Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

5 questions sur le commerce équitable

Café, chocolat ou riz ne sont plus les seuls produits "équitables". Le textile et les bijoux ont également fait leur apparition dans les rayons. A quels labels faire confiance? L'équitable est-il forcément plus cher? Nos réponses.
©iStock

(mon argent) - La 19e édition des petits déjeuners Oxfam aura lieu les 20 et 21 novembre prochains. Au menu, du café de Côte-d'Ivoire, des céréales d'Argentine mais aussi du lait et des produits frais belges. Objectif, promouvoir une consommation responsable. Mais lorsqu'on se retrouve face aux rayons des supermarchés, difficile de faire la part des choses et d'être sûr de choisir un produit véritablement équitable.

1. Equitable pour qui?

Equitable pour le producteur, c'est le principe de base. Le processus de production et de commercialisation doit garantir le juste prix payé pour le travail accompli. Le respect de l'environnement et des droits sociaux est aussi pris en compte pour la certification. Cependant, les exigences varient en fonction des labels. Certains privilégient des projets de développement ou un accompagnement des producteurs, d'autres s'investissent dans la défense de la nature ou même d'une espèce animale ou végétale.

2. Un produit équitable est-il forcément plus cher?

La réponse est non. Si les produits équitables n'ont pas pour vocation d'être les moins chers, ils se situent souvent en milieu de gamme et donc à des prix abordables. Il existe évidemment des produits plus chers mais cette différence s'explique en général par une qualité supérieure. Par contre, si vous achetez un produit équitable qui est aussi le moins cher, la méfiance est de mise. En effet, comment garantir dans le même temps le prix le plus bas et assurer une rémunération juste au producteur? 

Il y a cependant plusieurs exceptions: les produits alimentaires, le textile, les bijoux ou les objets de décoration sont souvent plus chers car moins compétitifs que les biens produits en série.

3. A quels labels faire confiance?

Un label est une garantie qu'un cahier des charges précis à été respecté et que la relation commerciale permet au producteur de vivre dignement de son travail. Le problème, c'est que les labels poussent comme de la mauvaise herbe, avec un objectif: vendre en surfant sur la vague des achats à vocation "éthique". "Le consommateur a toutes les raisons d'être perdu: 'l'autolabélisation' est une mode qui créée la confusion. Sans compter que les marques s'imposent des listes de critères très variables et souvent peu ambitieuses", explique Stéphane Desgain, chargé de recherche au Centre national de coopération au développement.

Pour ajouter encore à la confusion, un produit portant le label du commerce équitable peut aussi porter une marque de distributeur ou une marque spécifique. Ce qui change, c'est son goût ou son prix car c'est le distributeur qui détermine la marge sur le produit.

3 valeurs sûres

L'Union européenne prépare un texte censé réglementer ce type de label au même titre que la certification des produits bio. Mais en attendant, voici, quatre labels auxquels vous pouvez faire confiance:

Max Havelaar garantit que les producteurs sont payés au juste prix pour leurs récoltes dans une relation commerciale durable. Le produit doit être réalisé dans des conditions décentes et respectueuses de l’environnement.  

 

La Fair trade organization veille sur les relations entre importateurs et producteurs, les aspects économiques, sociaux et environnementaux.

 

 

La Plate-forme pour un commerce équitable est un collectif national. En France, 80% des acteurs du commerce équitable en sont membres.

 

 

IFAT: L'Association Internationale du Commerce Equitable: un des principaux acteurs de l'équitable mondial.

4. Produit équitable, produit bio?

Non, pas automatiquement. Si les filières du commerce équitable tendent à devenir bio, le cahier des charges est souvent trop contraignant pour les producteurs de pays en développement. Mais ce qui est sûr, c'est que la protection de l'environnement fait partie des critères. "Attention, il existe par exemple du soja 'responsable' OGM, à ne surtout pas confondre avec le soja 'équitable' et bio", précise Stéphane Desgain. Il faut également savoir qu'un produit bio n'est pas automatiquement équitable.

5. Acheter équitable et belge, est-ce possible?

La réponse est oui. Réduire les intermédiaires est une des solutions pour assurer aux producteurs un revenu qui couvre ses frais de production. La marque Fairebel en est un bon exemple. Elle permet aux producteurs de lait belges de recevoir une rémunération décente pour leur travail. Vous pouvez également opter pour l'achat direct aux producteurs locaux qui, s'il n'est pas "labellisé", correspond aussi au principe d'une consommation durable.

Où peut-on consommer équitable?

Toutes les grandes enseignes disposent de ce type de produits. La plus grosse chaîne de magasins du pays appartient à l'ONG Oxfam, l'organisatrice de l'opération des petits déjeuners équitables.

Trouvez un petit déjeuner Oxfam près de chez vous (uniquement Bruxelles et Wallonie)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés