Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Je travaille: que change la réforme Michel?

Le gouvernement a concocté un paquet de mesures qui impacteront vos finances "perso". Voilà ce à quoi vous devez vous attendre si vous travaillez.
©BELGA

♦ 500 euros non taxés

À partir du 1er janvier 2018, les personnes qui travaillent (dans le cadre d’une activité principale d’au moins un 4/5e) et les pensionnés pourront disposer de revenus complémentaires non taxés allant jusqu’à 500 euros par mois.

Les revenus issus du travail récréatif, dans des fonctions spécifiques du secteur non marchand, seront exonérés fiscalement et socialement à concurrence de 6.000 euros par an. Il s’agit par exemple des personnes qui effectuent de temps en temps de l’accueil extra-scolaire d’enfants ou font les garde-malades de nuit. C’est aussi le cas de ceux qui sont coachs sportifs ou chefs d’orchestres durant leur temps libre.

"En résumé, il s’agit de la zone grise existant entre le volontariat et le travail rémunéré", selon un communiqué de Maggie De Block, la ministre des affaires Sociales. Par ailleurs, un système similaire sera développé dans le cadre de l’économie collaborative qui permet à des particuliers de s’entraider pour des petits travaux.

C’est typiquement ce que propose la plateforme ListMinut. Pour rappel, l’économie collaborative dispose déjà de son propre régime fiscal. Celui-ci prévoit que la personne qui ne gagne pas plus de 5.100 euros/an ne paie que 10% d’impôt. Elle échappe également aux obligations qui incombent aux indépendants et aux indépendants complémentaires en matière de TVA et aux cotisations de sécurité sociale.

♦ Effet tax shift

Les deuxième et troisième phases du tax shift vont avoir un impact positif sur les salaires. En 2018, les bas salaires toucheront 115 euros nets/mois de plus qu’en 2014, et un travailleur sur deux touchera 86 euros nets/mois en plus.

En 2019, les bas salaires toucheront 146 euros nets/mois de plus qu’en 2014, et un travailleur sur deux touchera 109 euros nets/mois en plus.

Que vous soyez travailleur, pensionné, indépendant, épargnant, investisseur ou simplement consommateur, découvrez en quoi les mesures adoptées par le gouvernement Michel vont changer votre quotidien.

Tous les profils ici.

♦ Étudiants

Alors que le gouvernement vient de permettre aux jeunes qui effectuent une formation en alternance d’effectuer désormais en même temps un job étudiant (depuis le 1er juillet 2017), celui-ci prévoit aussi d’autoriser au plus tard le 1er janvier prochain le travail du dimanche dans certains secteurs (ex: les commerces de détails) pour les étudiants de moins de 18 ans (et donc d’au moins 16 ans).

♦ Participation aux bénéfices

30%
La prime pourra dépasser 30% de la masse salariale dès 2018.

À partir du 1er janvier 2018 (année comptable 2017), la participation des travailleurs aux bénéfices de leur entreprise sera simplifiée et encouragée. La prime ne sera pas prise en compte dans le calcul de la norme salariale (établie à 1,1% hors indexation et hors augmentations barémiques pour les années 2017 et 2018).

Elle ne pourra cependant dépasser 30% de la masse salariale. Et aucun glissement ne sera autorisé au détriment des rétributions classiques autorisées.

♦ Durée de préavis

Les délais de préavis seront modifiés durant les six premiers mois de travail du nouvel engagé à partir du 1er janvier prochain. Le préavis sera d’une semaine si le licenciement intervient durant les trois premiers mois de travail. Il passera à trois semaines si le nouvel engagé a travaillé quatre mois et à quatre semaines s’il a travaillé cinq mois. À partir du sixième mois, le préavis sera de cinq semaines, au lieu de quatre jusqu’ici.

♦ Fin de carrière en douceur

Une fin de carrière en douceur est aménagée pour certaines catégories de travailleurs. Ceux qui ont au moins 60 ans et passent d’un temps plein à un 4/5e, et ceux qui travaillent en équipe/de nuit et glissent vers un travail plus léger recevront de leur employeur une prime exonérée de charges sociales pour compenser la perte de salaire occasionnée par ce changement.

♦ Fonction publique: priorité aux contractuels

Pour l’engagement de nouveau personnel dans la fonction publique, priorité sera donnée aux contractuels, pour des motifs d’efficacité et de flexibilité. Les agents statutaires actuels conserveront cependant leur statut durant toute leur carrière, y compris en cas de promotion ou de mobilité.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés