Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les bons côtés de la crise

Trop souvent, le mot "crise" a une connotation négative. Pourtant, la morosité du climat économique a aussi des conséquences positives. De bonnes affaires sont parfois à saisir. En voici 10 exemples.

(mon argent) - La notion de "bon marché" est très relative, c’est vrai. Il faut qu’en 2010, les salaires évoluent avec l’inflation, c’est vrai aussi. Mais voici la liste des bonnes affaires que nous devons d’ores et déjà repérées suite à la crise :

Voitures (25 % et plus)

Comme les fabricants automobiles se sont retrouvés avec un stock beaucoup trop important, le consommateur a pu bénéficier en 2009 de réductions de près de 25% sur les prix catalogue. Cette situation a surtout fait les choux gras d’un vendeur multimarques comme Cardoen. Cette année aussi, le problème des stocks subsiste, avec la possibilité de réductions à la clé, mais de 10 à 15 % maximum, d’après les estimations. Le prix des voitures de société part à la hausse, sauf pour les berlines normales à faibles émissions de CO2. Lire aussi: "Acheter une voiture neuve ... pourquoi pas à l'étranger?"

Systèmes de navigation (25 %)

Le ralentissement du marché des accessoires de navigation est à mettre en parallèle avec celui du marché automobile. L’an dernier, les ventes de GPS ont diminué et ce, malgré des prix à la baisse, ce qui pousse des fabricants comme TomTom et Garmin à chercher leur salut dans la diversification et à proposer des remises encore plus importantes, pouvant aller jusqu’à 25 % par rapport aux prix pratiqués il y a un an. Lire aussi: "Les gadgets de 2010"

Logement (8 % en moyenne)

Globalement, les prix du logement ont baissé de 8 % l’an dernier. À noter toutefois qu’il vous en coûtera exactement autant que l’an dernier pour acquérir une maison mitoyenne, un appartement ou une maison dans la tranche jusque 200.000 euros. En revanche, si vous cherchez quelque chose de plus grand, vous pouvez espérer des remises pouvant aller jusque 25 %. Aujourd’hui, c’est surtout dans la tranche au-dessus des 350.000 euros que le marché est peu réceptif. Confronté à un monde du travail incertain et à un pouvoir d’achat en baisse, le consommateur hésite à contracter un emprunt. La location est une alternative à part entière et de surcroît, moins chère. Étant donné que la hausse des loyers est inférieure de moitié à celle des prix de l’immobilier, l’option de la location apparaît beaucoup plus avantageuse – même si tout est relatif – sans compter qu’elle exclut les frais d’enregistrement et le précompte immobilier. Qui plus est, pour les contrats arrivant à échéance au 1er janvier, les loyers baissent de 0,25 %. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Hôtels (entre 10 et 30 %)

Le secteur hôtelier paie cash sa témérité des dernières années. À Dubai, le prix moyen d’une nuitée dans un hôtel cinq étoiles a baissé de 25 %, passant de 208 à 159 euros. Au luxueux Hilton Waldorf de Londres, vous trouverez une chambre à partir de 200 livres, soit à un prix inférieur à celui pratiqué par certains deux ou trois étoiles. Avec ses 79,50 euros la nuit, le quatre étoiles Giorgione de Venise a également baissé ses prix de 25 %. Au Palais de la Méditerranée de Nice, les prix sont en baisse de 15 %. Mais c’est à Barcelone que les bonnes affaires seront les plus intéressantes cette année, avec des tarifs été jusqu’à un tiers plus avantageux qu’en 2009. Lire aussi: "Profitez de nuits d'hôtels à prix bradés"

Vins haut de gamme et champagne (jusqu’à 25 %)

L’affaire a fait grand bruit l’année dernière: Château d’Yquem a baissé de 60 % les prix de deux de ses vins haut de gamme. L’ampleur des possibles répercussions de la crise sur la vente des vins d’exception a plongé les grands domaines viticoles français dans l’inquiétude.  De son côté, Château Lafite-Rotschild a baissé ses prix de 50 %. Une bouteille de Château Le Pin (famille Thienpont) de l’excellente cuvée 2005 ne coûtait guère plus de 1700 euros l’an dernier, alors qu’à 2600 euros, le tarif passait encore pour raisonnable l’année d’avant. La chaîne de supermarchés Auchan a lancé des promotions choc sur des grands crus, proposés quasiment à moitié prix. De leur côté, les producteurs de champagne se sont démenés pour se défaire de leurs stocks. La distribution belge s’est livrée à une véritable guerre des prix, qui a fait plonger le prix de la bouteille dans certains cas à – voire sous les – dix euros. Lire aussi: "Bradés, le champagne n'a plus le même goût"

Vols (10 à 40 %)

L’an dernier, la grippe mexicaine et la crise économique ont fait chuter le nombre de passagers dans les aéroports.  L’offre étant excédentaire, le consommateur a pu profiter de très bonnes affaires en last minute. Pour cette année, les prévisions sont prudentes. Personne ne mise sur une hausse du prix des billets, pas même en cas d’envolée des prix du pétrole. La fin des vols bon marché ne coïncidera qu’avec les premiers signes de reprise économique. Lire aussi: "Faut-il réserver vos vacances en agence ou sur internet"

Vacances (10 %)

L’an dernier, les réservations ont baissé de 6 %. Parmi les destinations qui ont le plus souffert de ce recul, outre les États-Unis et le Mexique, on trouve des villes européennes comme Barcelone, Prague et Lisbonne. La crainte d’une nouvelle mauvaise saison d’été fait que la pression sur les prix de l’hébergement (voir ci-dessus) demeure importante. Il reste bien sûr des "destinations de crise" bon marché comme Londres ou l’Islande mais les vacances en voiture classiques ou les formules all in restent nettement plus avantageuses que l’an dernier. Lire aussi: "Faut-il partir en all-inclusive?"

Gaz naturel (25 %)

La baisse de la consommation de gaz dans l’industrie explique que de grandes quantités sont proposées sur les marchés de gros. À la mi-2009, cette offre excédentaire a fait chuter les prix de près de 25 %. On s’attend à ce qu’ils retrouvent leur niveau normal dès amélioration de la conjoncture. Lire aussi:"Comment changer facilement de fournisseur d'énergie?"

Vêtements de marque (20 à 30 %)

Comme il  a fait chaud pratiquement jusqu’à la fin octobre, les grandes maisons de mode n’ont pas réalisé des ventes exceptionnelles au cours de la saison automne-hiver. La crise économique a fait pression sur les résultats. De ce fait, le consommateur a pu profiter de promotions spectaculaires pendant les soldes. Dries Van Noten, Natan et Delvaux, par exemple, ont consenti jusqu’à 30 % de remise sur leurs prix et Dolce&Gabbana, jusqu’à 20 %. Lire aussi: "Où faire du shopping durant la crise?"

Cabillaud (40 %)

L’an dernier, le cabillaud a vu ses prix dégringoler en raison de l’augmentation des quotas de pêche et de la frilosité du consommateur, qui rogne sur les dépenses alimentaires. Les nouveaux quotas publiés par la Commission européenne restent élevés, ce qui exclut toute perspective de hausse des prix dans l’immédiat. Lire aussi: "Les aliments et les mets les plus chers du monde"

Les meilleures astuces anti-crise des Belges

Comment le Belge a-t-il réagi à la crise ? Quels sacrifices est-il prêt à faire ? Une enquête révèle que le Belge est très inventif lorsqu'il s'agit de faire des économies pour continuer à profiter au maximum de la vie et faire la fête. Et vous?

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés