mon argent

Faut-il se précipiter pour revendre sa voiture?

©BELGA

À partir du 1er janvier 2019, certains véhicules "essence", au même titre que certains "diesel" seront concernés par une interdiction de circuler à Bruxelles. Lesquels? Quelles sont les possibilités de revente? Que devez-vous acheter à la place? Voici quelques éléments de réponse.

À partir du 1er janvier 2019, les voitures essences de norme Euro 0 et Euro 1 ne seront plus les bienvenues à Bruxelles (au même titre que les voitures diesel Euro  0 et Euro 1 depuis 2018)! Ce sera désormais aussi le cas pour les voitures diesels Euro 2.

La Région a en effet décidé de se débarrasser des véhicules les plus polluants en instaurant une zone de basse émission (aussi appelée "LEZ" pour Low Emission Zone) sur son territoire.

Suis-je concerné? Il convient de noter que si les normes Euro correspondent à des dates d’immatriculation, certains véhicules ont obtenu des normes Euro plus tôt que l’échéance prévue par le législateur. En général, la norme est indiquée sur la carte grise, sinon c’est la date d’immatriculation qui la définit.

©Mediafin

S’agit-il d’une interdiction totale? Tous les véhicules interdits pourront encore exceptionnellement rouler en ville, huit jours par an maximum moyennant 35 euros par jour. Par ailleurs, le Ring et ses voies d’accès ne sont pas concernés par cette interdiction. De plus, certains parkings de transit (Ceria-Coovi, Stalle, Kraainem) restent accessibles pour ne pas pénaliser les automobilistes qui souhaitent utiliser le métro pour se rendre en ville.

Quel est le montant de l’amende? La législation régionale prévoit une amende de 350 euros. Actuellement, les véhicules qui enfreignent la législation reçoivent un avertissement : d’ailleurs, 800 automobilistes ont été avertis que leur véhicule ne peut plus rouler à Bruxelles. Cette tolérance n’aura qu’un temps, les verbalisations démarreront à partir du 1er octobre.

Dois-je revendre rapidement mon véhicule? Pour Jean-Marc Ponteville, porte-parole de Volkswagen, rien n’a changé pour la valeur de revente des véhicules depuis l’annonce du passage de Bruxelles en zone base émission. "La demande évolue sans cesse et il y aura toujours des marchés qui sont preneurs ailleurs."

Et rien ne devrait non plus changer à priori dans les mois ou les années à venir. Il n’y donc pas lieu pour lui de se précipiter pour revendre son véhicule. "La combinaison du contrôle technique et du Car-Pass (la garantie officiel du kilométrage réel, ndlr) permet aux voitures belges d’occasion d’avoir une cote très élevée en Europe", déclare-t-il. Autrement dit, "les occasions belges sont en quelque sort certifiées et donc très demandées à l’étranger."

Que puis-je acheter d’autre? Que ce soit un véhicule neuf ou d’occasion (voir encadré ci-dessous), il faut d’abord déterminer votre profil d’utilisateur. Quels sont vos besoins? Combien de kilomètres allez-vous faire? Quels types de trajets? Dans quelles régions (disponibilité des carburants et/ou des stations de recharges par exemple)? Chaque modèle correspond de manière privilégiée à un profil d’utilisateur.

De manière générale, les véhicules électriques sont particulièrement adaptés pour la circulation citadine et les modèles diesels pour ceux qui roulent beaucoup. "À ce propos, les véhicules diesel Euro 6 peuvent circuler dans les LEZ, nuance Jean-Marc Ponteville. "On fait actuellement un faux-procès au diesel à cause des voitures diesel de normes Euro 1,2,3 encore en circulation et qui polluent énormément. Mais les progrès en matière de pollution ont depuis été rapides et gigantesques."

Un modèle à essence est très polyvalent, plus efficace qu’un diesel pour les petits trajets mais émet davantage de CO2 par kilomètre parcouru qu’un véhicule diesel.

Pour réduire les émissions de CO2, ceux qui n’ont pas le budget pour se payer une voiture électrique peuvent éventuellement se rabattre sur des modèles roulant au gaz naturel ou CNG (à ne pas confondre avec le LPG). "Fiable, économique et intéressant du point de vue environnemental, ce carburant fossile peut aussi être produit de manière totalement neutre en CO2", ajoute Jean-Marc Ponteville. En outre, il émet 46% de particules fines en moins par rapport au diesel Euro 6.

50%
Le prix à la pompe du gaz naturel (CNG)
Il est jusqu’à 50% moins élevé que celui de l’essence.

L’autonomie des voitures qui roulent au CNG  est de 350 Km. Notez qu’il s’agit de véhicules hybrides: ils sont équipés d’un double réservoir qui permet au moteur de fonctionner à l’essence quand le gaz est épuisé. Il n’y a donc pas vraiment de risques de panne…

Il existe aussi les hybrides électriques: l’hybride plug-in et le full hybride. Dans le premier cas, le véhicule se recharge à l’aide d’un câble. Dans le second, il se recharge tout seul grâce au freinage régénératif. "Cela fonctionne comme la dynamo d’un vélo", explique la porte-parole de Toyota. "L’énergie ainsi produite est 100% durable."

Enfin, pour vous aider dans votre futur choix, consultez le site ecoscore.be. Il permet de comparer toutes les voitures du marché: plus le score d’un véhicule est élevé, plus la voiture est écologique.

Une check-list pour protéger les acheteurs de voitures d'occasion

Le ministre fédéral de l'Economie, de l'Emploi et des Consommateurs Kris Peeters (CD&V) compte rendre obligatoire un système de "check-list" pour mieux protéger les acheteurs de voitures d'occasion, selon les informations de Sudpresse et Het Laatste Nieuws publiées lundi.

La plupart des plaintes relatives à la garantie que le Service de médiation pour le consommateur reçoit concernent l'information liée à la garantie légale et des pratiques commerciales trompeuses en matière de garantie, explique Kris Peeters à Sudpresse.

Face au nombre important d'infractions, le ministre a élaboré une check-list pour les véhicules d'occasion, en collaboration avec le secteur. Elle est déjà utilisée par certains commerçants, le ministre va la rendre obligatoire.

Pour chaque pièce de la voiture, la liste indiquera si elle est en bon état, si elle est usée ou à réparer. L'acheteur saura donc parfaitement à quoi s'en tenir et pourra par exemple demander qu'une pièce en mauvais état soit remplacée avant l'achat.

En 2017, 661.146 voitures d'occasion ont été immatriculées en Belgique, rappelle le ministre Peeters.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content