Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les génériques, aussi bons pour la santé que pour le portefeuille

Les génériques sont aussi sûrs et efficaces que les originaux, tout en coûtant en moyenne 30% de moins.

Certains mythes ont la vie dure: "les génériques sont de moins bonne qualité, moins efficaces, moins sûrs", "les fabricants de génériques ne sont pas soumis aux mêmes standards de qualité", etc. Oubliez ça! Il n’y a pas de différence pour la santé, affirme l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle vient de lancer une campagne visant à souligner la qualité et l’efficacité de tous les médicaments, c’est-à-dire, tant les génériques que les originaux.

Techniquement, un générique agit de la même manière que le médicament orignal car il contient, dans un dosage équivalent, exactement le même principe actif. Les effets secondaires sont donc également identiques. En outre, le générique doit avoir la même forme pharmaceutique que l’original, c’est-à-dire, se présenter sous la forme d’un comprimé, d’une crème ou d’un spray. Cependant, il n’est pas 100% identique. "Le générique peut contenir d’autres ingrédients appelés excipients, qui peuvent influencer leur goût, leur couleur ou leur forme", ajoute l’AFMPS.

Le passage d’un médicament à un autre (qu’il soit original ou générique) ne présente en principe aucun danger.

Le médecin sera toutefois vigilant pour certaines classes de médicaments comme les antiépileptiques, les anticoagulants, les antiarythmiques et les immunosuppresseurs. Le pharmacien peut également donner des informations utiles lorsque vous passez d’un médicament à un autre, prévient l’AFMPS.

Par ailleurs, toutes les entreprises pharmaceutiques qui mettent des médicaments sur le marché doivent prouver qu’ils sont de qualité, sûrs et efficaces. Les génériques doivent donc eux aussi répondre à des exigences très strictes. Les services d’inspection belges et européens contrôlent d’ailleurs toutes les étapes du processus de fabrication, depuis les ingrédients jusqu’au médicament emballé. "Et il n’y a pas plus d’infractions constatées avec les médicaments génériques qu’avec les originaux."

En définitive, la seule grosse différence qui subsiste entre les originaux et les génériques, c’est le prix. D’où vient-elle? "Le médicament générique coûte moins cher, tout simplement car le fabricant n’a pas dû réaliser des tests pharmacologiques, toxicologiques et cliniques, puisque ceux-ci ont déjà été réalisés par le fabricant du médicament original", répond Test-Achats (TA). En effet, le fabricant de génériques doit juste introduire un dossier simplifié et prouver que sa copie est bioéquivalente à l’original.

110 euros économisés

D’après Test-Achats, un Belge peut économiser en moyenne 110 euros par an en se soignant un maximum grâce aux génériques. Cette estimation est basée sur un budget moyen de 550 euros (source: rapport OCDE 2014), soit 20% d’économie. En moyenne, les mutualités considèrent qu’il est possible de faire des économies de l’ordre de 30% en achetant des médicaments génériques. C’est la raison pour laquelle TA précise que ce gain dépend des besoins médicaux individuels et des habitudes de prescription du médecin traitant.

Quand un médecin prescrit un médicament sous le nom déposé, le pharmacien délivre le médicament dont le nom se trouve sur la prescription.

Par contre, quand le médecin prescrit un médicament sous le nom du principe actif (Paracétamol en lieu et place de Dafalgan par exemple), le pharmacien délivre l’un des médicaments le moins chers, générique ou original. Le nom déposé des génériques est souvent constitué de la combinaison du nom du principe actif (la DCI ou dénomination commune internationale) et du nom de l’entreprise: par exemple, Paracetamol Sandoz, Paracetamol Teva. Mais pas toujours. Le Panadol est aussi un comprimé de Paracetamol.

"Pour les antibiotiques et les antifongiques destinés au traitement d’affections aiguës, le pharmacien est tenu de délivrer une des variantes les moins chères, que le médecin ait prescrit le médicament sous son nom déposé ou sous son principe actif."

Vous avez toujours la possibilité de demander à votre médecin qu’il vous prescrive d’office un générique. Mais il n’existe pas toujours une variante moins chère.

©MEDIAFIN

Comparaison

Pour les médicaments en vente libre, demandez conseil à votre pharmacien. Afin de connaître les alternatives moins chères, consultez différents sites dont, entre autres, celui des Mutualités libres (www.mloz.be), celui de la Mutualité Socialiste (www.solidaris.be), celui de l’Inami (www.inami.fgov.be) ou encore celui de Test-Achats qui comporte une "Banque de données de médicaments".

Ces outils permettent de connaître pour chaque médicament, le prix que vous devrez débourser selon que vous soyez un assuré ordinaire ou bénéficiaire d’intervention majorée (ex BIM et Omnio). Les résultats se présentent souvent sous forme de tableaux qui reprennent tout ou partie des conditionnements et alternatives disponibles.

Plus le conditionnement est grand, plus les économies sont conséquentes. Par exemple, une boîte contenant 3 plaquettes de pilules contraceptives Diane, coûte 24,03 euros (soit 96,12 euros/an). Dans un conditionnement de 6 plaquettes, elle coûte 26 euros (soit 52 euros/an), c’est quasi la moitié du prix.

En choisissant le générique, l’économie est encore plus impressionnante. La boîte de 6 plaquettes de Daphne (Mithra) coûte 16,61 euros et celle de 13 plaquettes revient à 34,82 euros ou 32,76 euros/an, ce qui représente au final un gain de 63.36 euros.

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés