mon argent

Gare aux offres d'investissement sur les réseaux sociaux

©Shutterstock

Voici les techniques de fraude les plus utilisées sur Twitter, Facebook, Linkedin ou Instagram. Mais aussi quelques conseils pour vous en protéger.

Cryptomonnaies, vins d’investissement, offres de crédit ou de gestion de patrimoine, etc. Les fausses annonces pour de telles offres, plus alléchantes les unes que les autres (et donc trop belles pour être vraies), pullulent sur les réseaux sociaux, d’après un avertissement de la FSMA, l’autorité des services et marchés financiers.

→ Lire aussi | Arnaqueurs et arnaqués

Techniques

Afin de mettre le public en garde contre ces pratiques frauduleuses, la FSMA a recensé quelques techniques utilisées par les escrocs.

1. Publication dans un groupe. Les groupes Facebook spécialisés dans la vente ou l’achat d’objets de seconde main ou de biens immobiliers sont souvent utilisés par les escrocs pour effectuer des offres de crédit frauduleuses. "Ces entreprises non agréées demandent aux consommateurs souhaitant donner suite à une proposition de crédit très bon marché de verser certains montants destinés à couvrir de prétendus frais liés au crédit (frais de dossiers ou administratifs, assurances, etc.)", prévient la FSMA. Mais une fois ces "frais" payés, le "prêteur" disparaît dans la nature. "Et il est quasiment impossible de récupérer les sommes versées." 

2. Publication sponsorisée. Contrairement à une publication standard, une publication sponsorisée permet de toucher un public cible en fonction de l’âge, du genre, du centre d’intérêt, mais, surtout, en fonction des pages consultées par une personne sur internet. Celui qui a fait des recherches en ligne pour investir une partie de ses économies risque par conséquent d’être confronté à des publications très accrocheuses en matière d’investissement dans son fil d’actualité Facebook ou Instagram. "Ces publicités sont souvent accompagnées d’une image ou d’une vidéo d’illustration ainsi que de faux commentaires et de mentions ‘j’aime’ générées automatiquement", selon la FSMA.

3. Faux articles de presse. La technique de la publication sponsorisée (voir ci-dessus) est aussi utilisée pour publier de faux articles de presse qui relayent de prétendues déclarations ou interviews de personnalités publiques vantant certains investissements financiers, dont notamment les cryptomonnaies. "L’objectif de cette pratique est de vous donner confiance en utilisant l’image de personnalités connues dans le monde des affaires, du sport ou des médias, et ainsi vous faire investir dans ces propositions d’investissement trop belles pour être vraies." 

4. Contact direct. Gare aux demandes d’amis ou aux messages envoyés par des personnes inconnues. "Lorsqu’il initie une conversation avec sa nouvelle victime, le fraudeur ne cherche pas à lui proposer directement un investissement. Au contraire, il tente d’établir une relation de confiance, comme c’est le cas dans le cadre des fraudes à l'amitié. Souvent, ce n’est qu’après plusieurs heures, semaines et parfois plusieurs mois de conversation que les fraudeurs évoquent l’existence d’une offre d’investissement à ne pas manquer."

Restez méfiant aussi si une de vos connaissances évoque une offre d’investissement via internet. Ce n’est peut-être pas la personne que vous pensez qui se cache derrière ce texte. Il arrive que des escrocs, surtout sur Instagram, créent de faux comptes en utilisant l’identité et les photos d’autres personnes.

Conseils

Pour fournir des services financiers, une société doit disposer d’un agrément. Vérifiez si c’est bien le cas en utilisant l’outil "Checker votre fournisseur" de la FSMA. 

Attention, cette vérification pourrait être insuffisante. Ce sera le cas si vous êtes confronté à un escroc qui copie tout ce qui permet d’identifier une société existante. "L’examen des adresses e-mail ou des données de contact des sociétés en question peut se révéler utile pour détecter ce type de fraude."

Victime d'une arnaque?

Vous pensez être victime d’une arnaque? Ne versez aucune somme supplémentaire à votre interlocuteur. "Attention, cela vaut aussi et surtout si un remboursement vous est promis en échange d’un dernier versement, car il s’agit d’une technique fréquemment utilisée par les escrocs afin de tenter d’obtenir un dernier versement."

Ensuite, prenez immédiatement contact avec votre police locale afin de porter plainte et signalez l’arnaque à la FSMA via le formulaire de contact pour les consommateurs.


Avant d’investir, renseignez-vous également pour savoir si la société qui vous offre un service financier n’a pas fait l’objet d’une mise en garde. Une telle recherche peut s’effectuer depuis le site de la FSMA, mais aussi sur le site des autorités de contrôle étrangères et de l’OICV-IOSCO, l’organisation internationale des commissions de sécurité.

Attention, si la société que vous cherchez n’a pas fait l’objet d’une mise en garde, vous ne pouvez pas en déduire que celle-ci est autorisée à vous fournir des services financiers. "La FSMA met tout en œuvre pour publier des mises en garde rapidement; toutefois, il est possible qu’une société développe des activités illégales sur le territoire belge sans que la FSMA en ait connaissance. Ces sociétés irrégulières changent en outre régulièrement de nom." Vous voilà prévenu.

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect