Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Vers une explosion des amendes pour excès de vitesse?

Comme l'a déjà fait la Suisse, la France va interdire les avertisseurs de radars mobiles et l’indication des emplacements de ses radars fixes. La Belgique va-t-elle leur emboîter le pas?

(mon argent) – Si vous avez l’habitude de rouler sur le territoire français, prenez garde. Matignon vient d’annoncer un durcissement des sanctions pour excès de vitesse et la suppression progressive des 1.911 panneaux signalant la présence de radars. Cette décision vise à enrayer un comportement relativement répandu qui consiste à freiner aux abords des panneaux de ce type et à accélérer de plus belle une fois le radar fixe dépassé.

La fin des avertisseurs de radars?

Mais ce n’est pas tout: la France va agir comme la Suisse et interdire les avertisseurs de radar comme Coyote ou Wikango. Leurs fabricants, qui comptent 4,7 millions d'abonnés, ont d’ores et déjà réagi à cette annonce et défendu leur produit: "ils affichent en permanence la limite de vitesse à respecter, ils augmentent la vigilance du conducteur -luttant ainsi  indirectement contre la somnolence - et permettent d’anticiper les zones de ralentissements ou de freinages brutaux".

Des GPS à la poubelle?

Afin d’être encore plus efficace, le gouvernement français a aussi prévu de supprimer les cartes d’implantation des radars. "Tous les sites sur Internet qui livraient ces données, comme ceux des préfectures, devront faire disparaître ces informations", d’après Le Figaro. Pouvez-vous dès lors encore utiliser votre GPS affichant les radars fixes quand vous vous déplacez en France? Oui, le Ministère de l’Intérieur français ne va pas contraindre les automobilistes à vider le contenu des informations déjà intégrées dans leur GPS. "Seulement, on ne pourra plus faire de mises à jour", a expliqué Pierre-Henry Brandet, porte-parole du Ministère de l’Intérieur, au Figaro.

1.000 nouveaux radars

En outre, 1.000 nouveaux radars seront déployés d'ici à la fin 2012 et des radars mobiles de nouvelle génération - à partir de véhicules en circulation -, seront expérimentés dès cette année, selon l’AFP. Actuellement, ces mesures ne sont pas encore d’application. "Elles seront ultérieurement précisés par des textes et entreront en vigueur à la suite de dispositions règlementaires ou législatives", a ajouté le porte-parole. Cependant, l’arsenal répressif est déjà connu: les détenteurs d’avertisseurs de radar devront débourser 1.500 euros d’amende.

Et en Belgique?

En Belgique, l’utilisation des avertisseurs de radars est totalement légale. "Malgré l’actualité française, notre position à ce sujet n’est pas prête de changer", a déclaré Jan Pauwels, porte-parole du Cabinet du Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe. Autrement dit, les détenteurs d’un Coyote ou de l’application Wikango sur leur smartphone ne doivent pas s’inquiéter pour son utilisation sur le territoire belge. Pour en savoir plus, lisez: devez-vous encore craindre les radars?

Par contre, la Flandre teste actuellement un nouveau système destiné à limiter les excès de vitesse. Baptisé "Rode rem"(frein rouge), il a été installé à hauteur d’une crèche et d’une école primaire de Ternat. Un radar de vitesse précédant le feu mesure la vitesse de tous les véhicules qui arrivent à proximité du signal, à une distance maximale de 250 mètres. Si l'usager dépasse la vitesse autorisée, le feu de signalisation passe au rouge durant une dizaine de secondes.

Tous vos PV sur votre permis

Tous les Belges recevront d'ici 2013 un permis de conduire au format d'une carte de banque, qui sera lié à une banque de données reprenant les PV précédemment reçus pour excès de vitesse et alcotests positifs, d'après Het Laatste Nieuws.

Cette banque de données permettra à la police, au parquet et au juge de connaître immédiatement les antécédents du chauffeur... chauffard. Les récidivistes devraient ainsi être plus sévèrement sanctionnés.

Actuellement, lorsqu'un chauffeur comparaît pour une lourde infraction de circulation ou un grave accident, le juge ignore tout de son comportement de conduite dans le passé. Seules les autres condamnations rendues par un juge apparaissent dans le casier judiciaire. Les PV classiques ou les règlements transactionnels pour excès de vitesse n'y sont pas mentionnés.

C'est pourquoi les juges des tribunaux de police ont insisté, lors des Etats généraux de la Sécurité routière, sur l'importance d'une banque de données permettant de regrouper de telles informations.

Les juges pourront ainsi prononcer des condamnations en ayant connaissance de tous les antécédents des chauffeurs. Une telle banque de données, carrefour des permis de conduire et des informations sur les infractions précédemment commises, est en cours de préparation, a annoncé le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés