rembourse automatiquement l’affilié, une fois le "plafond MAF" atteint.

Cette deuxième colonne correspond donc bien au montant maximum des tickets modérateurs pris en charge par le ménage en 2010.

10 commandements

Si vous ne disposez pas d’un statut spécial ou si vous n’atteignez pas le MAF, quelques démarches vont vous permettre de réduire vos dépenses en soins de santé:

  • Préférez une consultation chez un médecin conventionné. Pour savoir quel médecin est conventionné, consultez ce module et entrez-y votre code postal. Cliquez-ici pour connaître le tarif 2010 des médecins conventionnés.
  • Si possible, ne faites jamais venir un médecin à domicile, il vous en coûtera un supplément.
  • Demandez à votre généraliste l’ouverture d’un dossier médical global (DMG). Celui-ci vous offre une réduction de 30% - accordée par votre mutualité - sur la partie financière à votre charge. En outre, les frais d’ouverture et de gestion du DMG sont entièrement remboursés par votre mutualité.
  • Passez toujours par votre généraliste avant de vous rendre chez un spécialiste. Une telle démarche fera baisser votre ticket modérateur, à condition d’avoir ouvert un DMG.
  • Souscrivez une assurance complémentaire auprès de votre mutualité ou d’une compagnie privée. Elle vous sera très utile en cas d’hospitalisation non urgente, pour certains soins dentaires, pour certains vaccins, pour l’achat de lunettes et de lentilles.
  • Ne prenez pas non plus la première assurance venue. Lisez notre article et découvrez une check-list vous permettant de bien choisir.
  • En cas d’hospitalisation, optez toujours pour une chambre commune.
  • Passez par une maison médicale. Ces lieux proposent toutes sortes de soins de santé tout en tenant compte de la situation économique et sociale de la personne. Plus d’infos.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés