Comment choisir une dashcam?

De plus en plus de Belges installent une dashcam, dans l’espoir d’éviter des procédures judiciaires parfois complexes en cas d’accident. ©BELGAIMAGE

YouTube regorge de vidéos d’accidents de voitures filmés à l’aide de "dashcams". Quelle est l’utilité de ces petites caméras et à quoi devez-vous être attentif si vous décidez d’en équiper votre voiture?

Images "full HD"

Si l’on souhaite résoudre des litiges sans équivoque suite à des accidents de la circulation, la qualité de l’image est très importante. Car si les plaques d’immatriculation et les panneaux indicateurs sont flous, la vidéo vous sera peu utile. Une dashcam de qualité doit aussi pouvoir filmer à grande vitesse, dans des conditions climatiques défavorables et dans l’obscurité. Il faut donc choisir une caméra qui filme au minimum en "full HD" (1.920 x 1.080 pixels). L’objectif joue aussi un rôle capital. Un objectif grand-angle peut filmer clairement les deux côtés de la route. Par contre, avec une lentille "fish eye", les abords seront à peine visibles.

Que dit la loi?

La loi vous autorise-t-elle à filmer sur la voie publique avec une dashcam? La législation est plutôt complexe. Si vous voulez utiliser ces images à des fins "récréatives", c’est-à-dire dans votre cercle familial, cela ne pose aucun problème et vous pouvez filmer sans restriction. Si vous comptez partager les images sur internet, vous devez vous conformer à la loi sur le respect de la vie privée et flouter les visages si vous ne disposez pas de l’autorisation des personnes concernées.

Si les images doivent être utilisées comme preuve dans un procès, elles deviennent de ce fait des "données personnelles judiciaires". Vous n’aurez pas le droit de les diffuser ni de les traiterDe plus, les personnes filmées devront en être informées immédiatement après l’accident. En d’autres termes, avant que les images ne soient utilisées dans le cadre d’une procédure. Cependant, des images prises par des dashcams ont déjà été utilisées comme preuve dans des procès, alors que les règles de respect de la vie privée n’avaient pas été respectées.

Mais le contraire s’est déjà produit également: l’an dernier à Mons, un conducteur de 21 ans a été jugé par un tribunal sur la base d’images filmées par une dashcam alors qu’il commettait huit infractions au Code de la route. Il a été relaxé parce que sa vie privée avait été violée. La décision dépend donc du juge. Par ailleurs, les règles ne sont pas les mêmes dans tous les pays européens. Au Luxembourg, au Portugal et en Autriche, l’usage des dashcams est même interdit.

Certaines dashcams peuvent être équipées d’un filtre polarisant qui élimine les reflets sur le pare-brise et améliore la qualité des images, en particulier par temps ensoleillé. Certaines dashcams sont également équipées d’un écran qui permet de visualiser rapidement les images. Mais dans ce cas, la taille et le poids de l’appareil augmentent sensiblement.

Pour les chauffeurs qui doivent souvent prendre la route après la tombée de la nuit, il est judicieux de choisir une dashcam équipée d’une vision nocturne. Mais ne vous faites pas trop d’illusions: lorsqu’il fait nuit, ces caméras ne sont pas très performantes. Il faut un minimum de clarté pour obtenir une image utilisable. La sensibilité varie d’une caméra à l’autre, mais pour certaines dashcams, l’éclairage public suffit pour fournir une image claire. Il convient donc de bien s’informer.

Puce GPS

Autre élément indispensable: une puce GPS, qui enregistre les images ainsi que l’heure et le lieu exacts auxquels elles ont été filmées. Ces détails sont particulièrement importants pour les assureurs.

Carte mémoire

Les dashcams enregistrent automatiquement les images dans un "loop" (boucle) d’une durée déterminée. Lorsque la mémoire est presque pleine, les dernières images sont automatiquement effacées afin de faire de la place pour les nouvelles prises de vue. Certaines dashcams permettent aux usagers de fixer eux-mêmes la durée du "loop". La carte mémoire doit donc avoir une capacité suffisante pour stocker assez d’images: 32 giga octets sont un bon début.

Capteur de chocs

Comment être certain que les moments cruciaux seront effectivement filmés? La caméra doit être équipée d’un capteur qui détecte les chocs, les collisions et les coups de frein brutaux et qui stocke automatiquement les images d’un nombre déterminé de minutes avant et après le choc, afin que l’accident soit filmé dans sa totalité et que les images ne soient pas effacées.

Un bon capteur doit aussi être réglable, afin que la caméra ne tienne pas compte des chocs provoqués par les casse-vitesse ou les défauts du revêtement routier.

Batterie

Choisissez une caméra équipée de sa propre batterie et pas une dashcam qui fonctionne uniquement avec l’allume-cigare. Vous serez ainsi certain que la caméra continuera à filmer après un accident, ce qui est particulièrement utile en cas de délit de fuite.

Filmer à l’avant et à l’arrière

Optez pour une caméra double, qui filme à la fois l’avant et l’arrière du véhicule. Les voitures qui vous suivent seront ainsi également contrôlées, ce qui peut être pratique si vous êtes impliqué dans un tête-à-queue.

Mode parking

Enfin, choisissez une dashcam qui continue à filmer quand votre voiture est à l’arrêt. Cela permet d’identifier les responsables d’un coup ou d’une griffe dans votre carrosserie pendant que vous faites vos courses. Dans ce cas, vous devez disposer d’un "mode parking", qui garantit que la dashcam reste active quand la voiture est garée et commence à filmer lorsque quelqu’un s’approche de la voiture, y compris en l’absence de choc.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect