Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Au secours: la récession est à nos portes

L'Allemagne, la plus grande économie de la zone euro, est officiellement en récession depuis hier. Une bien mauvaise nouvelle pour notre voisin mais également pour nous.
Publicité

(mon argent/tijd/hln) – L'Allemagne est entrée en récession pour la première fois depuis cinq ans, et va probablement y rester engluée pendant de nombreux mois. Le produit intérieur brut, baromètre de la santé économique d'un pays, a reculé de 0,5% au troisième trimestre comparé au précédent, d'après un chiffre encore provisoire donné hier par l'Office fédéral des statistiques Destatis. Après une baisse de 0,4% au deuxième trimestre, le pays se retrouve donc en récession technique.

La France et les Pays-Bas ont également publié les chiffres de leur croissance. Résultat : un déclin de l’activité économique a aussi été constaté chez nos voisins du Sud et du Nord. La France pourrait donc rapidement s’enfoncer dans la récession. Par contre, les Néerlandais y échapperont provisoirement car leur croissance a été positive au cours du deuxième trimestre de l’année. En outre, la Commission européenne prognostique pour 2009 une croissance quasi nulle (+0,1%) pour l’ensemble de la zone euro.

Comment la reconnaître ?

Les nuages noirs de la récession sont donc en train de se rassembler au-dessus de la Belgique. Par conséquent, il semble peu probable que notre pays puisse y échapper. En effet, les signes précurseurs d’une récession se sont accumulés au cours des dernières semaines :

  • le nombre de faillites a augmenté,
  • la demande pour le travail intérimaire a fortement baissé,
  • les prix de l’immobilier sont à la baisse,
  • la confiance des ménages et des entrepreneurs est au plus bas, etc.

Quelle sera son intensité ?

Pourtant notre économie continue encore de croître mais à un rythme plus lent. En septembre, le Bureau du Plan prévoyait encore une croissance de 1,6% au cours de l’année prochaine, mais certains économistes se montrent plus pessimistes. En effet, Philippe Ledent d’ING s’attend à une croissance de 0,1 à 0,2% pour 2009. « Au cours du premier trimestre, il y aura sans aucun doute un ralentissement, et une croissance nulle au cours du deuxième trimestre. Par conséquent, la Belgique est en route pour 2 ou peut être même trois trimestres de croissance négative", d’après Philippe Ledent dans une interview accordée au quotidien De Tijd.

Conséquences ?

Une récession signifie d’abord un arrêt dans les projets d’investissement des entreprises et une réduction des dépenses pour les ménages. Cela entraîne bien évidemment une diminution de la croissance et une augmentation inévitable du taux de chômage. Le Bureau du Plan prévoit que le taux de chômage augmentera de nouveau en 2009 et c’est la première fois depuis des années. Et comme les entreprises seront contraintes à continuer à se serrer la ceinture, les augmentations de salaire ne seront pas possibles.

Jusque quand ?

Combien de temps durera cette récession ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. L’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) prévoit une amélioration d’ici 2010.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés