Infractions routières, tarifs télécoms, etc.: ce qui change pour votre argent en juillet

©Photo News

Le 1er juillet marque le début des soldes d’été mais pas seulement. C’est aussi une date qui marquera l’entrée en vigueur de toute une série de nouveautés susceptibles d’influencer votre budget, à la hausse ou à la baisse.

Des infractions routières condamnées plus sévèrement

Les comportements inciviques sur la route seront plus sévèrement sanctionnés. C’est le ce cas pour ceux qui roulent sur la bande d'arrêt d'urgence. Ce 1er juillet, cette infraction passera du premier (58 euros d’amende) au troisième degré (174 euros).

En revanche, les infraction suivantes deviendront des infractions du deuxième degré (116 euros).

1/ Monopoliser la bande du milieu, en particulier sur l'autoroute.
2/ L'interdiction de dépasser en cas de précipitations pour les véhicules et les remorques d'une masse maximale autorisée de plus de 7,5 tonnes 
3/ Le fait, pour les bus, autocars et autres véhicules dont la masse maximale autorisée est supérieure à 3,5 tonnes, de circuler sur la bande la plus à gauche sur une autoroute à trois bandes.

… et verbaliser plus rapidement

La liste des infractions qui pourront être constatées avec des appareils automatiques (sans présence physique d'un agent) sera élargie le 1er juillet: la conduite en sens non autorisé, le blocage d'un carrefour même si le feu vous y avait préalablement autorisé (175 euros), le non-respect d'un panneau de signalisation ou d'un marquage au sol, etc.

Par ailleurs, toutes les infractions liées aux dépassements et interdictions de dépassement ont été ajoutées à l'éventail des infractions pouvant être détectées par une caméra ANPR (pour "Automatic Number Plate Recognition", qui lit les plaques d'immatriculation des véhicules, NDLR).

Hausse des tarifs télécoms chez VOO et Scarlet

C’est devenu une tradition: chaque année, à la date du 1er juillet, VOO relève une partie de ses tarifs! Et 2019 ne fera pas exception avec des hausses allant 0,75 à 1,50 euro (selon les cas).

©BELGA

Une tradition bien présente aussi chez Telenet, sauf que la hausse de ses tarifs interviendra au mois d’août prochain.

De son côté, Scarlet augmentera le prix de son abonnement "Trio" (une offre triple play qui comprend un accès à internet, la télévision et une ligne fixe) à partir du 1er juillet. Celui-ci passera de 39 à 40 euros par mois (après six années consécutives sans la moindre augmentation).

Fin de la gratuité des fonds d'investissement chez Deutsche Bank

À partir du 1er juillet, les clients de Deutsche Bank devront s'acquitter de droits d'entrée de 1% sur l'achat de leurs fonds. "La directive européenne MiFID 2 prévoit une série de nouvelles exigences qui alourdissent les coûts liés à une architecture ouverte", justifie Jean-Michel Segers, responsable marketing chez Deutsche Bank, qui estime ce droit d'entrée de 1% comme étant "correct". La banque misera aussi davantage sur le conseil.

Après le 1er juillet, certains clients fortunés pourront toutefois continuer à profiter de la gratuité. Il s'agit notamment de clients de la banque privée (plus de 1 million d'euros) ayant signé un contrat de gestion-conseil ou discrétionnaire.

Le certificat d'immatriculation fait peau neuve

Une nouvelle version du certificat d'immatriculation belge (CIM) sera lancée dès le 1er juillet. Seul son contenu a été révisé. Quelques données devenues obsolètes ont été supprimées, ce qui permet aux données restantes d'être plus espacées. La police de caractère de ces données est également agrandie pour une meilleure lisibilité.

Une donnée utile n'apparaît par contre plus, à savoir la valeur CO2 du véhicule. "En effet, plusieurs valeurs CO2 différentes peuvent exister pour un même véhicule. Toutes ne peuvent pas être indiquées sur le certificat, mais elles restent de toute façon inscrites sur le certificat de conformité (COC), un document de bord obligatoire", souligne le SPF Mobilité et Transports.

Ces données sont aussi disponibles via "Mon véhicule, ma plaque".  

Projet-pilote pour mener des tests prédictifs après un cancer du sein

Dès le 1er juillet, un projet-pilote sera mené pour effectuer des tests prédictifs gratuits après le retrait d'une tumeur due à un cancer du sein.

Le MammaPrint ou Oncotype, effectué à un stade précoce de la maladie, permet de déterminer le risque de rechute. Si celui-ci est faible, une chimiothérapie n'apportera rien et pourra être évitée en toute sécurité. Après la chirurgie mammaire, la chimiothérapie garantit la destruction des métastases, mais les effets secondaires sont considérables, comme la perte de cheveux ou de la mémoire.

Pour bénéficier d'un test gratuit, il faut faire l'objet d'une évaluation des cliniques du sein agréées et participant au projet. Le projet-pilote s'étendra sur une période de trois ans.

Hygiéniste bucco-dentaire, une nouvelle profession des soins de santé

Si vous devez vous rendre prochainement dans un cabinet dentaire, vous aurez peut-être la surprise d'être accueilli par un hygiéniste bucco-dentaire. Cette nouvelle profession a, en effet, été reconnue par la ministre de la Santé, Maggie De Block. Les premiers diplômés sortiront dans les jours qui viennent.

©BELGA

Les hygiénistes bucco-dentaires seront là pour assister le dentiste dans l'exercice de sa profession. Concrètement, ils effectueront des actes préventifs de manière autonome, comme donner des avis en matière de soins bucco-dentaires. Ils pourront aussi pratiquer des gestes tels que le détartrage, enlever les points de suture ou encore manier des appareils d'imagerie médicale.    

Les hygiénistes bucco-dentaires travailleront notamment dans la première ligne de soins, au sein d'un cabinet de dentiste, mais aussi dans les hôpitaux, les centres d'hébergement et de soins, les maisons de repos, les institutions pour personnes handicapées, les établissements de soins de santé mentale, ... afin de toucher les publics cibles vulnérables.   

Disparition de la preuve papier de la prescription électronique

À partir du mois de juillet, un pharmacien ne devra plus qu'encoder le numéro de registre national du patient pour savoir quels médicaments ont été prescrits.

Indemnités immédiates pour les travailleurs indépendants malades

À partir du 1er juillet, les travailleurs indépendants ne devront plus respecter de délai de carence (de 14 jours) avant de pouvoir bénéficier d'indemnités de maladie pour les périodes d'incapacité de travail qui dépassent sept jours, annonce l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami).

Cela signifie qu'un travailleur indépendant qui ne peut travailler pendant au moins sept jours en raison d'une maladie ou d'un accident pourra bénéficier d'indemnités de maladie dès le premier jour où il cesse son activité.

Le délai de déclaration de l'incapacité de travail sera également réduit à sept jours.

Augmentation des allocations d’adoption et de congé parental d’accueil pour les indépendants

D’après Legalworld, pour ces deux congés, le montant de base passera de 346,31 à 349,77 euros par semaine (+1%). Le montant réel actuel, de 484,90 euros, sera donc légèrement augmenté au 1er juillet 2019.

Un nouveau statut pour les chômeurs souffrant d'un problème sérieux

Les demandeurs d'emploi qui souffrent de problèmes sérieux d'ordre médical, mental, psychologique ou psychiatrique (MMPP) bénéficieront d'un nouveau statut à partir du 1er juillet.

Celui-ci sera attribué par les services régionaux de l'emploi (Forem, Actiris, VDAB) sur la base d'un outil scientifique international (International Classification of Functioning Disability Health).

Le statut est accordé pendant deux ans, renouvelable après un contrôle. Il est assorti d'un accompagnement adapté et place le demandeur d'emploi dans une situation de disponibilité passive par rapport au marché de l'emploi.

Durant cette période, le demandeur a droit à des allocations de sauvegarde du même montant que les allocations d'insertion. S'il devient disponible sur le marché de l'emploi, il peut recevoir cette allocation pendant une période supplémentaire de deux ans maximum afin de lui permettre de trouver un travail.

Le nouveau statut sera introduit à partir du 1er juillet 2019 et prendra effet à compter du 1er janvier 2020.

Le salaire minimum ne sera pas augmenté ce 1er juillet

Le salaire minimum interprofessionnel ne pourra finalement pas être augmenté d'1,1% ce 1er juillet, car la FGTB n'a pas voulu signer la convention collective de travail (CCT) qui l'aurait permis, annonce mardi la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) qui dit "prendre acte" de la décision du syndicat socialiste.

Augmentation des interventions de l’employeur dans les frais de transports publics

D’après Securex, "après 10 ans de statu quo, les montants d’interventions de l’employeur dans les frais de transports publics ont été revalorisés et entreront en vigueur le 1er juillet 2019."

©BELGA

Adaptation des règles et simplification administrative pour les bénéficiaires d'une Grapa

Les règles relatives à la garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa), forme d'allocation sociale pour les plus de 65 ans qui ne disposent pas de ressources financières suffisantes, seront plus strictes à partir du 1er juillet. Les bénéficiaires devront signaler à l'avance s'ils sont absents de leur domicile pendant plus de 21 jours consécutifs, même s'ils restent en Belgique. Cette démarche est requise afin d'éviter qu'un contrôle se produise au domicile et que le paiement soit suspendu à tort, précise le service. Le contrôle peut s'effectuer à la résidence provisoire.

Par ailleurs, la procédure de contrôle est simplifiée. Le bénéficiaire devait auparavant se rendre personnellement à l'administration communale avec le certificat de résidence. Désormais, le facteur se rendra à son domicile à la demande du Service Pensions au moins une fois par an, à une date aléatoire. Si la personne concernée est absente, le facteur se représentera dans les jours suivants. En cas de trois tentatives infructueuses, le bénéficiaire de la Grapa aura cinq jours pour faire compléter un certificat de résidence par la commune.

Adaptation au bien-être des pensions de salariés et la garantie de revenus aux personnes âgées

Comme le prévoit l’accord interprofessionnel 2019-2020, plusieurs prestations de pension dans le régime des travailleurs salariés ainsi que la garantie de revenus aux personnes âgées sont adaptées par arrêté royal à l’accroissement du bien-être. Les détails sont disponibles via Legalworld.

Des règles plus strictes pour la vente de cannabis légal

Les règles concernant la vente de cannabis légal (léger) seront harmonisées à partir du 1er juillet. À l’instar des cigarettes électroniques et aux produits à base de tabac, celles-ci seront plus strictes. En effet, la vente et l'achat en ligne seront notamment interdits. De même que les ventes individuelles : le produit doit être préemballé et doit porter un timbre fiscal.

©Getty Images

De plus, aucune publicité annonçant un hypothétique effet positif sur la santé ne sera tolérée. Enfin, chaque importateur devra par ailleurs enregistrer son produit et fournir davantage d'informations aux autorités.

Le trafic d’organes sera dorénavant plus sévèrement puni

À partir du 1er juillet, de nouveaux articles du Code pénal puniront spécifiquement le trafic d’organes. La législation belge disposait déjà de plusieurs dispositions utiles, mais cette nouvelle loi permettra de condamner sévèrement tout prélèvement d’organes.

Cette loi du 22 mai 2019 vise tout prélèvement d’organes effectué contre rémunération ou sans avoir respecté les conditions de consentement. Les peines prévues sont la réclusion criminelle de cinq ans à dix ans et une amende de 750 euros à 75.000 euros. Ces montants sont à multiplier par 8 pour tenir compte des décimes additionnels. Cela vaut également pour toute transplantation ou tout autre usage d’organes prélevés illégalement. Le recrutement et la sollicitation de donneurs et de receveurs dans un but de lucre sont aussi incriminés.

La Ville de Bruxelles bannit les objets en plastique lors d'événements publics

Les objets en plastique à usage unique seront interdits à partir du 1er juillet lors des événements organisés sur l'espace public à Bruxelles. L'interdiction vise les objets à usage unique du type pailles, gobelets, couverts ou encore barquettes. Une alternative sera proposée pour chacun de ces objets. Le non-respect du règlement pourra donner lieu à une amende administrative.

Skynet disparait au profit de Proximus Pickx

Skynet, le portail d'informations et de divertissements de Proximus lancé dans les années 90, disparaîtra le 1er juillet au profit de Proximus Pickx.

Skynet.be est un portail d'informations et de divertissement né en 1995. Les contenus de l'ancien portail, comme les articles, concours, vidéos exclusives, se retrouveront sur la nouvelle plateforme. Il sera possible à la fois d'y regarder la télévision, pour autant que l'on soit client, et de retrouver un ensemble d'autres contenus, promet l'opérateur.

©Proximus

Les adresses email @skynet.be ne connaîtront par contre aucun changement et continueront à exister. La boîte mail reste d'ailleurs accessible de la même manière: en passant par l'icône enveloppe dans le coin supérieur droit du site.

Certains tickets SNCB passent au digital

Le Rail Pass (trajet libre), la Key Card (pour les courtes distances au sein d'une zone) et le Go Pass 10 (trajet libre pour les jeunes jusqu'à 26 ans) seront disponibles en version digitale à partir du 1er juillet, selon la SNCB. Une version papier restera prévue pour les deux premiers produits tandis que le Go Pass 10 deviendra lui exclusivement digital.

©Photo News


Statut social complet pour les aumôniers et conseillers moraux

Dès le 1er juillet, les aumôniers et les conseillers moraux employés au sein des prisons seront dotés d'un statut social complet. Ils bénéficieront en outre de droits sociaux tels que des congés de maladie ou de maternité/paternité.

Un aumônier débutant gagnera ainsi entre 1.392,23 et 1.518,80 euros net par mois.
Après huit ans d'ancienneté, le salaire sera compris entre 1.873,13 et 2.043,42 euros net par mois. Un aumônier en chef gagnera entre 2.444,54 euros et 2.666,78 euros net par mois.

Taxe touriste pour aller en Nouvelle-Zélande

Dès le 1er juillet, les touristes qui fouleront le sol de la Nouvelle-Zélande devront s’acquitter d’une taxe ("International Visitor Conservation and Tourism Levy") d’une vingtaine d’euros pour contribuer à la protection de l’environnement et au développement des infrastructures dédiées au tourisme.

©Photo News

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect