Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Febelfin brise le tabou de l'argent chez les jeunes à l'aide d'influenceurs

Une étude menée par Febelfin montre l'ignorance et l'inquiétude des jeunes face aux problèmes d'argent. La fédération lance donc une campagne pour briser ce solide tabou.
Pour sa campagne financesetmoi.be, Febelfin collabore avec le musée éphémère Smile Safari. ©Kevin Faingnaert

Les jeunes et l'argent, toute une histoire de désamour? C'est en tout cas ce que laisse suggérer une vaste enquête réalisée par la Fédération belge du secteur financier. Cette étude menée avant la crise du coronavirus sur quelque 2.000 personnes âgées de 15 à 30 ans montre que ce sujet reste le tabou numéro 1 dans la jeunesse actuelle.

Selon cette enquête réalisée en collaboration avec le cabinet d’analyse Indiville, 41% des jeunes adultes belges sont "parfois très inquiets" quant à leur situation financière. 36% d’entre eux ont même régulièrement peur de voir leur carte de banque refusée dans un magasin, tandis que 36% des parents de cette tranche d'âge craignent de ne pas avoir assez d’argent pour nourrir leur famille.

Cette inquiétude face aux problèmes d’argent relève sans doute d'un manque de connaissances à ce sujet: de nombreux jeunes admettent ainsi en savoir trop peu sur les questions d’argent (3 sur 4 interrogés). Ils sont en outre 47% à ne pas savoir comment gérer un budget, et 74% ne savent pas que les banques transforment l’épargne en crédits.

Les parents au coeur de la culture financière...

47%
47% des jeunes interrogés détestent s’occuper de leurs questions d’argent. Ce taux n’est que de 37% chez ceux qui n’ont pas de problèmes financiers, mais il grimpe à 59% chez ceux qui connaissent des difficultés.

Démunis face aux questions d'argent, les jeunes se tournent alors bien souvent vers leurs parents pour trouver des réponses (70% des 15-30 ans et même 80% des 15-19 ans). Des parents pour qui l'argent reste souvent un tabou lorsqu'il s'agit d'en parler avec leurs enfants. "En 2020, il est encore tabou de dire combien on gagne, combien on dépense ou la somme présente sur son carnet d’épargne. Les parents sont encore moins réticents à parler de sexe que d’argent avec leurs enfants", souligne l'étude.

Face à ce serpent qui se mord la queue, Febelfin pointe le rôle essentiel de l'école dans l'apprentissage financier. Et souligne qu'acquérir de telles connaissances permet à la fois de se sentir davantage concerné et d'avoir moins de problèmes d'argent. "L’enseignement peut éliminer une partie des inégalités: en intégrant l’éducation financière au programme, il permettrait aux jeunes d’obtenir leurs premières connaissances financières au même moment", affirme même la Fédération.

... et les influenceurs au centre d'une campagne

Mais pour sensibiliser (et décomplexer) les jeunes face aux problèmes d'argent, Febelfin mise aussi sur des figures bien connues de cette tranche d'âge: les influenceurs. Dans sa campagne financesetmoi.be/money, la Fédération belge du secteur financier leur donne la parole dans des "money confessions" dans lesquelles ils relatent leurs déboires en la matière. "Leur message est le suivant: vous avez des questions à propos de l’argent, ou bien vous avez déjà commis une erreur en matière de finance? N’ayez pas honte, car vous n’êtes pas seul(e). N’ayez pas peur d’en parler et de demander de l’aide", explique Febelfin.

On peut déjà y voir l'influenceuse belge Fiona Traina (dite BadFifii) qui compte plus de 120.000 abonnés sur Instagram et plus d'un million sur TikTok. "Ma première paie, je faisais n'importe quoi: je sortais, j'achetais du maquillage… Et j'avais zéro argent!", assure-t-elle.

©Febelfin Belgium

Febelfin peut également compter sur le soutien (et les milliers d'abonnés) d'autres influenceurs: l'ex-Miss Belgique Noémie Happart, le professionnel des caméras cachées Tristan Sanchez (@trismaster_sg), la modeuse France Dejonckheere (@mabebyf) et le chanteur belgo-congolais Ritchy Boy (@ritchyzzle).

Outre ces "confessions" d'influenceurs, financesetmoi.be compile toute une série de conseils en tout genre à destination des jeunes et des parents, de la déclaration fiscale à l'impact de la crise, en passant par des témoignages avisés. Febelfin signe par ailleurs cette collaboration avec le Smile Safari, un nouveau musée éphémère bruxellois... Destiné à la capture de photos Instagram et de vidéos TikTok. La boucle est bouclée.

Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close au lancement du Smile Safari. Le musée ouvre ses portes du 2 octobre au 30 novembre à Tour et Taxis à Bruxelles. ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés