Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Des écochèques électroniques dès 2016

Dans le cadre de la simplification administrative, le Conseil des ministres a donné hier son feu vert pour la distribution d'écochèques sous forme électronique. Les écochèques "papier" continueront toutefois d'exister.
©RV DOC

Le Conseil des ministres a approuvé hier le lancement des écochèques électroniques à partir du 1er janvier 2016. Parallèlement, les travailleurs salariés pourront encore recevoir des écochèques en version papier. Un système mixte sera également possible : des écochèques en partie électroniques et en partie en version papier.

Ces écochèques électroniques seront chargés sur la même carte de paiement électronique que les chèques-repas, qui devriendront aussi électroniques pour tout le monde en 2016.

Pour Maggie De Block, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, "les écochèques électroniques représentent une importante simplification administrative pour les travailleurs salariés, les employeurs et les commerçants. Qui plus est, étant donné que les frais d’impression et de transport, entre autres, de près de 25 millions d’écochèques disparaissent, notre économie peut économiser globalement 41 millions d’euros."

Willy Borsus, Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale ajoute que "les démarches administratives sont réduites pour les commerçants et, étant donné que les écochèques électroniques sont enregistrés immédiatement, le risque de vol ou de perte est désormais éliminé."

202 millions d'euros d'écochèques

En 2014, 24.787.000 écochèques ont été émis pour une valeur totale de 202 millions d’euros.

Les salariés ne doivent pas payer de cotisations sur les écochèques qu’ils reçoivent. Grâce aux écochèques, ils peuvent se procurer une liste de produits et de services, dont les billets de train, des matériaux d’isolation, les ampoules à faible consommation, les appareils ménagers munis d’un écolabel, les aliments bio, les vacances respectueuses de l’environnement et les dalles enherbées.

Le projet d’arrêté royal contenant les conditions à remplir pour que les écochèques ne soient pas considérés comme un avantage salarial sur lequel le travailleur salarié doit payer des cotisations va maintenant être envoyé pour avis au Conseil d’État.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés