Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Jeux d'argent: gare à la dépendance!

Qui ne rêve pas de gagner un jour une grosse somme d'argent au jeu? Pour certains, ce rêve peut se transformer en véritable cauchemar financier. Voici quelques conseils pour que les jeux d'argent restent un plaisir...

(mon argent) – Qui n'a jamais acheté un billet de grattage? Ou participé à des tirages de loterie en groupe, dans l'espoir de multiplier ses chances de gagner. Mais alors que certains se contentent de jouer une petite somme de temps en temps, d'autres dépassent les limites du raisonnable et deviennent accros aux jeux de hasard. Et cela peut commencer dès le plus jeune âge…

D'après la plus récente étude sur le sujet réalisée par le Crioc, 1 jeune sur 4 (- de 18 ans) a déjà joué pour de l’argent. Les jeunes consacrent en moyenne 33,2 euros par mois à des jeux de hasard. Par ailleurs, 1 jeune sur 3 met cite les billets à gratter comme étant leur jeu préféré. Une mise minimale et l'accès facile via de nombreux points de vente expliqueraient en partie ce succès.

Diverses études montrent que le jeu est une addiction qui peut frapper n’importe qui. Les résultats de l'étude du Crioc en sont une illustration parmi d'autres. Pas de prédisposition particulière ni de cause unique. Différents facteurs externes peuvent expliquer son déclenchement.

Le jeu: un refuge

La majorité des joueurs compulsifs souffrent de problèmes sous-jacents non résolus: stress, ennui, dépression, solitude, relations malheureuses, situations pénibles, sentiment d’infériorité.... Ils se réfugient dans l’univers du jeu. Ils vivent alors dans le rêve, l’illusion de la richesse, du bien-être, des sensations fortes, et d’une reconnaissance sociale.

Toute forme de conduite qui apporte du plaisir ou réduit des souffrances peut évoluer vers une habitude compulsive. Le piège du jeu est précisément qu’au départ, il s’agit d’une activité normale et non pathologique. Le jeu est en outre facile d’accès, apporte du plaisir rapidement et entretient ensuite des illusions.

Le phénomène peut aussi se déclencher chez des personnes qui n’ont a priori aucun problème et  jouent "gentiment", lorsqu’elles voient un autre jouer gagner une très grosse somme. L'idée de pouvoir réaliser un "gros coup" peut être à l’origine d’un comportement pathologique, explique Jacques Van Rillaer, psychologue et professeur à l’UCL.

Dépendance au jeu: 3 étapes

La dépendance au jeu est un phénomène en trois étapes:

1. La période où on gagne: on se sent heureux, valorisé, sûr de soi. Les quelques pertes sont considérées comme de la malchance. Le joueur mise pour gagner. Sa foi est entretenue par des petits gains plus ou moins réguliers et plus ou moins importants. La combinaison de ce qu’il pense être son savoir faire et du hasard rend la situation excitante. Il pense devenir rusé et maîtriser la situation. Le joueur devient alors souvent victime d’une illusion statistique. Il ne prête attention qu’aux indices qui confirment ses croyances et néglige ceux qui les infirment. Par exemple: si le nombre qui sort est proche de celui sur lequel il a misé, plutôt que se dire que sa stratégie est inopérante, il pensera "j’ai presque gagné".

2. La période perdante: Les pertes deviennent plus fréquentes, le joueur perd confiance. Il commence à emprunter, cache ses problèmes. Certains indices ne trompent pas: c’est souvent le début des mensonges, de comportements frauduleux, de l’absentéisme au boulot, de disputes familiales fréquentes.

3. La période désespérée: le joueur ne cherche plus à faire des bénéfices mais est obsédé par l’idée de se refaire, de gagner pour rembourser l’argent prêté ou volé, ou encore les retraits cachés sur les comptes familiaux… Il a tendance à miser des montants encore plus importants.

Un vrai ludopathe perd le contrôle de son comportement. Il joue jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus rien, emprunte, néglige sa famille. S’il tente d’arrêter, symptômes de sevrage apparaissent (nervosité, irritation, insomnies, dépression).

Conseils pour s’en sortir

Il n'est jamais trop tard pour arrêter de jouer ou devenir un joueur "responsable". Le site de la Loterie Nationale (!) donne quelques conseils:

  • Ne jouez pas à tout prix pour gagner de l’argent.
  • N’oubliez pas que le risque de perdre est plus élevé que la chance de gagner.
  • Vous n’avez aucune influence sur le jeu et vous ne pouvez en prédire le résultat.
  • Fixez-vous une limite à ne pas dépasser.
  • N’empruntez pas de l’argent à vos proches ou à vos amis pour jouer.
  • Ne jouez pas l’argent de votre budget quotidien.
  • Ne cherchez pas à récupérer vos mises ; si vous avez perdu, il n’y a aucune raison de gagner.
  • Ne rejouez pas vos gains.

Si vous éprouvez des difficultés à prendre des distances par rapport aux jeux de hasard, n'hésitez pas à contacter le numéro 0800/35.777 ou la Clinique du jeu au 02/477.37.70.

Des montants énormes, même en temps de crise

Dès ce lundi 17 août, la Loterie Nationale mettra en vente des billets de grattage "Win For Life 75" à l'occasion de son 75ème anniversaire. Le tirage du samedi 23 janvier 2010 permettra au supergagnant de remporter la somme de 75 euros par jour à vie. Un joueur sur 2,99 aurait une chance de gagner.

En Italie,  le supergagnant de la Superenalotto pourra remporter 135,9 millions ce lundi 17 août.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés