Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

La carte "Tec It Easy" en phase test dans le Brabant

À partir d’août 2014, la Société régionale wallonne du transport (SRWT) lancera dans l’ensemble du groupe TEC une nouvelle billettique basée sur la technologie sans contact. Ce système, baptisé "TEC It Easy", est testé depuis hier dans le Brabant wallon.
Publicité
©BELGA

Concrètement, une carte unique remplacera les titres billets (tickets, cartes et abonnements) des utilisateurs des bus wallons. De nouveaux valideurs seront installés dans les véhicules. Fin 2014, l’ancien système sera retiré.

Le budget de cette opération est de 23 millions d’euros. Un montant de 18 millions est affecté directement à l’investissement, tandis qu’un million d’euros par an sera consacré à l’hébergement et la maintenance externe du système. Environ 130 millions d’euros de recettes devraient être générées, dont 20% dans la vente à distance ou l’e-commerce. "Plus de problème de monnaie, des tarifs simplifiés, un temps d’attente réduit et des horaires mieux respectés grâce à l’apparition de nouveaux canaux de vente visant à diminuer la vente à bord des bus", explique-t-on à la SRWT. Une boutique en ligne, 4.000 points TEC et 170 automates de vente seront créés. Le marché a été confié en 2012 à l’entreprise américaine Xerox.

Projet pilote

Une phase test a été lancée hier dans le Brabant wallon, sur la ligne W. Un premier panel de 200 clients a reçu une carte sans contact. Ils feront part de leurs impressions sur un questionnaire online. L’expérience sera ensuite étendue en décembre à la ligne 365A.

Pour évaluer l’interopérabilité de la carte avec la Stib et la SNCB, les lignes qui rentrent dans Bruxelles (Conforto, E, 40, 123, 124, 366) seront intégrées en mars. En juin, la vente par internet et le rechargement aux automates seront ensuite testés. Le déploiement technique du système dans les 5 TEC aura lieu en juillet.

"Dans les mois qui suivent, le groupe TEC prévoit d’ajouter progressivement d’autres services comme les voitures partagées ou encore les vélos en libre-service", précise la SRWT.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés