Le coffre privé remplace le coffre à la banque

©Shutterstock

"2018 a été une excellente année. Nos ventes de coffres ont bondi de 10% au bas mot", déclare Bart Berkvens, responsable commercial de l’entreprise De Raat, qui se targue d’être le leader de ce marché en Belgique.

"Les fusions des agences bancaires ont fait disparaître de nombreuses salles des coffres. Résultat: la demande de coffres privés augmente." Bart Berkvens précise que les ventes de coffres progressent déjà depuis deux ou trois ans. "Cela s’explique aussi par le fait que les gens font moins confiance aux banques et voient le rendement de leur épargne et de leurs placements diminuer d’année en année."

Les Belges sont de plus en plus nombreux à détenir un coffre chez eux, notamment parce que les banques en proposent moins.

En 2018, De Raat a vendu quelque 5.000 coffres. Pour plus de la moitié, ils ont été acquis par des particuliers. Les grandes banques observent également que leurs clients sont plus nombreux à posséder un coffre chez eux. "Nous louons moins de coffres. Une des raisons à cette baisse est que les gens recourent davantage aux coffres privés pour y conserver leurs objets de valeur", souligne Belfius.

L’an dernier, les grandes banques ont fermé chacune quelques dizaines d’agences, réduisant d’autant l’offre de coffres. "Lorsque deux agences fusionnent, il ne reste qu’une salle des coffres", explique-t-on chez BNP Paribas Fortis. KBC fait observer de son côté que les nouvelles agences ne prévoient plus de mettre des coffres à la disposition des clients. Et quand il en reste, ils sont moins accessibles en raison de la réduction des heures d’ouverture de certaines agences.

La numérisation explique également le recul de la location des coffres bancaires. Chaque année, la liste des documents officiels disponibles sous format électronique s’allonge un peu plus.

Jusqu’à -30% en 5 ans

Chez BNP Paribas Fortis et KBC, le nombre de coffres loués en 2018 a diminué de 7%, respectivement à 179.938 et 107.634. Du côté de Belfius et d’ING, la baisse est plus limitée: -3% pour la première à 119.000 et -2% pour la seconde à 82.544. En cinq ans, le nombre de coffres loués a chuté de quelque 30% chez BNP Paribas Fortis et KBC et de 15% chez Belfius.

Dans leur grande majorité, les coffres bancaires ne sont pas loués. La part de coffres loués se situe entre 32% chez KBC et 43% chez ING.

"Lorsque quelqu’un achète un coffre, il ne le crie pas sur tous les toits. Dans chaque rue, il se trouve au moins plusieurs logements qui abritent un coffre."
Bark Berkvens

Les Belges qui louent ou achètent un coffre y placent des bijoux, de l’or et des documents officiels comme l’acte de propriété du logement, d’autres actes notariés, leur contrat de mariage ou leurs diplômes. Les gens qui détiennent un coffre sont plus nombreux qu’on ne le pense généralement. "Lorsque quelqu’un achète un coffre, il ne le crie pas sur tous les toits. Dans chaque rue, il se trouve au moins plusieurs logements qui abritent un coffre", affirme Bark Berkvens.

Le loyer d’un coffre dépend de sa taille. Chez KBC, le plus petit coffre revient à 45 euros par an, chez BNP Paribas Fortis 48,93 euros et chez Belfius 54 euros. Du côté d’ING, un coffre standard est loué à 67 euros par an. Le prix d’achat d’un coffre pour particuliers peut s’élever de 200 à 800 euros. Wouter Vervenne

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect