Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Comment départager essence et diesel?

Les voitures à essence reviennent au goût du jour. L’augmentation du prix du diesel, les accises accrues et les progrès technologiques récents de ces modèles sont à l’origine de ce regain d’intérêt. Si le Parlement européen y consent, leur nombre devrait s’accroître encore à l’avenir.

En Belgique aussi, le règne du diesel semble toucher à sa fin. En 2011, la consommation de diesel a reculé de quelque 5%. Deux explications: les transporteurs routiers internationaux  préfèrent désormais faire leur plein à l’étranger à moindre coût et le parc automobile belge évolue de plus en plus vers l’essence.

1. Législation: révision de la fiscalité des carburants

Le Parlement européen se penchera ce jeudi sur une éventuelle retouche de la fiscalité applicable aux carburants. Si cela ne tenait qu’à lui, cette fiscalité ne serait plus basée à l'avenir sur le volume de carburant. Bruxelles est en effet convaincue que des accises liées aux émissions de CO2 sensibiliseraient davantage le consommateur et encourageraient l’utilisation de biocarburants durables. Le Parlement européen votera aujourd’hui mais c’est le Conseil des Ministres qui tranchera la question. Mais les accises liées au CO2 seraient évidemment désavantageuses pour le diesel.

2. Kilomètres parcourus par an: la limite recule

Si cette révision a lieu, les conclusions de notre grand test diesel de cette année ne sont que plus vraies aujourd’hui. Il en ressortait en effet qu’aux prix actuels des carburants, pour ceux qui parcourent 10.000 km par an, 80% des modèles d’entrée de gamme essence sont moins chers à l’utilisation que leur homologue diesel. Pour 20.000 km, c’est le diesel qui apparaissait meilleur marché dans 75% des cas. Une tendance qui se confirmait pour 30.000 km par an (75% des modèles testés moins chers au diesel). Mais avec les nouvelles accises, la limite à laquelle il est préférable de passer au diesel peut être repoussée.

3. Utilisation: Stop & go, le diesel désavantagé

Qui plus est, de nouvelles études démontrent que la manière dont la voiture est utilisée est également déterminante pour le seuil critique. Les utilisateurs qui roulent souvent en centre-ville ou passent du temps bloqués dans les embouteillages devraient dans certains cas privilégier l’essence.

4. Rouler dans les règles de l’art

Les progrès technologiques sont constants. Pour réduire davantage la consommation et les émissions de CO2 de leurs modèles et partant les rendre plus intéressants fiscalement, la plupart des constructeurs optent désormais pour des moteurs plus petits, capables de propulser de grandes voitures. Même si ces nouvelles voitures conjuguent économie et performances, on peut se demander si elles seront en mesure de produire le même résultat que leurs grands frères autrefois sans une trop grande usure.

Le 'downsizing' étant un concept relativement neuf, on ne dispose pas encore de chiffres concrets. Mais des moteurs qui doivent travailler plus dur, s’usent et consomment généralement plus. Celui qui roule sur le couple, passe ses rapports assez tôt et utilise parfaitement la récupération d’énergie de freinage pourra consommer moins et usera peu son moteur. Ceux qui ne roulent pas selon ces règles consommeront forcément davantage et fatigueront plus rapidement le moteur (qu'il soit propulsé au diesel ou à l’essence.)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés