Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Le roaming, c'est fini

Tous les citoyens de l’Union européenne peuvent définitivement dire au revoir à ces suppléments qu’il fallait payer pour utiliser son smartphone en Europe. Prenez quand même vos précautions car vous n’êtes jamais à l’abri d’une mauvaise surprise sur votre facture mobile.
©shutterstock

Ça y est! Les frais de roaming sont définitivement supprimés pour tous au sein de l’Union européenne! C’était déjà le cas pour les clients de Scarlet depuis l’été 2016 (à raison de 45 jours/an) et pour ceux de Mobile Vikings (depuis le 15 mai 2017). Orange et Proximus ont pris un tout petit peu d’avance: ces frais pour leurs clients sont supprimés respectivement depuis le 11 et le 12 juin.

Roaming, voici les exceptions à connaître

1. C’est donc bien la fin de tous les suppléments?

Oui, le Belge peut désormais utiliser son abonnement au sein des pays de l’Union de la même manière qu’il le fait en Belgique. Il n’a donc plus besoin de "couper sa 4G" quand il quitte les frontières du pays.

Attention, il n’y aura aucun supplément tant que l’utilisateur reste bien dans les limites de son forfait. Par exemple, prenons le cas d’un abonné Base dont le forfait mobile mensuel comprend 150 minutes d’appel et 3GB de données mobiles. En cas de dépassement (que celui-ci ait lieu en Belgique ou ailleurs dans l’UE), cet opérateur facturera un supplément de 25 cents/min d’appel et de 10 cents/MB de données mobiles.

Si cet abonné passe des appels pour une durée totale de 160 minutes et qu’au bout d’un mois, ses données mobiles s’élèvent finalement à 3,1GB (ou 3.100 MB), son opérateur lui comptera un supplément de 12,50 euros. Soit 0,25 euro x 10min pour les appels et 0,10 euro x 100 pour les connexions à Internet.

2. Pourquoi certains opérateurs instaurent-ils des limites?

Les opérateurs virtuels, c’est-à-dire ceux qui ne possèdent pas leurs propres infrastructures de réseau, peuvent demander une dérogation par rapport à la suppression totale des frais de roaming. C’est ce qu’a fait VOO Mobile (qui utilise le réseau mobile d’Orange) auprès de l’IBPT.

Celle-ci a été acceptée. VOO Mobile instaurera donc — à partir du 15 juin prochain — une limite quotidienne de 60 minutes d’appel, 60 SMS et 200 MB de données mobiles pour tous ses clients. Au-delà, il facturera un supplément de 3,8 cents/min, 1,2 cents/sms et 0,7 cents/MB.

3. Puis-je appeler en Europe sans surcoût?

Oui et non! Si vous êtes en Belgique et que vous effectuez par exemple un appel vers la France ou vers l’Italie, vous payerez un tarif international, c’est-à-dire, un supplément! En fonction des opérateurs, il faut compter entre 65 cents et 1,05 euro/min la minute pour passer un appel vers un numéro mobile et entre 65 et 75 cents vers un numéro fixe. Pareil pour les SMS. Si vous en envoyez un vers un numéro mobile européen depuis la Belgique, il y aura un supplément de 30 à 40 cents à payer par message envoyé.

En revanche, si vous êtes dans un pays de l’UE et que vous téléphonez vers un autre pays de l’UE, il n’y aura aucun surcoût! Plus concrètement, imaginons que vous êtes à Paris. Si vous appelez un ami en Belgique, il n’y aura plus de surcoût dès ce 15 juin!

Même topo si vous appelez – toujours depuis Paris donc – un ami qui habite en France (et qui a un numéro de portable français). Plus incroyable, si vous êtes à Paris avec votre numéro de portable belge et que vous appelez un numéro portugais, vous n’aurez ici aussi aucun supplément à payer (tant que vous restez dans les limites de votre forfait – voir question 1).

En résumé: si vous aviez appelé votre ami portugais depuis Bruxelles, votre opérateur vous aurait compté un tarif international. Ceux qui sont frontaliers ont donc tout intérêt à passer de l’autre côté de la frontière pour passer un appel vers un autre pays de l’UE.

4. Y a-t-il des exceptions?

Malgré les négociations autour du Brexit, la fin des frais de roaming concernera aussi le Royaume-Uni le 15 juin prochain.

La fin du roaming concerne les 28 pays qui composent l’UE (c’est toujours le cas pour le Royaume-Uni) ainsi que la Norvège, l’Islande et le Lichtenstein. Certains territoires n’en font pas partie: c’est notamment le cas d’Andorre, de la Suisse, de Monaco, de Chypre Nord, du Vatican, de Saint-Marin, de Saint-Barthélemy, de l’île de Man, de Jersey et Guernesey.

Ça c’est la théorie. Mais en pratique, certains opérateurs ont prévu des extensions pour le roaming gratuit. C’est le cas d’Orange pour tous les territoires précités, à l’exception d’Andorre et de la Suisse.

Si vous avez un doute à propos de certaines destinations, prenez donc toujours la peine de vérifier les tarifs prévus par votre opérateur.

5. Quid des territoires en dehors de l’Europe géographique?

Le conseil est exactement le même: vérifiez les tarifs au cas par cas. Analysons par exemple la situation pour la France d’Outre-Mer. Si vous êtes client chez Proximus, il n’y aura aucun surcoût pour l’utilisation de votre GSM en Guyane française, en Guadeloupe ou à La Réunion.

En revanche, si vous l’utilisez en Polynésie française, la facture risque d’être particulièrement salée. La grille tarifaire de cet opérateur prévoit 3 euros/min d’appel sortant, 1,50 euro/min d’appel entrant et… 14,52 euros/MB! Cela signifie qu’ouvrir l’app Facebook et regarder quelques photos pourrait coûter en quelques minutes à peine 15, 30 ou 45 euros!

Heureusement dès que vos données mobiles à l’étranger atteignent le montant de 60 euros, votre connexion internet s’interrompt…

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés