Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Le Flamand, le malade le plus cher

Attention, cette étude nuit gravement aux idées reçues! La dernière étude de l'Inami montre que les dépenses de soin de santé du Bruxellois et du Wallon sont moins élevées que celles du Flamand... Explications.

(mon argent/l'écho) - Les conclusions de l'enquête de l'Inami reposent sur des données "standardisées". Cela signifie qu'elles tiennent compte des variations géographiques selon des facteurs objectifs, comme la structure de la population (âge, sexe, structure socio-économique, satut - indépendant ou salarié - etc. Cela permet d'établir des comparaisons plus pertinentes, mais aussi d'identifier des différences peu justifiables, autrement dit des abus potentiels.

Démonstration. De prime abord, si l'on se fie aux données brutes, l'arrondissement d'Arlon apparait bien plus dépensier que les arrondissements voisins. Mais les chiffres standardisés tiennent compte d'une réalité très objective: "seules" les personnes âgées y cotisent à l'Inami, les plus jeunes qui en grande majorité travaillent en France ou au Luxembourg étant en général affiliés aux mutuelles de ces pays voisins. Les chiffres corrigés replacent donc l'arrondissement d'Arlon en dessous de la moyenne.

Différences limitées

C'est la première fois que l'Inami réalise ce travail très délicat dans notre pays sensible aux débats communautaires. Par le passé, la prétendue surconsommation médicale des Wallons a souvent été pointée du doigt en Flandre. Et l'enjeu financier est énorme: les les dépenses de santé représentent plus de 10% du PIB, soit, près de 24 milliards d'euros!

En données brutes, les Wallons dépensent effectivement davantage que les Flamands. Mais, après corrections pour tenir compte des caractéristiques objectives de la population, l'étude de l'Inami montre que les dépenses s'équilibrent. Par rapport à l'indice de moyenne nationale de dépenses (100), le Bruxellois est de loin celui qui dépense le moins (moyenne de 97,5, soit 1.672 euros par affilié). Mais à 100,9 (1.730 euros), le Wallon fait mieux que le Flamand (101,3, soit 1.738 euros). Des différences qui restent malgré tout ténues.

Faits marquants par régions

Une analyse encore plus détaillée de ces données «corrigées» met néanmoins en évidence de fortes disparités entre Régions et entre arrondissements au sein d'une même Région.

  • Les Flamands dépensent nettement plus en psychiatrie ou pour les médicaments luttant contre l'hyperactivité (indice 153, contre 38 en Wallonie et 34 à Bruxelles).
  • Le «dossier médical global» centralisant les données de santé d'un patient est fort répandu au Nord, pas du tout au Sud.
  • Les Wallons dépensent davantage pour des antidépresseurs ou en radiologie.
  • Les dépenses relatives au "maximum à facturer" (lorsque le total de vos tickets modérateurs atteint un plafond, au-delà, ils seront remboursés à 100% par l'INAMI) sont à l'indice 112 en Wallonie, à 94 en Flandre et à 92 à Bruxelles.
  • Les dépenses hospitalières sont clairement plus élevées à Bruxelles.

Pas de conclusions hâtives!

Mais l'Inami se garde bien de toute conclusion hâtive sur une surconsommation ou une sous-consommation médicale. Certaines différences peuvent en effet s'expliquer par l'organisation des soins: par exemple, elles sont influencées par la présence d'un hôpital psychiatrique ou d'un grand nombre de maisons de repos dans tel arrondissement, alors que l'arrondissement voisin n'en compte aucun(e). Par ailleurs, l'étude de l'Inami ne corrige que partiellement la réalité sociale: les dépenses n'ont pas été «lissées» en fonction du taux de chômage ou du revenu. Cela peut expliquer certaines différences persistantes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés