Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Faites travailler votre maison

Une maison n'est pas qu'un trou noir qui aspire tous vos deniers. Faites preuve d'imagination et elle vous rapportera de l'argent. Pourquoi ne pas louer cette chambre vide? Ou proposer un loft original comme lieu de tournage? Voici quelques suggestions.

(mon argent) - Les enfants ont quitté la maison et deux des cinq grandes chambres sont vides, n’accumulant que la poussière. Mais vous aimez bien cette grande maison et vous n’avez aucune envie de la vendre. Louer une des chambres mettrait du beurre dans les épinards.

Louez une partie de la maison

Avant de passer à l’acte, vérifiez s’il n’y a pas d’inconvénients pratiques. Pouvez-vous sans trop de remue-ménage mettre une salle de bains à la disposition du locataire? Quelles sont les zones de la maison que vous êtes prêts à partager (entrée, palier...)?

Lorsque vous aurez décidé de la partie à mettre en location, vérifiez si les pièces concernées satisfont aux normes de confort et de sécurité définies dans votre région. Si ce n’est pas le cas, votre revenu complémentaire pourrait vous valoir des soucis. Pour transformer tout ou partie de votre maison en chambres d’étudiants, vous avez également besoin d’un permis d’urbanisme et d’une attestation de conformité (à demander à la commune).

De la paperasserie, des travaux. Mieux vaut vérifier si le jeu en vaut la chandelle. Dans une ville comme Louvain ou Gand, une chambre d’étudiant spacieuse se loue jusqu’à 400 euros, contre 150 pour un kot étriqué dans une petite ville étudiante.

Ces revenus supplémentaires sont évidemment soumis à l’impôt. En janvier 2009, la Cour d'Appel d’Anvers a jugé que la location de chambre d’étudiants relevait des "revenus divers" imposables dans la tranche favorable de 33% (plus taxes communales). Un bail de 12 mois à 400 euros (4.800 euros brut) vous rapporte donc environ 3.200 euros. Si vous louez l’espace non à une personne privée mais à une entreprise ou à une association, le montant brut minoré de 40% est additionné à votre revenu imposable. Cette formule s’applique également aux garages, parkings et accès.

Proposez votre loft comme lieu de tournage

Votre maison à la télé ou dans un film, ce n’est pas une idée folle. Plutôt que de recréer minutieusement les intérieurs en studio, les réalisateurs belges aiment tourner sur site. Il y a une forte demande de façades, salons et lofts qui font rêver. Il existe des bases de données pratiques telles que  le site d'aide pratique du Centre du Cinéma de la Communauté Française et le site lieux de tournage du Fonds flamand de l'Audiovisuel. Il n’en demeure pas moins que la plupart des réalisateurs préfèrent le sur-mesure lorsqu’ils cherchent une maison où tourner.

Tomas Coppejans, qui repère les sites pour le producteur gantois Menuet, est tous les jours sur les routes à la recherche de l’un ou l’autre endroit que le réalisateur a en tête. "C’est un peu comme jouer aux Témoins de Jéhovah. Nous appelons les gens et nous leur expliquons ce que nous recherchons, combien de temps nous allons tourner", explique Tomas Coppejans, actuellement en repérages pour Code 37, la série policière de VTM.

L’indemnité est rapidement abordée. "Tout dépend du budget. Nous visons 150 euros par jour. Mais cela peut aller jusqu’à 300 euros", précise Coppejans. Dans la pub, les budgets sont d’un autre ordre. On paie facilement 2.000 euros, voire plus.

Dès qu’un accord est conclu, tout est mis sur papier. Le producteur passe un contrat avec le propriétaire de la maison. Le prix comprend une assurance qui couvre les éventuels dégâts. "Une griffe dans le parquet est immédiatement indemnisée", précise T. Coppejans. On touche à peine aux intérieurs. "Généralement, nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de décorer l’intérieur comme nous le voudrions. Notre décorateur doit avoir aussi peu de travail que possible. Il n’est pas exceptionnel que l’on adapte le scénario en fonction de l’intérieur."

Si vous voulez aider le hasard et si votre demeure se prête au tournage d’un film, prenez contact avec le Centre du Cinéma de la Communauté Française ou le Vlaams Filmfonds.

Louez votre façade pour de la publicité

Votre maison, située à l’angle d’un carrefour très fréquenté, possède une belle façade aveugle. Idéale pour un panneau d’affichage, pensez-vous. Sauf qu’il y a un hic. L’affichage en façade se fait généralement à l’initiative d’une société. Les personnes intéressées vous contacteront, non l’inverse.

La société fait une proposition et un contrat est signé pour plusieurs années (un peu comme un bail à 3, 6 ou 9 ans). Mais ce n’est pas le pactole. Un contrat signé aujourd’hui indemnise à hauteur de 50 euros par mois environ. Quant aux contrats plus anciens, dont vous pourriez hériter en achetant une maison, ils rapportent parfois un modeste 75 euros par an au propriétaire.

Échangez votre maison (au lieu d’aller à l’hôtel)

Même en vacances, votre maison vaut de l’argent. Si vous l’échangez avec celle d’un habitant de Sydney, vous ne devrez pas casser la tirelire pour l’hôtel ou la location. Vous économiserez environ 1.000 euros par semaine. Et tandis que vous visitez les antipodes, un Australien veillera à ce que votre belge demeure ait l’air habitée, ce qui est une économie en soi. Vous n’avez pas besoin de l’intervention d’une société de surveillance, vous ne devez pas acheter de porto pour la tante qui vient relever le courrier et vous économiserez ce que coûterait la pension de votre chien pendant deux semaines.

Les seuls frais consistent en l’affiliation à l’agence d’échange, soit de 50 à 70 euros par an.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés