mon argent

Ce qui change en janvier pour votre argent

©Shutterstock

Le passage à l’an neuf apporte systématiquement son lot de nouveautés pour vos finances. Que vous soyez indépendant, consommateur, propriétaire, investisseur, pensionné, employé… voici la très longue liste des changements qui impacteront de près ou de loin votre portefeuille dès lundi.

Plus de pouvoir d’achat pour les travailleurs

Les salaires nets augmenteront le 1er janvier suite à l'entrée en vigueur du dernier volet du tax shift. Selon les calculs du ministre des Finances, les salaires nets progresseront de 23 à 31 euros en moyenne, en fonction du niveau de salaire brut. Le tax shift a été introduit par le gouvernement Michel 1er afin d'augmenter, en plusieurs phases étalées de 2016 à 2019, le revenu net pour les travailleurs et dès lors leur pouvoir d'achat.

Une première partie de l'intervention a été ressentie au début 2016, ensuite au début 2018 et finalement au 1er janvier 2019. Concrètement, avec cette dernière étape du tax shift, le salaire non imposable de chacun a été revu à la hausse et sera désormais uniforme pour tous les contribuables (soit 8.680 euros).

©Photo News


Par ailleurs, la tranche d'imposition de 40% a été élargie. En d'autres termes, une plus grande partie des revenus sera imposée à 40% (au lieu de 45%). En moyenne, le salaire net augmentera de près de 27 euros. D'après les calculs du ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld):

• une personne avec un salaire de 1.500 euros bruts verra sa paye augmenter de 31 euros tandis qu'un travailleur touchant un salaire de 2.100 euros bruts recevra une augmentation de 25 euros par rapport à 2018;
• une personne gagnant autour de 3.000 euros bruts  gagnera 23 euros de plus tandis qu'une personne touchant un salaire brut de 4.500 euros gagnera 29 euros de plus;
• une personne touchant un salaire de plus de 5.500 euros recevra une augmentation de 30 euros. 

La dernière mesure fiscale à entrer en vigueur ce 1er janvier dans le cadre du tax shift est la hausse du bonus fiscal à l'emploi, qui passe de 28,03 à 33,14%. Il s'agit de la diminution du précompte professionnel pour les travailleurs ayant un bas salaire qui ont droit à une diminution de leurs cotisations de sécurité sociale personnelles (le bonus à l'emploi social). 

→ Plus de détails dans notre dossier.

Jusqu'à 1.260 euros dans l'épargne-pension 

Compte tenu de l’inflation de 2018, les montants fiscaux seront adaptés à la hausse l’année prochaine. Les deux plafonds de l’épargne-pension devraient passer à 980 et 1.260 euros et le montant maximum pour l’exonération des comptes d’épargne devrait grimper à 980 euros.

Plusieurs autres montants importants connaîtront une hausse non négligeable en 2019.

Indexation annuelle de 2,16% pour les employés de la CP 200 

Les plus de 450.000 employés assujettis à la commission paritaire auxiliaire pour employés (CP 200) bénéficieront d'une augmentation de salaire de 2,16% ce 1er janvier. L'indexation salariale avait atteint 1,83% en janvier 2018, la plus élevée depuis 2013.

Un trajet en ambulance coûtera 60 euros

Suite à la réforme de l'aide médicale urgente, dès le 1er janvier, un forfait de 60 euros s'appliquera à tous les trajets effectués en ambulance, peu importe d'où vient l'ambulance pour aller chercher le patient et le nombre de km qu'elle doit parcourir pour l'amener à l'hôpital.

Le nouveau système sera donc plus transparent et plus juste pour le patient, qui bénéficiera d'une sécurité tarifaire. De plus, ce forfait restera plus bas que le montant moyen d'intervention actuel et il s'applique également aux ambulances privées.

©BELGA


Hausse des tarifs chez le médecin

À partir de l'année prochaine, les honoraires pour une consultation classique chez le médecin de famille passeront de 25,4 à 26,3 euros. Cette hausse ne sera cependant pas ressentie par le patient, car le ticket modérateur reste quant à lui inchangé.

Par ailleurs, les consultations à domicile augmenteront de 1,25 euro, à 38,9 euros. Dans ce cas-ci, par contre, la hausse ne sera pas totalement compensée par la mutuelle. Pour le dossier médical global (DMG), les frais s'élèveront désormais à 31 euros au lieu de 30 euros et à 56,8 euros au lieu de 55 euros pour les patients atteints de maladies chroniques. Enfin, une consultation chez un spécialiste coûtera 3,33% de plus.

Prix plus élevés pour certains médicaments

Le gouvernement a décidé de stabiliser la marge économique du pharmacien à partir de 2019, et de lui appliquer en même temps une indexation. Cette marge est une partie de la rémunération d’un pharmacien en pharmacie ouverte au public. Elle sert à couvrir les frais liés à l’activité économique du pharmacien.  Elle est liée au prix ex-usine du médicament et est comprise dans le prix de vente du médicament.

Par conséquent, la part du prix qui reste à la charge du patient (ticket modérateur) ne change pas. Par contre, s’il doit payer le prix plein d’un médicament, il paiera un prix plus élevé.

Ceci dit, pour les médicaments délivrés en pharmacie publique, les montants maximum restant à charge du patient (ticket modérateur) sont indexés par catégorie de remboursement. Voici les nouveaux tickets modérateurs à partir du 1er janvier.

Antiviraux contre l’hépatite C : des conditions de remboursement plus souples

Les conditions  pour obtenir le remboursement des antiviraux contre le virus de l’hépatite C s’assouplissent. À partir du 1er janvier 2019, un plus grand nombre de patients auront droit au remboursement de ces médicaments.

Financement groupé des soins hospitaliers à basse variabilité

L'arrêté royal relatif au financement groupé des soins hospitaliers à basse variabilité (SBV - concerne les actes qui ne nécessitent pas de soins différents entre les patients et se pratiquent de la même manière pour tous) produira ses effets dès le 1er janvier. Dans ces cas précis, l'Etat interviendra dès l'an prochain de la même manière dans tous les hôpitaux du pays. Le nouveau financement s'appliquera à environ 8,5% des plus de 4,5 millions d'hospitalisations (hospitalisations classiques et de jour) qui ont lieu chaque année en Belgique. Le SPF Santé a établi une liste de 57 groupes de patients pouvant être traités de façon standardisée et sur base de laquelle, la ministre  de la Santé Maggie De Block va définir un prix fixe pour les honoraires des prestataires de soins par admission de patient.

Proximus supprime l'accès gratuit de ses clients au réseau FON...

À partir du 1er janvier, les clients Proximus qui ont un abonnement à internet ne pourront plus surfer gratuitement sur les hotspots FON répartis dans le monde entier. L’opérateur a décidé de mettre fin à ce partenariat grâce à la fin des frais de roaming au sein de l'UE et à la multiplication des connexions Wi-Fi dans les hôtels. Ceci dit, en Belgique, vous pourrez toujours surfer gratuitement sur un vaste réseau de Wi-Fi hotspots si vous activez Smart Wi-Fi.

... et augmente ses tarifs

C’est aussi à cette date que Proximus augmentera une série de tarifs (pour couvrir le déploiement de la fibre optique).  Concrètement, les forfaits populaires comme Tuttimus et Familus deviennent plus chers (+ 2 euros/mois), tandis que l'offre Minimus (le pack sans ligne fixe) reste inchangée. Cette hausse tarifaire concerne aussi les packs optionnels sport et certaines autres formules d'abonnement. Par exemple, l'option football belge passe de 7,95 à 9,95 euros par mois, celle du sport international de 9,95 à 11,99 euros.

Augmentation du prix du timbre-poste

À partir de 2019, envoyer une lettre par la poste coûtera sensiblement plus cher. Celui qui souhaite que son courrier parvienne au destinataire le lendemain devra payer 15% de plus qu'aujourd'hui. Le timbre prior passe en effet à 1 euro, contre o,97 euro actuellement à l'achat de 10 unités. Pour un timbre non-prior, vous paierez 0,95 euro, contre 0,92 euro pour l'instant. Dans ce cas, .

©Photo News

Ceux qui possèdent encore d'anciens timbres peuvent continuer à les utiliser. Mais à partir du 1er janvier, Bpost les considérera automatiquement comme non-prior.

Légère augmentation du prix de la bière

Le prix de la plupart des bières du géant brassicole AB InBev augmentera légèrement à partir du 1er janvier. Alken-Maes prévoit également une augmentation des tarifs. La grande distribution et le secteur Horeca devront décider de répercuter ou non cette hausse auprès des consommateurs. AB InBev - qui détient entre autres Stella Artois, Jupiler, Leffe, Hoegaarden, Belle-Vue et Corona - a confirmé fin novembre une "légère hausse de prix".

Une porte-parole a évoqué une hausse de 0,016 euro par verre de bière pour le consommateur et de 0,015 euro en moyenne dans les magasins. Cette décision s'explique notamment par la hausse du prix des céréales, à cause de la sécheresse, et d'autres matières premières. La brasserie Haacht pourrait également augmenter ses prix en 2019 mais aucune décision n'a encore été prise.

Hausses et baisses de certains tarifs bancaires

Les changements les plus notables (à la hausse) se trouvent du côté des banques BNP Paribas Fortis et ING. À contre-courant, la banque Crelan revoit plusieurs tarifs à la baisse.

©Photo News


→ Retrouvez tous ces nouveaux tarifs dans notre dossier.

Des taux plus élevés pour la régularisation fiscale

À partir de 2019, les taux d'imposition seront de nouveau majorés de 1% lors d'une régularisation fiscale. Pour les capitaux prescrits, le taux de régularisation s'élèvera donc à 39%. En 2020, ce taux passera à 40%. Pour les revenus fédéraux non prescrits (TVA et impôt sur le revenu), c'est une majoration du taux normal d'imposition qui est pratiquée. Le taux passe de 23% actuellement à 24% en 2019 et finalement à 25% en 2020.

Coût du transport de l'électricité uniformisé en Wallonie

À partir du 1er janvier, à l'image de ce qui se fait déjà pour le gaz, chaque Wallon paiera (via sa facture d'énergie) le même tarif pour le transport de l'électricité. Autrement dit, les Wallons qui paient jusqu'ici plus que les autres paieront dorénavant un peu moins et inversement. C'est donc une bonne nouvelle pour certains ménages et une moins bonne pour d'autres. Ceci dit, selon Test-Achats, on parle, au pire ou au mieux, d'une quinzaine d'euros de différence sur votre facture annuelle.

De nouvelles catégorie de véhicules frappées d'interdiction de rouler à Bruxelles

À partir du 1er janvier, les voitures essences de norme Euro 0 et Euro 1 ne seront plus les bienvenues à Bruxelles (au même titre que les voitures diesel Euro 0 et Euro 1 depuis 2018)! Ce sera désormais aussi le cas pour les voitures diesels Euro 2.

©BELGA


Numérisation de l'état civil

À partir du 1er janvier, les citoyens pourront demander leurs actes d'état civil dans la commune de leur choix. Ils auront aussi la possibilité de les télécharger et de les imprimer. À partir de cette date, tous les nouveaux actes d'état civil seront établis et enregistrés de manière numérique. Cette avancée est possible grâce à l'intégration de 589 registres communs dans une banque de données centrale "Actes d'État civil (DABS)", sans toucher aux missions de base de l'état civil. "On travaillera avec des actes entièrement électroniques pouvant être signés numériquement par le fonctionnaire de l'État civil par le biais de la eID", souligne un communiqué.

Régionalisation des allocations familiales

En 2019, rien ne changera en Région de Bruxelles-Capitale. Du côté de la Wallonie, l’octroi des suppléments sociaux se fera uniquement en fonction des revenus et non plus de la catégorie socio-professionnelle (salarié, chômeur, invalide, etc.). De plus, le jeune qui aura 18 ans en 2019 continuera à recevoir automatiquement des allocations familiales jusqu'à 21 ans, sauf s'il travaille ou perçoit des allocations de chômage. Enfin, le supplément octroyé aux enfants orphelins ne sera plus supprimé en cas de recomposition familiale.

Du côté de la Flandre, le montant de base sera fixé à 163,20 euros par enfant pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2019. Des suppléments sociaux seront associés à trois plafonds de revenus: 51 euros/enfant en dessous du plafond de 30.984 euros bruts imposables par ménage, 81,60 euros/enfant en dessous de ce même plafond pour les familles avec trois enfants minimum et 61,20 euros/enfant pour les revenus annuels compris entre 30.984 euros et 61.200 euros dans le cas des familles avec trois enfants minimum. La prime unique de naissance ou d'adoption sera fixée à 1.122 euros et les primes de rentrée scolaire varieront entre 20 et 61 euros selon l'âge de l'enfant.

Le congé d'adoption allongé et étendu

À partir du 1er janvier, la durée du congé d'adoption est progressivement allongée: il sera d'office de 6 semaines par parent adoptif. S'y ajoute une semaine supplémentaire pour les deux parents ensemble.

Concrètement, chaque parent adoptif aura droit à partir du 1er janvier à  6 semaines de congé d'adoption plus une semaine supplémentaire. D'ici 2027, on atteindra ainsi le maximum de 27 semaines pour les deux parents. En cas d'adoption simultanée de plusieurs enfants, la durée maximum est prolongée de deux semaines par parent adoptif.

L'actuel âge maximum de 8 ans est en outre supprimé. Il suffira dorénavant que l'enfant soit mineur.

En outre, le congé du parent adoptif de longue durée (parent d'accueil) est aligné sur le régime du congé d'adoption. "De longue durée" signifie qu'il est clair dès le début de l'accueil que l'enfant résidera dans le ménage pendant au moins six mois.

©AltoPress / Maxppp

Nouvel avantage fiscal en cas d'adoption

Les parents qui ont finalisé une procédure d'adoption en 2018 peuvent récupérer une partie des frais qu'ils ont engagés via leur déclaration fiscale. Que la procédure ait été finalisée ou arrêtée anticipativement n'a pas d'importance, pour autant que cette procédure ait été menée via un service d'adoption agréé.

"Cet avantage fiscal est révolutionnaire, car on peut prendre en compte dans la déclaration fiscale de 2019 les dépenses d'une adoption consenties depuis 2013", signale Jef Wellens.

La réduction d'impôt s'élève à 20% des frais exposés, avec une déduction maximale de 6.150 euros par procédure d'adoption. Ce maximum correspond à une dépense globale d'adoption de 30.750 euros. Pour les couples mariés ou en cohabitation légale, le plafond vaut pour les deux partenaires ensemble.

L'âge minimum pour le régime de fin de carrière porté à 60 ans

À partir du 1er janvier, l'âge pour pouvoir bénéficier du régime de fin de carrière passe de 55 à 60 ans. La "fin de carrière" est un système qui permet aux salariés de travailler moins dans les dernières années précédant la pension. Concrètement, ils peuvent passer à un travail à mi-temps ou réduire leurs prestations d'un cinquième. En plus de leur rémunération à temps partiel, ils perçoivent une indemnité de l'Office national de l'emploi (ONEM).

Procédure simplifiée pour demander une dispense des cotisations sociales

À compter du 1er janvier, une nouvelle procédure est d'application pour les indépendants qui souhaitent introduire une demande de dispense de cotisations sociales en raison de difficultés économiques ou financières. Le nouveau système, simplifié, leur permettra d'obtenir une réponse endéans le mois, contre six mois auparavant. Les travailleurs indépendants qui se trouvent "dans le besoin" ou "dans une situation voisine de l'état de besoin" peuvent s'adresser à la Commission des dispenses de cotisations auprès du SPF Sécurité sociale afin d'obtenir la dispense totale ou partielle de leurs cotisations sociales.

©Photo News

En plus d'une réduction du délai et d'une clarification des critères afin de mieux tenir compte des difficultés économiques et financières que peuvent rencontrer les indépendants, ceux-ci disposeront dorénavant d'un droit de recours sur le fond devant une commission de recours. 

L'indemnité de maternité payée plus tôt

À partir du 1er janvier, le paiement de l’indemnité de maternité aux indépendantes par les mutuelles sera formellement ramenée de 4 à 1 mois.

La TVA sur la location devient possible

À partir du 1er janvier, les bailleurs professionnels pourront facturer la TVA à des locataires professionnels. Rien ne change pour les particuliers en revanche: si vous louez un appartement ou une maison pour y habiter, vous ne devez jamais payer de TVA.

→ Pour plus de détails : Ce qui change en 2019 pour l’immobilier

Cohabiter dans un immeuble à appartements devient plus simple

Vous habitez un appartement? La nouvelle loi sur la copropriété, qui entre en vigueur le 1er janvier, doit simplifier la gestion des parties communes. Dans les grandes lignes, le processus de décision sera simplifié, la gestion plus efficace tandis que des associations partielles pourront désormais être constituées au sein d’un même immeuble (pour une aile déterminée par exemple).

→ Pour plus de détails : Ce qui change en 2019 pour l’immobilier

Nouvel outil d’épargne-pension pour les travailleurs

Aujourd'hui, plus de 3,1 millions de Belges épargnent pour leur pension via leur employeur au moyen d'une assurance groupe collective ou d'un fonds de pension. Mais certains employeurs ne proposent pas ce type de plan collectif. Pour généraliser le deuxième pilier de pension, tous les travailleurs pourront à partir de 2019 se constituer une pension libre complémentaire pour travailleurs salariés (PLCS). Au choix, auprès d'un assureur ou d'une institution de pension.

Pour plus de détails, lisez notre dossier.

Une meilleure protection pour les plus de 65 ans

Actuellement, quelque 2.500 indépendants travaillent au-delà de 65 ans sans réclamer leur pension. Ce choix peut poser problème s'ils sont confrontés à un revers de la vie, par exemple une maladie. Car aujourd'hui, un indépendant ne peut plus percevoir d'indemnité de maladie une fois qu'il a atteint l'âge de la pension.

©Photo News

À partir du 1er janvier, les indépendants pourront, tout comme les salariés, compter sur une indemnité de maladie pendant 6 mois. En outre, ils continueront à se constituer des droits de pension au cours de cette période.

Toutes les années de travail effectif compteront dans le calcul de la pension

Le principe de l'unité de carrière a été supprimé. À partir du 1er janvier, toutes les années de travail effectif compteront donc dans le calcul de la pension des travailleurs salariés, même celles prestées après 45 années de carrière. La mesure vise à permettre à ceux qui poursuivent le travail au-delà de 45 années d'accroître leurs droits à la pension.

Jusqu'à présent, la somme de tous les jours équivalents temps plein, tant prestés qu'assimilés, ne peut pas dépasser, pour une pension de retraite, le nombre de jours équivalents temps plein qui compose une carrière complète, c'est-à-dire 14.040 jours soit 312 jours multipliés par 45. Le système peut se révéler pénalisant pour des personnes qui ont commencé tôt leur carrière professionnelle.

Le montant de pension supplémentaire pour un salaire mensuel de 3.000 euros s'élèvera à 318 euros par an pour chaque année prestée après 45 années de carrière, selon le cabinet du ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine.

→ Quels sont les autres changement en matière de pension prévus l’année prochaine? Lisez notre dossier complet.

Règles plus strictes pour les bancs solaires

À partir du 1er janvier, si vous vous rendez dans un centre de bancs solaires, vous devrez fournir à l'exploitant une attestation médicale confirmant votre type de peau, sauf si votre centre de bronzage dispose d'un appareil de détermination de la sensibilité de la peau. Suite à cette détermination, vous recevrez un moyen d'identification personnel qui permet d'accéder au centre et d'utiliser les bancs solaires. De fait, tous les centres de bronzage seront automatisés et les machines ne pourront plus être mises en fonction sans utilisation de ce moyen d'identification personnel.

©BELGAIMAGE

Jusqu'à 1.000 euros par mois exonérés d'impôt

Depuis l'été dernier, le nouveau statut "Plus" offre la possibilité d'avoir un complément de revenu en travaillant pour une association. Actuellement, ce complément est plafonné à 510,83 euros par mois et 6.130 euros par an (montants gagnés en 2018). À partir du 1er janvier  le plafond mensuel passe à un peu plus de 1.000 euros pour deux types d'activités dans le travail associatif, sans toutefois que le plafond annuel ne change.

Il s'agit d'une part, des animateurs, responsables, moniteurs et coordinateurs qui donnent des initiations sportives et/ou dirigent des activités sportives et d'autre part, des entraîneurs sportifs, professeurs de sport, coaches sportifs, coordinateurs sportifs pour jeunes, arbitres sportifs, membres du jury, stewards, responsables du terrain et signaleurs aux compétitions sportives.

Sachez cependant que pour avoir droit à ce complément exonéré d'impôt, il faut soit travailler comme salarié à 4/5e temps au moins, soit être indépendant ou pensionné. Les salariés dont le temps partiel est inférieur à 4/5e temps, les étudiants, les hommes ou femmes au foyer, les veufs et veuves qui perçoivent une pension de survie n'y ont donc pas droit.

Nouveautés pour les leçons de conduite en filière libre

À partir du 9 janvier, former un ménage de fait suffira pour pouvoir donner des leçons de conduite aux enfants de son partenaire, selon polinfo.be. Autrement dit, la notion de "partenaire légal" est désormais abandonnée. De même, le délai d’un an est également abandonné pour les leçons données au partenaire. En effet, la réglementation fédérale exigeait jusqu’ici que les guides en filière libre attendent un délai d’un an avant de pouvoir à nouveau donner des leçons de conduite à une autre personne, sauf pour leurs enfants, petits-enfants, sœurs, frères et pupilles, ou pour ceux de leur partenaire légal.

©Photo News

Fin de la période transitoire pour la stérilisation des chats en Wallonie

L'obligation d'identification et d'enregistrement des chats domestiques est entrée en vigueur en Wallonie le 1er novembre 2017. Cependant, une période transitoire avait été prévue pour les chats nés avant cette date. Ceux-ci devaient en effet être stérilisés au plus tard avant le 1er janvier 2019. Depuis le 1er novembre 2017, en Wallonie, tous les chats nés après cette date doivent être stérilisés avant l'âge de six mois. Le chat doit être stérilisé avant sa commercialisation (tant pour la vente que pour les dons). Le vétérinaire qui procède à la stérilisation d'un chat doit délivrer une attestation reprenant la date de stérilisation ainsi que l'identification du chat ou, le cas échéant, sa description.

Réforme des baux à loyer en Flandre

Le réglementation sur les baux à loyer change à partir du 1er janvier en Flandre. La garantie locative maximale à apporter pour louer un logement sera ainsi portée à trois mois au lieu de deux. Pour compenser l'augmentation de la garantie locative maximale, le décret prévoit la création d'un prêt régional de garantie locative sans intérêt. Celui-ci sera accordé de manière anonyme de telle sorte que le propriétaire ignore que son locataire a eu recours à cet instrument. Ce prêt sera octroyé par le fonds flamand du logement et devra être remboursé dans les deux ans avec une possibilité de prolongation de six mois. Les candidats devront remplir un certains nombre de critères, notamment en matière de revenus, pour pouvoir prétendre à ce prêt.

  Le nouveau décret précise également que les loyers ne pourront plus être augmentés au-delà de l'indexation, sauf après des investissements dans les économies d'énergie. Les frais d'exploitation, comme l'ascenseur ou l'entretien des parties communes, seront à charge du locataire. Celui-ci sera également responsable des dégâts occasionnés dans le logement qu'il occupe. A l'inverse, si un logement ne répond pas aux normes de qualité, le locataire pourra faire invalider son bail et demander le remboursement des frais de location.

Le bail de neuf ans reste la règle. Les contrats de plus courte durée resteront possibles. Le décret réglemente aussi les baux étudiants et les règles ont également été adaptées aux nouvelles formes de cohabitation, dont la colocation.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content