mon argent

Pourquoi payez-vous 60% de plus qu'un Français pour aller à Disneyland?

©BELGA

Un week-end dans le monde de Mickey coûtera plus cher aux Belges qu’aux Français. Ce type de discrimination existe aussi pour la location de voitures ou pour les achats dans les catalogues. Où porter plainte?

La Commission européenne a annoncé mardi qu'elle cherchait à déterminer si Disneyland Paris faisait payer davantage à certains visiteurs en fonction de leur pays de résidence, à l'encontre des règles de l'UE.

"La Commission et les associations européennes de consommateurs reçoivent fréquemment des plaintes de consommateurs impliquant des différences de prix injustifiées, basées sur leur nationalité ou sur leur lieu de résidence", a indiqué Lucia Caudet, la porte-parole de la Commission.

Une étude des institutions européennes sur le web a recensé les prix proposés pour près de 30.000 formules de location de voiture. Les conclusions sont accablantes en matière de discrimination. Si un Britannique veut louer une voiture, le prix de location peut être jusqu’à 53% plus élevé que s’il s’agit d’un Polonais ou d’un Belge, indépendamment du lieu dans lequel la voiture sera louée. Depuis cette étude, les agences de location ont été invitées à se mettre en ordre par rapport au droit communautaire. Mais des discriminations subsistent encore. L’an dernier, l’exécutif européen estimait qu’Europcar, Hertz et Avis n’avaient pas répondu de manière satisfaisante.

Or, ces différences sont interdites par les directives européennes. "Il arrive trop souvent que des consommateurs cherchant à acheter des biens ou des services dans un autre pays que le leur soient empêchés d'obtenir le meilleur prix", a-t-elle ajouté.

Les consommateurs peuvent être discriminés de différentes façons: sites spécifiques selon les pays, tarifications différentes ou même entreprises refusant de livrer dans certains pays, a précisé cette source.

Tarifs magiques à Disneyland

En mai dernier, le lièvre avait été levé par le Belge Marc Tarabella. Le député européen socialiste avait réservé en ligne des billets pour Disneyland Paris, en s’identifiant depuis des pays différents. Le résultat de l’exercice fut édifiant. Il a en effet révélé que Disneyland Paris discriminait largement Italiens, Anglais ou Allemands au profit des Français.

Pour un week-end chez Mickey, une famille française payait 865 euros. Par contre, la famille italienne déboursait 1.339 euros (+54%) et l’allemande 1.272 euros (+47%). L’exercice renouvelé pour le week-end du 31 juillet au 2 août nous montre qu’une famille française déboursera 1.641 euros, une famille belge 2.658 euros (+61%), et une néerlandaise… 2.124 euros (+30%).

Le problème

Le cas de Disney n’est, en réalité, que la pointe de l’iceberg. Les plaintes affluent à Bruxelles pour dénoncer des inégalités, par exemple, dans le secteur hôtelier en Espagne, les services de location de voiture (voir encadré), ou encore l’accès aux musées à Venise. 

La plupart des plaintes parvenant à la Commission européenne et aux associations de protection des consommateurs portent sur le «géoblocage». Les sociétés de vente par correspondance sont souvent citées. Le site de La Redoute en France (laredoute.fr), par exemple, peut pratiquer des prix différents que sur le site belge. La différence de prix a probablement sa raison d’être. Le problème, aux yeux de l’Europe, est qu’il est impossible aux clients de passer d’un site d’une nationalité à un autre et de profiter à plein du marché unique en allant là où c’est moins cher. "Essayez de passer sur le site laredoute.fr lorsque vous êtes en Belgique, vous serez systématiquement redirigé vers laredoute.be", dit Monique Goyens, directrice du Beuc, l’Association européennes de défense des consommateurs.

"Le problème n’est pas tant la différence de prix, parfois justifiée, d’un pays à l’autre. Le problème, c’est quand les clients n’ont pas accès aux sites internet d’autres pays où les prix sont plus favorables", explique Lucia Caudet.

Les règles du Marché intérieur prévoient que les prix égalitaires sont la norme entre pays européens, à moins que des raisons objectives ne justifient des différences (TVA, frais de transport…). L’exécutif européen veut donc réprimer les pratiques de "géoblocage" (voir encadré) consistant à limiter l’accès aux produits et services sur base de l’origine géographique.

Disneyland Paris dément pratiquer des prix différents, sauf lorsqu’il s’agit de promotions. Le groupe reconnaît qu’il augmente ses prix dans les pays en période de haute saison.

Où portez plainte ?

Si vous constatez des pratiques discriminatoires sur Internet, vous pouvez déposer une plainte auprès du Centre Européen des Consommateurs et auprès de l’Association européennes de défense des consommateurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content