Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Voiture électrique: le bon moment?

Apparemment, la voiture électrique intégrale a tout d’une bonne affaire. L’Etat n’est pas avare en subsides et en passant à l’électrique, vous faites du bien à l’environnement. Mais est-ce si simple?

(mon argent) - Même si les pouvoirs publics admettent une déductibilité fiscale de 120 % et accordent au particulier une prime de 30 % du prix catalogue, la réalité de la voiture électrique est moins rose. L’immatriculation d’une voiture électrique s’avère un chemin de croix. C’est ainsi que le loueur Athlon Car Lease s’efforce depuis quatre mois déjà d’immatriculer dans notre pays une Volkswagen Golf transformée pour l’électricité. Par ailleurs, la Golf a déjà été certifiée conforme, testée et immatriculée aux Pays-Bas. En Belgique, les choses semblent se passer moins bien.

Modèle transformé ou d’usine

Athlon a déjà une certaine expérience des voitures électriques, notamment l’immatriculation de deux Tazzari Zero. L’immatriculation du deuxième modèle a pris six semaines, pour en général deux aux Pays-Bas.  La Tazzari est une voiture électrique, qui ne doit pas être transformée. Cela ne justifie pas qu’il soit possible d’immatriculer la Tazzari et pas la Volkswagen Golf transformée. Avec un poids de moins de 500 kg, la Tazzari peut être immatriculée comme véhicule à moteur. Cet élément pourrait être à la base de la différence de traitement.

Demande d’action

Alors que nous sommes à l’avant-veille du lancement de voitures électriques en grande série, comme la Renault Fluence ZE et la Nissan Leaf, la Belgique ne semble pas encore prête à les accueillir. Lieven Beyl, Sales & Marketing Manager d’Athlon, insiste auprès du gouvernement pour que, par une action décidée, il élimine ces obstacles, tout en ne sous-estimant pas la difficulté en ces temps de crise politique.

C’est trop facile de rejeter l’entièreté de la faute sur le gouvernement. Un importateur auto veille en effet soigneusement à la première immatriculation d’un véhicule " adapté " d’une de ses marques. " La responsabilité du producteur et d’éventuels conflits d’assurance jouent forcément un rôle. Dès qu’une voiture sortira de l’usine avec succès ou dès qu’il y aura une première immatriculation, la suite se déroulera plus simplement", fait remarquer Jean-Marc Ponteville, porte-parole de Volkswagen Belgique. Mais en attendant, l’achat d’une voiture électrique reste une décision difficile à prendre pour encore un bon moment.

Coups durs pour le LPG

Les nouvelles ne sont pas euphoriques pour l’autre carburant alternatif ­ – le LPG – en route, semble-t-il,  pour la voie de garage. En Belgique, le nombre de véhicules au LPG a régressé d’un bon quart en quatre ans. L’explication réside dans les largesses gouvernementales en faveur de la voiture verte, prime dont les voitures au LPG ne bénéficient pas. Montée après coup, l’installation au gaz n’est pas livrée par le constructeur automobile, une condition indispensable pour l’obtention de subsides. Autre handicap, les autos au LPG sont jugées sur les émissions du véhicule à l’état original et non sur celles après installation.

De plus en plus de clients optent pour de petits modèles essence ou diesel, qui leur donnent droit à des ristournes de 3 % ou 15 %. Cette préférence pour les petits modèles n’est pas une bonne nouvelle non plus pour les installateurs de LPG. L’installation prend une grande place de l’espace disponible dans le coffre, déjà limité sur ces modèles.

À cela s’ajoute que le LPG est de plus en plus concurrencé par le CNG ou le gaz naturel. Le problème des autos au CNG est que les stations-service qui proposent ce carburant sont une denrée rare en Belgique. C’est également vrai pour les voitures électriques. Il n’y a que très peu de bornes de recharge chez nous. Le gouvernement a du pain sur la planche.

... mais gros succès pour les vélos électriques

Les vélos à assistance électrique connaissent un succès important. Ils touchent un public qui ne serait pas devenu cycliste sans eux, a relevé La Libre Belgique.D'après le quotidien, le boîtier d'assistance électrique Mottrix, une invention liégeoise arrivée sur le marché il y a 3 ans, a déjà séduit 1.600 utilisateurs et commencé à se faire un nom à l'étranger.
Selon le secrétaire général du Groupe de Recherche et d'Action pour les Cyclistes Quotidiens (GRACQ), Eric Nicolas, les Vélos à assistance électrique connaissent un succès marginal en Belgique, mais un véritable boom dans des pays comme l'Allemagne, l'Autriche, et même la France.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés