Apple Pay n'est plus l'apanage des clients du groupe BNP Paribas Fortis

©BELGAIMAGE

La période d’exclusivité dont jouissait le groupe BNP Paribas Fortis pour Apple Pay s'est terminée en mars. D'autres banques permettent désormais aux Belges d'accéder à Apple Pay. Lesquelles?

Ça y est: les clients de la banque néerlandaise 100% digitale, Bunq, peuvent désormais utiliser eux aussi la fonction Apple Pay depuis leur iPhone, comme le font déjà les clients des banques BNP Paribas Fortis et Fintro. Si au premier abord la nouvelle semble intéressante, il convient toutefois d’analyser au préalable les conditions et les tarifs de cette néobanque (une banque 100% mobile lancée par une fintech). Par exemple, son offre gratuite inclut uniquement un compte à vue, pas de carte bancaire, ni la possibilité d’utiliser la fonction NFC de votre smartphone (pourtant nécessaire pour avoir recours à Apple Pay).

Pour y accéder (et avoir jusqu’à trois cartes bancaires de débit ou de crédit), il faut opter pour l’offre "Bunq Premium", qui revient à 7,99 euros par mois. C’est cher payé pour avoir le luxe d’utiliser Apple Pay. Surtout que des offres bancaires gratuites incluent déjà cette possibilité.

C’est le cas d’une autre néobanque allemande (N26) et d’Hello bank!, l’offre bancaire 100% digitale et gratuite de BNP Paribas Fortis. De fait, celle-ci comprend de base un compte à vue et une carte de banque (ainsi que la possibilité de payer par Apple Pay). Ceux qui veulent ajouter une carte de crédit à leur compte Hello bank! devront payer un supplément de 2,25 euros par mois (soit 27 euros/mois).

Enfin, Apple Pay est aussi disponible via la néobanque britannique Monese et le sera bientôt chez Buy Way et auprès d'une autre néobanque britannique, Revolut.

Quid dans les autres banques?

Les autres grandes banques belges ont toutes à peu près la même réaction: nous suivons l’évolution du marché de près. Personne ne ferme officiellement la porte et c’est logique. Si Apple Pay devait s’imposer comme une norme incontournable, elles seraient bien obligées d’y venir.

Officieusement en revanche, les réponses prennent un tour plus sceptique. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, les banques font valoir qu’il existe déjà beaucoup de solutions de paiement mobile, entre les applications maison comme chez KBC/CBC ou Belfius, Payconiq/Bancontact (les deux ont fusionné en janvier), Google Pay, etc.

Découvrez les fonctionnalités originales des apps bancaires

Ensuite, signer avec Apple représente un coût non négligeable. Il y a le coût d’intégration, la commission à payer par transaction (certes infinitésimal mais sur la masse, cela chiffre) et surtout, des coûts publicitaires importants (quoique confidentiels) à assumer. La banque qui adopte Apple Pay paie pour faire la pub d’Apple, c’est là aussi qu’on voit la force de la marque.

Bref, Apple Pay n’est pas gratuit mais pas impayable non plus pour la première banque du pays. Elle n’a pas développé de solution propre de paiement mobile mais a opté pour des standards internationaux. C’est un choix. PG

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect