Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Acheter une voiture en 2021, le mode d’emploi

Privés de Salon de l’Auto, mais pas de ses conditions, les Belges choisiront leur nouvelle voiture en ligne. Mais quelle motorisation choisir?
La Fiat 500 fait partie du top 3 des voitures préférées des Belges depuis de nombreuses années. Elle existe désormais en version 100% électrique.

Un an avant la pandémie, une étude publiée par la Fédération belge de l’automobile et du cycle (Febiac) indiquait que le Belge était très attaché à sa voiture: 70% des répondants indiquaient l’utiliser pour se rendre au travail. Ces derniers justifiaient le succès de la voiture par la couverture insuffisante du réseau des transports publics.

Qu'en est-il à présent? Auprès d’une majorité de la population, cet amour pour la quatre-roues ne risque pas de disparaître de sitôt. Surtout que les transports publics continueront à être considérés comme un risque pour la santé tant que la crise du coronavirus ne sera pas réglée. Ce qui pourrait pousser ceux qui n’avaient pas ou plus de voiture à en acheter une.

Il y a déjà des conditions Salon sur les trois modèles les plus vendus en 2020, à savoir la Citroën C3, la Volkswagen Golf et la Fiat 500.

D’ailleurs, d’après un sondage publié cette semaine par Test-Achats, 20% des répondants ont indiqué  qu’ils utiliseront davantage leur voiture après la crise. Et certains parmi eux pourraient évidemment envisager de remplacer leur véhicule actuel.

Cependant, la prochaine édition du Salon de l’Auto, en principe le meilleur moment de l’année pour faire des affaires sur un véhicule neuf, est reportée à janvier 2022. Ce qui amène tout un lot de questionnements pour ceux qui attendaient avec impatience la 99e édition de cet événement pour acheter une nouvelle voiture.

1. Y aura-t-il des conditions Salon?

Chez tous les concessionnaires interrogés, la réponse est un grand oui. Et chez une majorité d’entre eux, les conditions Salon sont même déjà connues et accessibles. Mais cela n’a rien d’exceptionnel pour Jeroen Lissens, le porte-parole de BMW. «La période du Salon commence généralement au mois de décembre et court jusqu’en février, avec parfois une prolongation jusqu’en mars. Cependant, les acheteurs préfèrent prendre possession de leur nouveau véhicule à partir du mois de janvier. De cette manière, le véhicule sera immatriculé en 2021, ce qui peut faire une grosse différence sur le prix de revente du véhicule lorsqu’il arrivera sur le marché de l’occasion.»

À ce propos, il y a déjà des conditions Salon sur les trois modèles les plus vendus en 2020, à savoir la Citroën C3, la Volkswagen Golf et la Fiat 500.

©BELGAIMAGE

2. Y a-t-il déjà des conditions auprès des banques?

Argenta est la première banque à avoir annoncé une réduction de ses taux: 1,10% pour les véhicules neufs ou de maximum trois ans et 0,85% pour les véhicules écologiques. Pour rappel, à l’approche du Salon, les banques baissent traditionnellement leurs taux pour les crédits destinés au financement d’un véhicule neuf (ou d’occasion).

Salon ou pas, il y aura comme d’habitude une guerre des taux bancaires sur le crédit auto dans les semaines à venir.

Depuis plusieurs années déjà, c’est Beobank qui offre le meilleur taux. L’année passée, celui-ci se chiffrait à 0,65% pour les véhicules neufs ou de moins de deux ans, et cela, quelle que soit la motorisation (voir question 5). Actuellement, son taux s’élève encore à 1,29%. C’est aussi le taux affiché par Axa Banque, CBC et KBC. Mais soyez patient, Salon ou pas, il y aura comme d’habitude une guerre des taux dans les semaines à venir.

3. Quid chez les assureurs?

Contrairement aux banques, quelques assureurs ont déjà annoncé leurs conditions Salon. C’est notamment le cas d’Axa (depuis le 14 décembre et jusqu’au 30 juin 2021) qui prévoit entre autres une réduction de 20% sur la RC et l’Omnium d’une voiture électrique ou hybride, ainsi qu’une réduction de 10% sur la RC et l’Omnium des véhicules dotés d’au moins quatre systèmes d’aide à la conduite.

Autres exemples : chez Fédérale Assurance, à partir du 1er janvier et jusqu’au 30 avril 2021, l’assurance omnium sera offerte durant trois mois. De son côté, Ethias offrira une réduction de 20% en RC et de 25% sur l’Omnium jusqu’au 25 février 2021. Ces réductions sont cumulables avec les réductions déjà offertes pour les véhicules hybrides, électriques et pour les véhicules qui roulent moins de 10.000 km par an.

Comme pour les banques, si vous vous montrez encore patient quelques jours, d’autres offres promotionnelles devraient rapidement fleurir sur le marché.

4. Où et comment acheter une voiture actuellement?

Les constructeurs sont unanimes : la pandémie a entraîné une explosion des ventes en ligne, et pas que pour les voitures de stock. Autrement dit, l’essentiel du processus de vente se déroule désormais de façon digitale.

«Depuis le début du premier confinement, nous avons constaté une explosion du trafic sur notre plateforme de vente en ligne», témoigne Jeroen Lissens de BMW. «Nos clients passent énormément de temps sur notre configurateur de véhicule. Et au besoin, ils peuvent obtenir plus de renseignements chez le concessionnaire de leur choix via les réseaux sociaux ou via Whatsapp ou encore Skype.»

Évidemment, il est toujours possible de se rendre dans une concession, moyennant le respect de certaines mesures sanitaires, pour ceux qui le souhaitent. Mais sachez que les constructeurs rivalisent d’ingéniosité et d’imagination pour que vous puissiez prendre connaissance de toutes leurs nouveautés depuis le confort de votre propre salon. Par exemple, afin de garder le lien avec son public, le groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a créé un Virtual Showroom.

Les constructeurs rivalisent d’ingéniosité et d’imagination pour que vous puissiez prendre connaissance de toutes leurs nouveautés depuis le confort de votre propre salon. ©dennis noten

«L’idée est de proposer à ceux qui se connecteront sur notre plateforme digitale de découvrir l’ensemble de nos modèles comme s’ils se déplaçaient sur le stand que nous aurions pu créer pour le Salon de l’Automobile de Bruxelles par exemple», explique Yann Chabert, CEO de FCA Belgium.

«Ils pourront ouvrir les portes de nos modèles pour en examiner les intérieurs, comme sur un véritable stand ou presque», ajoute Benoît Delcourt, Head of Digital au sein de FCA Belgium.

Comme chez BMW, ceux qui souhaiteront ensuite plus d’informations pourront être mis en contact avec le distributeur officiel représentant les marques de FCA de leur choix, afin de configurer le véhicule de leur choix et obtenir une offre répondant à leur demande. Un essai reste évidemment toujours possible.

5. Quel type de voiture choisir?

Celui qui souhaite acheter un nouveau véhicule a désormais le choix entre l’essence, le diesel, le LPG, le CNG, la propulsion à l’électricité ou à l’hydrogène. Il peut aussi opter pour un véhicule hybride, c’est-à-dire qui permet d’alterner deux moteurs: un électrique et un thermique.

Mais là aussi, il y a des choix à faire entre un véhicule "full hybride" ou "plug-in hybride". Dans le premier cas, la voiture roule grâce à l’électricité produite par le freinage régénératif (système dynamo), tandis que, dans le deuxième cas, le véhicule doit recharger sa batterie électrique à l’aide d’une prise.

Pour faire un choix éclairé, le conducteur doit établir son profil, mais aussi tenir compte de l’environnement dans lequel il roule le plus souvent (petits déplacements en ville ou longs trajets sur autoroute par exemple).

Plusieurs constructeurs, dont Mercedes, insistent à ce propos pour signaler que le concessionnaire d’hier est devenu aujourd’hui plus que jamais un véritable conseiller de mobilité. La marque DS automobile préconise d’ailleurs d’analyser la situation personnelle de chaque client avant de lui conseiller l’une ou l’autre motorisation.

Les questions à poser et, par suite, les réponses importantes portent sur le nombre de kilomètres parcourus par jour et par trajet. Le client fait-il peu de kilomètres en semaine et de plus longs trajets pendant le weekend ? Peut-il charger la voiture chez lui ou a-t-il facilement accès à un point de recharge. Toutes ces questions et d’autres font qu’il n’y a pas d’uniformité de conseil.

Dans les grandes lignes, voici les bases à ce sujet: "Le diesel reste toujours le meilleur choix pour les conducteurs qui parcourent beaucoup de kilomètres et font beaucoup d’autoroute", indique Sofie Luyckx, la porte-parole d’Audi. "Celui qui fait moins de 20.000 km/an et qui est sensible au prix d’achat aura intérêt à privilégier un véhicule essence (car les modèles hybrides et électriques sont généralement plus chers)."

Les véhicules "plug-in hybride" permettent de combiner les avantages de l’électrique en ville et l’autonomie longue distance des moteurs thermiques.

"Ceux qui sont sensibles aux émissions de CO2 et qui font quand même beaucoup de kilomètres peuvent se rabattre sur le CNG." Il s’agit aussi d’un véhicule hybride vu qu’il permet de rouler tant au CNG qu’à l’essence.

Pour ceux qui réalisent de courtes et moyennes distances et sont très sensibles aux émissions de leur véhicule, la full électrique est recommandée.

Enfin, il y a les "plug-in hybrides". "Elles ont constitué plus du quart de nos ventes en 2020", prévient Jeroen Lissens de BMW. "C’est la nouvelle tendance. Ce type de véhicule possède énormément d’avantages qui permettent de faire la transition vers un modèle tout électrique."

Concrètement, cette technologie permet de charger sa voiture à domicile et d’avoir une autonomie en propulsion électrique jusqu’à 100 km (en fonction des constructeurs et des modèles), soit bien assez pour des déplacements domicile-travail. Pour les plus longs trajets, le véhicule peut également faire le plein en diesel ou en essence. En résumé, ces véhicules permettent de combiner les avantages de l’électrique en ville et l’autonomie longue distance des moteurs thermiques.

Avec ou sans limitateur de vitesse?

Pour rappel, à partir du 1er janvier 2021, tous les automobilistes devront prendre le pli de lever le pied en Région bruxelloise pour respecter la nouvelle limite de vitesse fixée à 30km/h. Seule une poignée de grands axes seront encore limités à 50 et 70 km/h, ce qui sera signalé par des panneaux spécifiques.

Si vous avez effectivement l’intention d’acheter une nouvelle voiture, n’hésitez pas à en choisir une qui dispose d’un limitateur de vitesse, sinon gare aux amendes. Cela dit, chez certains constructeurs, comme Audi, BMW, Mercedes, Opel ou encore Nissan, il s’agit déjà d’un équipement standard.

Chez d’autres, cet équipement concerne une majorité des modèles, mais il reste parfois des exceptions. C’est le cas chez Renault. Bien que le régulateur de vitesse soit devenu la norme chez ce constructeur, la Twingo ne bénéficie pas encore de cette technologie sur le premier niveau d’équipement.

Outre le limitateur de vitesse, de nombreux constructeurs équipent de plus en plus leurs véhicules de dernière génération d'une série d'équipements permettant au conducteur de mieux monitorer sa vitesse en toutes circonstances. «Et notamment l'indication de la vitesse à laquelle il doit se conformer avec l'affichage des panneaux d'indication de vitesse qui sont détectés par la voiture et apparaissent sur le tableau de bord pour inciter le conducteur à ne pas dépasser celle-ci», précise  Dominique Fontignies, le porte-parole du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles).

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés