Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les différentes formes du crédit à la consommation

Découvrez les avantages et les inconvénients d’une ouverture de crédit, d’un prêt (ou d’une vente) à tempérament et d’un crédit-bail.
©Filip Ysenbaert

Lorsque vous souhaitez souscrire à un crédit à la consommation, différentes options s’offrent à vous. Voici dans les grandes lignes ce que vous devez savoir pour faire faire un choix éclairé.

1/ Prêt à tempérament

Il s’agit de la mise à disposition d’une somme d’argent dédiée à un achat spécifique ou non. C’est par exemple le cas d’un crédit auto ou d’un prêt destiné à effectuer des rénovations dans votre habitation. Ce contrat est conclu pour une durée déterminée et est remboursable par versements périodiques fixes, en général mensuels.

Il vaut mieux éviter d’emprunter de l’argent pour un projet non essentiel ou qui ne permet pas de réaliser une plus-value.

C’est typiquement le crédit à privilégier pour les gros investissements indispensables (au cas où une épargne n’est pas disponible).

Néanmoins, certains s’en servent pour partir en vacances ou se marier en grande pompe. Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux éviter d’emprunter de l’argent pour un projet non essentiel ou qui ne permet pas de réaliser une plus-value (comme c’est en revanche le cas notamment avec des travaux de rénovation).

2/ Vente à tempérament

Dans ce cas, le consommateur s’engage à s’acquitter du prix d’un bien en plusieurs paiements périodiques. Il s’agit en fait de la possibilité d’échelonner son paiement (avec ou sans frais).

Ce type d’offre de crédit se rencontre notamment dans les supermarchés et les enseignes qui vendent de l’électroménager.

Par exemple, on vous propose d’étaler le paiement de votre télévision en 3, 12 ou 24 mensualités et sans aucun frais supplémentaires.

Cette possibilité est parfois offerte moyennant la souscription d’une carte de crédit aux couleurs de l’enseigne. Mais attention, l’obtention de cette carte est liée à une ouverture de crédit avec toutes les conséquences que cela implique (voir au point 4).

3/ Le crédit-bail (ou leasing)

Dans ce cas-ci, il n’est pas question d’une somme empruntée mais de la location d’un bien pour une durée déterminée. L’avantage de cette formule, c’est que le taux est généralement plus faible.

Au terme de celle-ci, vous avez la possibilité d’acquérir le bien en question en payant un montant complémentaire (la valeur résiduelle). Ce qui peut-être un inconvénient selon les cas.

Par exemple, certains constructeurs automobiles proposent parfois des offres de crédit alléchantes avec un taux à 0% sur une période de 36 mois. S’il y a une dernière mensualité plus élevé, ce n’est clairement pas un prêt à tempérament.

Plus concrètement, cela peut correspondre au remboursement d’une mensualité fixe de 159 euros pendant 35 mois, puis d’une dernière mensualité bien plus élevée de 9.085 euros...

À ce moment-là, le concessionnaire peut éventuellement vous reprendre le véhicule. Mais attention, si l'état de la voiture n'est pas satisfaisant, il pourra refuser de le faire. C'est donc un fameux risque financier à prendre. Mais que vous pouvez amortir en souscrivant un prêt à tempérament si nécessaire.

4/ L’ouverture de crédit

Dans le cadre de ce crédit à la consommation, vous recevez une réserve financière dont vous pouvez faire usage au gré de vos besoins (notamment pour faire face à des imprévus).

Dès l’instant où vous l’utilisez, vous avez la possibilité d’étaler vos paiements sur plusieurs mois à condition de payer des intérêts périodiques.

L’autorisation de se retrouver en négatif sur son compte à vue correspond aussi à une forme d’ouverture de crédit.

La seule obligation liée à ce crédit, c’est le délai de zérotage: il consiste à rembourser la totalité du solde aux dates convenues. Ensuite, vous pourrez à nouveau utiliser votre facilité de crédit.

Ce crédit est disponible avec ou sans carte. Notez que l’autorisation de se retrouver en négatif sur son compte à vue correspond aussi à une forme d’ouverture de crédit.

Attention, le SPF Économie déconseille de réaliser un achat si celui-ci est couplé à une ouverture de crédit, et cela même si vous ne comptez pas avoir recours à la réserve d’argent mise à votre  disposition.

En effet, «même non utilisée, l’ouverture de crédit est enregistrée à la Centrale des Crédits aux particuliers et par conséquent prise en considération par un prêteur qui devrait examiner une demande de crédit de votre part», rappelle le SPF Économie. Elle exercera donc une influence sur sa décision et pourrait conduire à vous refuser un crédit hypothécaire parce que vous avez déjà trop de crédits à la consommation en cours. »

Conseil

Privilégiez toujours le prêt ou la vente à tempérament si un crédit est inéluctable. En revanche, fuyez les ouvertures de crédit… sauf si un fichage à la Centrale des crédits ne vous dérange pas (car vous remboursez déjà un emprunt hypothécaire) et/ou si vous êtes sûr de rembourser mensuellement la totalité des achats effectués (et donc de ne pas échelonner les remboursements). Dans ces cas, rien ne vous empêche de profiter sans frais (à l’exception d’une cotisation annuelle) des multiples avantages des cartes de crédit liées à une ouverture de crédit.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés