Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Gardez une facture GSM abordable

Une utilisation inconsidérée de votre GSM pourrait vous mener tout droit dans une spirale d'endettement. Evitez cette situation en contrôlant davantage votre facture. Aidez-vous de nos astuces.
Publicité
Comment éviter
le surendettement?
En savoir plus

(mon argent/vers l'avenir) – Selon nos confrères du journal Vers l'Avenir, 50% des familles victimes de surendettement seraient plongées dans cette spirale infernale à cause de leurs dettes téléphoniques et spécialement celles de GSM. "Ces factures, redevables aux opérateurs téléphoniques, représentent 43,2% des dossiers traités par les services de médiation de dettes. Montant moyen de l'addition: 868,63 euros", explique Vers L'Avenir.

Des chiffres impressionnants au regard de la facture moyenne mensuelle des Belges en matière de téléphonie mobile: 26,26 euros, d'après les chiffres fournis par le rapport annuel sur l'état du secteur télécom mené par la Commission européenne. Un montant pourtant déjà bien supérieur à la moyenne européenne qui est de 19,49 euros.

Bien entendu, ces montants faramineux sont le fait d'une utilisation inconsidérée des appareils mobiles. En outre, "la publicité encourage fortement l'utilisation du GSM et vise particulièrement les jeunes. Au-delà de l'achat, c'est surtout l'utilisation du GSM qui provoque l'endettement" concède Vers L'Avenir. Mais comment éviter d'en arriver à ce stade? Mon Argent passe en revue pour vous quelques précieuses astuces en matière de téléphonie mobile.

1. Effectuez un "tariff check-up"

Dès l'instant où vous avez décidé de faire baisser votre facture de gsm, rendez-vous chez votre opérateur mobile et exigez une adaptation tarifaire, appelée aussi, "tariff check-up". Cette démarche permettra à votre opérateur de vous proposer un plan tarifaire mieux adapté à votre profil de consommation. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

2. Evitez le piège des ringtones

Coûts réels des
apples surtaxés
En savoir plus

Même si une annonce alléchante sur le web vous propose de télécharger gratuitement une nouvelle sonnerie pour votre gsm, passez votre chemin. Au moment où vous introduirez votre numéro, vous souscrirez à un abonnement hebdomadaire. Celui-ci risque de faire augmenter rapidement votre facture mensuelle de plusieurs dizaines d'euros. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

3. Recourez au 1399

Depuis la mise en vigueur du principe de portabilité, le préfixe d'un numéro ne vous renseigne plus toujours sur l'opérateur mobile de votre interlocuteur. Alors comment savoir si votre destinataire est client chez Base, Mobistar ou Proximus? Facile, le numéro gratuit 1399 est là pour vous aider via votre téléphone portable ou via internet. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

4. Gagnez de l'argent (ou pas) avec votre gsm

En vous inscrivant gratuitement au service de Pumbby, vous acceptez de recevoir maximum 10 messages publicitaires par jour sur votre GSM moyennant rémunération. Problème : votre opérateur vous facture les coûts engendrés par le téléchargement des messages publicitaires requérant la consultation de pages internet. Par conséquent, si vous ne disposez pas d'un abonnement data spécifique, Pumbby pourrait s'avérer un service très cher. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

5. Soyez (bientôt moins) rigoureux en vacances

SMS aux coûts
exorbitants
En savoir plus

Si vous partez en voyage dans l'Union Européenne avant le 1 juillet, restez rigoureux dans l'utilisation de votre GSM. Après cette date, les tarifs seront revus à la baisse par l'ensemble des opérateurs européens de téléphonie mobile. Ils ne pourront ainsi pas facturer plus de 0,43 euro la minute pour les appels donnés, et 0,19 euro pour ceux reçus dans un autre pays européen. L'envoi de SMS n'est pas en reste: il sera plafonné à 11 centimes d'euro. Enfin, le prix de gros pour l'internet mobile à l'étranger ne pourra pas dépasser 1 euro par mégabyte téléchargé.

Bientôt un 4ième opérateur?

D'après le rapport annuel sur l'état du secteur télécom mené par la Commission européenne, la Belgique serait un mauvais élève. Tarifs trop élevés, manque de concurrence et cafouillages en matière de régulation sont quelques-uns des éléments retenus contre le royaume par Viviane Reding, Commissaire européenne à la Société de l'information. Elle souligne que "les mécanismes concurrentiels n'ont pas encore vraiment pris en Belgique. Cependant, il semble que la situation évolue dans le bon sens". En effet le rapport sur la Belgique laisse entendre que la concurrence pourrait être renforcée dans notre pays par l'attribution de la quatrième licence UMTS. "Je ne constate qu'une chose. Le cadre existe. Les instruments sont là. Enfin, il y a des signes d'intérêt", dit Mme Reding. VOO et Telenet pourraient être des candidats potentiels.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés