Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Au resto… avec ses propres bouteilles

Les restaurateurs profitent de cette formule pour booster la fréquentation de leur établissement certains jours creux. Pour le client, c’est l’occasion idéale de profiter de façon optimale des bons flacons de leur propre cave.
Certains cavistes, comme "Les Halles aux Vins" de Wavre, se sont aussi mués en restaurateur. On choisit dans ce cas sa ou ses bouteille(s) dans ses rayons, que l’on consomme sur place moyennant un droit de bouchon. ©pf

La formule tend à se développer. Vous allez au restaurant mais vous emportez une ou plusieurs bouteille(s) de vin de votre cave. Moyennant l’accord préalable du restaurateur – qui est évidemment libre d’accepter ou non – vous payez alors un "droit de bouchon". De 0 à plus de 20 euros par flacon.

Quel est l’intérêt de la formule?

Vous avez quelques bonnes bouteilles dans votre cave? C’est l’occasion de les déguster en situation gourmande optimale. C’est particulièrement vrai pour ceux qui fréquentent les restaurants gastronomiques où ils paieront en général un prix excessif pour la même bouteille. Certains établissements cotés pratiquent hélas souvent des marges exorbitantes sur les prix de leur carte de vins. Minimum trois fois le prix d’achat, et même, dans certains restaurants, jusqu’à 5 à 7 fois!

Quel prix demandent les restaurateurs?

0 à 20 euros
C’est le tarif du "droit de bouchon" qu’un restaurateur applique sur une bouteille personnelle que vous amenez pour accompagner votre repas au restaurant.

Ils sont très variables. Certains restaurants offrent carrément la gratuité pour les bouteilles apportées. Par exemple un soir de semaine où la fréquentation n’est pas optimale: généralement le mardi ou le mercredi. D’autres établissements demandent de 7 à (parfois plus de) 20 euros par bouteille ouverte et servie, en fonction de leur notoriété ou de leur passion pour le vin.

Peut-on également apporter des bouteilles de vin effervescent, le Champagne par exemple, pour l’apéritif?

La réponse varie d’un restaurant à l’autre. Certains estiment à raison que le Champagne (à l’instar du Cava, ou d’un Crémant) relève de la famille vinicole, et acceptent. D’autres non, sans doute au motif que la non facturation d’un apéritif constitue un réel manque à gagner. Évidemment, à 12 voire 23 euros la flûte comme constaté récemment au restaurant d’un grand hôtel de l’avenue Louise, on imagine la marge que cela représente…

Et apporter une bouteille de Porto pour accompagner le fromage…

Même réponse que pour l’apéritif, même si le Porto est effectivement lui aussi un vin!

Il arrive que des cavistes se muent en restaurateur. Peut-on emmener ses propres bouteilles… achetées à la concurrence?

Tout dépend de l’ouverture d’esprit du caviste-restaurateur… L’un acceptera, l’autre pas.

Peut-on disposer de sa propre cave dans un restaurant?

Le système existe. Vous payez dans ce cas une location mensuelle ou annuelle et vous gérez vous-même cette mini-cave et dégustez vos propres vins sans droit de bouchon.

Un des meilleurs restaurants de Wallonie, L’Air du Temps (Liernu), propose les "jeudi-vin". San Degeimbre, le chef propriétaire, et Maxime le sommelier, réceptionnent à votre arrivée vos précieux flacons et vous les servent dans d’excellentes conditions, à la température requise. C’est gratuit. Même pour le Champagne et le Porto…

Deux cavistes devenus restaurateurs, Wine in the City (Bruxelles) et Les Halles aux Vins (Wavre) suggèrent tout leur assortiment vineux pour accompagner leur carte gourmande. Il suffit de choisir sa ou ses bouteille(s) dans le rayonnage parmi plusieurs centaines de références (plus de 600 pour le premier!). Ils demandent tous les deux un droit de bouchon de 12 euros. Concrètement: vous optez pour une bonne bouteille à 12 euros (à emporter) elle vous coûtera le double. Soit le prix habituel des vins les moins chers proposés en restauration actuellement. Oublions les pichets…

La Cave d’Alex (Bruxelles) dispose au sous-sol d’une cave dotée de 80 loges d’une capacité de 50 bouteilles chacune. Il sera bientôt possible de louer ces "mini-caves" à température et hygrométrie optimales pour 30 euros par mois (contrat d’un an). À l’étage, au restaurant, on déjeune et on dîne avec ses bouteilles sans droit de bouchon.

Fabian Henrion du Ventre Saint-Gris (Uccle) a créé les "mardis vin" sans droit de bouchon. Et il a ajouté une offre: vous choisissez ce soir-là une bouteille de sa sélection "coup de cœur" (29 euros) et vous emportez gratuitement la même. La formule "pas de droit de bouchon" attire une clientèle d’amateurs de vin qui se fidélise, assure-t-il.

Le nouveau Gaspar Bistrot Urbain (Bruxelles) qui a ouvert il y a deux mois et est déjà "toqué" dans le guide Gault & Millau, propose la formule "droit de bouchon" sans doute la moins chère de la capitale: 8 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés