Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Mode d’emploi pour changer d’opérateur télécom

Meilleur tarif, Easy Switch, portabilité des numéros, indemnité de rupture, valeur résiduelle... Voici tout ce qu'il faut savoir pour changer d'opérateur.
©Filip Ysenbaert

1/ Meilleur tarif

Avant de souscrire une offre télécom ou avant de changer d’opérateur dans l'optique d'avoir un meilleur rapport qualité-prix, prenez la peine d’utiliser l’outil de comparaison développé par l’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications): Meilleurtarif.be.

À ce propos, votre opérateur télécom est tenu de vous indiquer sur une facture, au moins une fois par an, le plan tarifaire qui pourrait le mieux convenir à vos usages et à vos habitudes.  Vous pouvez également lui en faire la demande aussi souvent que vous le souhaitez.

2/ Changer d’opérateur mobile

Désormais, la plupart des abonnements mobiles sont sans engagement. Cela signifie que vous êtes libre changer de fournisseur ou de contrat dans le mois qui suit la souscription de celui-ci, sans devoir payer une quelconque indemnité de rupture. Gare toutefois à une éventuelle valeur résiduelle (voir encadré au bas de l'article).

C’est le nouveau fournisseur qui s’occupera de toutes les démarches nécessaires au changement, sans frais et sans interruption.

Si vous avez quand même souscrit un abonnement à durée déterminée, ce qui est devenu relativement rare sur le marché, et que vous souhaitez résilier votre contrat, vous risquez de devoir payer une indemnité à votre opérateur. "Celle-ci est plafonnée à la redevance d’abonnement que vous auriez dû payer jusqu’au sixième mois du contrat", précise l’IBPT.

Que vous ayez un contrat à durée déterminée ou indéterminée (c’est-à-dire sans engagement), si vous souhaitez changer de fournisseur, sachez que c’est le nouveau fournisseur qui s’occupera de toutes les démarches nécessaires au changement, sans frais et sans interruption.

Et si vous le souhaitez et que vous l’indiquez à votre nouvel opérateur, vous pouvez évidemment conserver votre numéro de téléphone actuel. Vous avez le choix entre un transfert immédiat ou à une date déterminée. Si ce transfert prend du retard par rapport à ce qui était convenu, vous êtes en droit d’exiger une indemnité à votre nouvel opérateur (de 3 à 5 euros).

Bon plan: choisir un nouvel abonnement en ligne permet parfois de bénéficier d’une réduction supplémentaire. De fait, les opérateurs télécoms proposent régulièrement des promotions qui sont exclusivement disponibles sur leur plateforme.

3/ Changer d’opérateur fixe

Avant d’opérer un changement, vérifiez si vous avez conclu un contrat à durée déterminée ou indéterminée. Dans le premier cas, si votre contrat a moins de six mois, votre futur ex-opérateur sera en droit de vous réclamer le paiement d’une indemnité de rupture (plafonnée à la redevance d’abonnement que vous auriez dû payer jusqu’au sixième mois du contrat).

Dans le cas d’un contrat qui concerne la fourniture d’au moins un service fixe, (internet, télévision et/ou téléphonie fixe), pour vous simplifier la vie, vous pouvez recourir à la procédure Easy Switch. Celle-ci impose aux opérateurs de se charger eux-mêmes de toutes les démarches, tant administratives qu’opérationnelles, pour exécuter le changement de fournisseur. Cela permet d'éviter les risques de double facturation.

Par exemple, un client Proximus qui souhaiterait passer chez Voo pour son pack triple play ne devra contacter que ce dernier, qui se chargera alors de toutes les démarches (de la résiliation à l’installation), sauf bien sûr celle qui consiste à restituer le matériel loué (comme le décodeur par exemple) à l’ancien opérateur.

La procédure Easy Switch permet d'éviter les risques de double facturation.

En pratique, vous devrez communiquer à votre nouvel opérateur votre numéro de client (auprès de votre futur ex-opérateur) ainsi que l’ID Easy Switch, à savoir un code numérique qui fait référence au service internet, TV ou téléphonique.

Ce code est disponible dans votre espace client, sur une confirmation d’achat et sur vos factures. Pour faire un parallèle avec le marché de l’énergie, ce code correspond en quelque sorte à votre numéro EAN (celui qu’il suffit de fournir à votre nouveau fournisseur pour opérer un changement de contrat de gaz et/ou d’électricité).

Éventuellement, vous devez également signaler à votre nouveau fournisseur si vous souhaitez garder votre numéro de téléphone fixe (ainsi que les numéros mobiles, si ceux-ci sont inclus dans le transfert d’un fournisseur à un autre).

Attention, comme c’était déjà le cas pour l’abonnement mobile, vous pourriez être amené à payer une indemnité de rupture sous forme de valeur résiduelle dans le cas d’une vente couplée (voir encadré).

Lire aussi | Vente couplée: bon ou mauvais plan? (ajouter lien)

En ce qui concerne la fin de votre ancien abonnement, c’est vous qui choisirez la date de l’arrêt: au plus tôt le jour de l’activation de votre nouvel abonnement (ce qui permet de limiter le risque de double facturation) ou plus tard.

En effet, "Easy Switch permet de choisir la date de résiliation et, si vous le souhaitez, de maintenir un temps les services activés chez les deux opérateurs", selon l'IBPT.

Par ailleurs, Easy Switch facilite le passage du technicien, notamment en obligeant l’opérateur à vous proposer des horaires de passage de maximum une demi-journée. En cas de non-passage, vous aurez même droit à une indemnisation de 10 euros par rendez-vous manqué.

Attention, vous ne pouvez pas avoir recours à la procédure Easy Switch en cas de migration partielle. C’est-à-dire, si vous souhaitez changer d’opérateur pour internet, mais pas pour la télévision par exemple.

Gare à la valeur résiduelle

Vous avez pu obtenir un smartphone à un prix réduit en souscrivant un abonnement mobile? Vous avez reçu une télévision, une tablette ou un ordinateur portable en souscrivant à un pack triple play? Dans ce cas, il se peut que vous soyez amené à payer une indemnité à votre futur ex-opérateur télécom.

Cette indemnité correspond à la valeur résiduelle de l’appareil reçu ou obtenu à moindre prix lors d’une vente couplée. Vous trouverez cette valeur résiduelle dans le tableau de remboursement qui a été annexé à votre contrat.

Par exemple, vous avez conclu un contrat pour un pack triple play d’une durée de 24 mois avec la possibilité d’obtenir gratuitement une télévision d’une valeur de 600 euros. Si vous cassez ce contrat au bout de 12 mois, vous pourriez être amené à devoir payer une somme de 300 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés