mon argent

Les néobanques testées pour vous

©BELGAIMAGE

N26, Bunq, Revolut… Depuis quelques années surgissent sur internet de plus en plus de "néobanques", c’est-à-dire des institutions financières qui proposent une gamme complète de services via Internet et des applications, sans détenir ni agences ni succursales. À qui peuvent-elles convenir et qu’ont-elles à offrir ?

Si les banques "Internet only" sont devenues monnaie courante au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas, elles ne sont apparues en Belgique que plus récemment. Le besoin se faisait sans doute moins sentir. Notre pays abrite en effet de grandes banques qui mettent les bouchées doubles pour développer leurs propres applications sur le web, tout en possédant un réseau d’agences et de distributeurs automatiques toujours très dense (même s’il a tendance à se réduire).

L’app de Bunq nous a moins plu que celle de N26 ou de Revolut.

La demande pour ce type de services bancaires semble donc moins pressante. Cela n’a pas empêché N26 et Revolut de se constituer déjà une belle clientèle. Au début de cet été, les deux affichaient quelque 150.000 clients. Une performance appréciable, accomplie sans la moindre publicité, mais encore toute relative puisque ce nombre représente moins de 1% des 17 millions de comptes à vue traditionnels que compte notre pays.

Apple Pay

Ces nouveaux acteurs (toujours étrangers, les initiatives belges brillant par leur absence) promettent tous grosso modo la même chose: un traitement rapide de toutes les formalités, des frais minimes et transparents (vu l’absence d’agences), une prestation de service adaptée aux digital natives et l’intégration rapide des innovations. Ainsi, de nombreuses néobanques proposent par exemple Apple Pay, alors que du côté des banques traditionnelles, seule BNP Paribas Fortis la met déjà à la disposition de ses clients.

Retraits à l’étranger

Détenir un compte auprès d’une banque internet semble particulièrement intéressant pour les grands voyageurs et les expatriés. Par exemple, pour les paiements par carte de crédit ou les retraits à des distributeurs à l’étranger (même en dehors de la zone euro), ils ne supportent que peu ou pas de frais.

Les néobanques appliquent cependant des limites à ce type d’opérations. Pour le compte gratuit de Revolut, le plafond de retrait est fixé à 200 euros (il est plus élevé pour les comptes payants). De son côté, N26 n’autorise gratuitement que cinq retraits d’argent par mois et uniquement dans la zone euro. En dehors de cette zone, des frais de 1,7% sont comptés. Pour les transferts d’argent vers un compte à l’étranger, ces banques ne répercutent généralement sur le client que les frais que les banques s’imputent mutuellement, donc sans coût additionnel.

Cartes de crédit

Les cartes de crédit proposées par la plupart des néobanques sont en réalité des cartes de débit. Il faut d’abord mettre de l’argent sur un compte avant de pouvoir l’utiliser.

Compte à l’étranger

Outre le compte gratuit, quasi toutes les néobanques proposent des versions payantes auxquelles sont associées, par exemple, des assurances supplémentaires ou des actions cash-back. Ainsi, chaque fois que vous effectuez un achat avec votre carte de crédit, la banque vous en rembourse un petit montant. Sachez aussi que les néobanques vous donnent un compte en banque étranger (Revolut au Royaume-Uni et N26 en Allemagne). Vous devez donc mentionner ces comptes dans votre déclaration fiscale.

Contact "Internet only"

Les clients ne peuvent communiquer avec ces banques sans agences que par voie électronique, ce qui peut avoir des conséquences funestes. Le quotidien néerlandais Financieele Dagblad relatait récemment la mésaventure d’un client de N26, victime d’hameçonnage (phishing), dont le compte avait été siphonné de 80.000 euros pendant la nuit. Il n’a jamais réussi à contacter une personne de la banque pour bloquer la transaction…

Comment ouvrir un compte?

Ces services bancaires "tout Internet " apportent-ils un "plus " en termes de convivialité ? Est-il aisé d’ouvrir un compte dans ce type de banques ? Leurs applications sont-elles faciles à utiliser ? Nous en avons testé trois: Revolut, N26 et Bunq. Si toutes tiennent leur promesse de rapidité pour l’ouverture du compte (quelques minutes à peine), nous avons noté tout de même quelques différences.

Revolut

La procédure la plus rapide et la plus simple est à mettre à l’actif de Revolut. Nous avons introduit nos données personnelles dans l’app et les avons confirmées en prenant une photo de notre carte d’identité et un selfie. Dans les deux minutes qui ont suivi, la banque nous a communiqué l’approbation de notre demande. Ensuite, nous avons approvisionné le compte (c’est possible au moyen d’un virement ou de sa carte de crédit) et le tour était joué.

N26

Chez N26, l’opération d’enregistrement est un peu plus complexe. Les clients ne peuvent opter que pour une carte physique, qui est envoyée gratuitement. Et il n’est pas possible d’approvisionner son compte en passant par l’app, contrairement à Revolut. De plus, la procédure d’enregistrement se déroule en partie dans l’app et en partie par ordinateur.

Par ailleurs, N26 exige, non pas deux, mais quatre photos de votre carte d’identité et vous devez introduire vous-même le numéro de cette carte. De surcroît, l’approbation de votre demande peut prendre jusqu’à cinq jours. Dans notre cas, nous l’avons toutefois reçue dans un délai de dix minutes.

N26 a configuré son app de manière logique en proposant par ailleurs plusieurs belles fonctionnalités, comme la recherche des distributeurs les plus proches.

Bunq

L’app de Bunq nous a moins plu que les deux autres. Au démarrage, la banque présente quatre types de comptes, mais n’explique pas clairement en quoi ils diffèrent. Elle donne l’impression que le compte premium est gratuit alors que la lecture des conditions en petits caractères révèle que cela ne vaut que pour une période d’essai de 30 jours.

La procédure d’enregistrement ne requiert pas de photos, mais une petite vidéo. Bunq offre cependant la possibilité de s’identifier, non seulement avec une carte d’identité, mais également avec le permis de conduire.

Pour le reste, l’app est assez basique. Et les "extras " ne nous ont pas semblé très intéressants. La carte de crédit associée au compte gratuit coûte en outre dix euros. Elle n’est gratuite que si vous invitez cinq amis à essayer également Bunq. Reste à savoir si vos amis seront ravis de recevoir ce genre de spam de votre part…

Garantie

L’argent dépose sur le compte d’une néo-banque est-il en sécurité ? Oui, en tout cas autant que chez une banque traditionnelle. Bunq, N26 et Revolut possèdent toutes une licence bancaire européenne. Autrement dit, les avoirs déposés sur leurs comptes sont garantis jusqu’à 100.000 euros en cas de faillite. Cette hypothèse n’a rien de théorique: de nombreuses néobanques ont déjà déposé leur bilan. Et d’autres ont tendance à flirter avec les lignes. Ainsi, tant Revolut que N26 se sont déjà fait taper sur les doigts par leurs autorités de surveillance respectives en raison des failles de leurs systèmes anti-blanchiment.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect