Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Une bague ou un porte-clé suffisent pour payer sans contact

À l’instar de la montre ou du bracelet connecté, la gamme des objets qui permet de se passer d'une carte de banque ou même d'un smartphone s'étoffe.
©Filip Ysenbaert

Suite à la crise du coronavirus, les Belges sont de plus en plus nombreux à activer chaque jour les solutions de paiement sans contact via un smartphone (Apple Pay, Google Pay, Payconiq by Bancontact) ainsi que via un bracelet d’activité ou une montre connectée (Apple, Fitbit et Garmin).

Par exemple, les Belges équipés d’un bracelet ou d’une montre qui intègrent la technologie Garmin Pay peuvent s’en servir à condition d’être clients chez Belfius, chez BNP Paribas Fortis (ou auprès de Fintro et Hello Bank!) KBC (Brussels) ou CBC. C’est aussi le cas pour les clients de la néobanque Revolut.

Pour ceux qui ont accès à la technologie Fitbit Pay, la liste des banques participantes est la même et inclut en plus la néobanque Bunq.

Wearables

Ces montres et ces bracelets ne sont pas les seuls «wearables» (ce mot désigne les objets connectés qui permettent de réaliser des paiements sans contact) disponibles en Belgique.

Depuis fin juin 2020, et c’est une première en Belgique, les clients des banques du groupe KBC peuvent aussi réaliser ce type de paiement à l’aide d’une bague, d’un porte-clé ou d’un bracelet d’ornement.

"Tous ces accessoires innovants sont munis d'une puce intégrée qui vous permet de payer sans contact et en toute sécurité, comme avec votre carte", selon KBC. "Approchez simplement votre wearable à moins de 4 cm du terminal de paiement et le tour est joué."

Cela signifie que, pour les paiements jusqu'à 50 euros, vous ne devrez pas introduire votre code PIN. Si cela devait être le cas, ce code PIN est celui de votre carte de débit.

Sécurité

Sur son portail, KBC propose une offre élargie de wearables à commander via différentes plateformes commerçantes partenaires. Au moment où vous en achetez un, il vous sera demandé d’introduire les données de votre carte de débit (sauf votre code PIN bien entendu). Ensuite, lorsque cet objet vous sera livré, il faudra l’activer via l’app CBC ou KBC Mobile.

À tout moment, vous pourrez désactiver la fonction de paiement de votre wearable via cette même app. «Vous pouvez le faire lorsque vous ne souhaitez momentanément pas utiliser cette fonction ou lorsque vous avez égaré votre wearable et que vous pensez que vous pouvez encore le retrouver», selon les explications de la banque.

Pas de batterie? Pas de recharge!

Notez que vous n’avez pas besoin d’avoir votre smartphone à portée de main ou dans votre poche pour réaliser des paiements sans contact avec un wearable.

Autrement dit, vous pouvez par exemple quitter votre domicile les poches complètement vides pour aller chez le boulanger du coin. Votre bague ou votre bracelet suffira à confirmer n'importe quelle transaction.

Par ailleurs, ces objets - comme votre carte de banque - n'ont pas de batterie! Pas de batterie? Pas de recharge!

Prix

Si vous êtes tenté par ces nouveaux objets connectés, mais que vous ne souhaitez pas y consacrer un budget important, Laks propose des porte-clés à partir de 29,90 euros. Chez Tapster, ils sont un peu plus chers (à partir de 49,90 euros).

Vous préférez un bijou discret? Il y a déjà des bagues à partir de 59 euros chez Laks ou à 74,99 euros chez K Ring.

Un bracelet Gemini.

Pour les bracelets, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Il y a les très féminins Rosan Pay à 166 euros ou les Gemini (de 69,95 à 399 euros). Si ces montants vous semblent bien trop élevés, les bracelets Laks se vendent à partir de 45 euros.

Enfin, vous pouvez aussi acquérir une montre classique Mondaine. En fonction du modèle, les prix varient de 209 à 599 euros.

Concurrence

Ce mouvement sera-t-il suivi par les autres banques? "Nous n'avons pas de projets concrets pour lancer les paiements par bagues ou bracelets, mais nous avons l'ambition de rester innovants et de proposer à nos clients les meilleurs moyens technologiques de paiement!", répond BNPPF.

De son côté, Belfius et ING indiquent suivre avec attention les évolutions du marché.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés