Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les quatre mesures fiscales qui vont booster votre salaire net

Comment le gouvernement va-t-il s'y prendre pour augmenter votre salaire net, la principale promesse de ce fameux tax shift? Quatre mesures fiscales vont être mises en place. Explications.
©iStock

Augmenter le pouvoir d'achat des ménages via une réduction des impôts sur le revenu, c'est l'idée principale du tax shift concocté par le gouvernement Michel. Avec une promesse à la clé : que les gens qui gagnent moins de 2.800 euros brut touchent au minimum 100 euros de plus chaque mois. Tous les salaires net seront revalorisés, mais les salaires les plus bas seront particulièrement choyés.

Voici ce que rapportera le tax shift selon les catégories de salaire, d'ici 2019.

©multimedia

Pour atteindre ces objectifs, quatre mécanismes fiscaux vont être mis en oeuvre : une augmentation des frais forfaitaires déductibles, un relèvement de la quotité exemptée d'impôts, le bonus emploi et une réforme des tranches d'imposition.

1) Le relèvement de la quotité exemptée d'impôts

La quotité exemptée d'impôts est la première tranche de vos revenus qui n'est pas soumise à l'impôt. Si elle est relevée, vous paierez automatiquement moins d'impôts chaque année. Actuellement, les 7.090 premiers euros que vous gagnez ne sont pas imposés. Cette somme peut être augmentée en cas d'enfants ou d'autres personnes à charge, si vous êtes isolé(e) avec des enfants, etc.

2) Une réforme des tranches d'imposition

En Belgique, l'impôt est progressif. Votre revenu est saucissonné en plusieurs tranches, et chaque tranche est soumise à un taux d'imposition, qui augmente au fur et à mesure des tranches.

Actuellement, nous avons cinq tranches d'imposition en Belgique. Voici les modifications attendues.

  • 25% sur la tranche située sous 8.710 euros
  • 30% sur la tranche entre 8.710 et 12.400 euros => cette tranche sera supprimée en deux temps, en 2016 et en 2018.
  • 40% sur la tranche entre 12.400 et 20.660 euros
  • 45% sur la tranche entre 20.660 et 37.870 euros => le plafond de cette tranche sera relevé
  • 50% sur la tranche supérieure à 37.870 euros

3) L'augmentation des frais forfaitaires déductibles

Dans votre déclaration d'impôts, vous pouvez déduire de vos revenus professionnels les dépenses que vous avez concédées pour les obtenir. Cela se fait soit en déduisant les frais réels, soit via les frais forfaitaires.

Le gouvernement a déjà relevé les frais forfaitaires en janvier 2015 afin de compenser l'effet négatif du saut d'index. L'avantage observé depuis le début de l'année sur le salaire net va plus ou moins doubler à partir de l'année prochaine.

Le montant maximal déductible est actuellement plafonné à 4.090 euros. Il passera à 4.210 euros pour l'année de revenus 2016 (déclaration 2017).

4) Le bonus à l'emploi

Il s'agit d'un système de réduction des cotisations sociales qui sont à charge du travailleur (13,07% du salaire brut) destiné aux bas salaires. Les réductions sur les cotisations sociales peuvent atteindre actuellement un maximum de 189,98 euros, soit 6 euros de plus qu'avant le mois d'août 2015. Ce maximum est réservé aux salaires brut de moins de 1.547 euros. Le bonus emploi disparait pas ailleurs complètement pour les salaires supérieurs à 2.413 euros brut.

Les personnes qui bénéficient d'un bonus à l'emploi social ont en même temps droit à un bonus à l'emploi fiscal. Depuis le 1er août, cet avantage fiscal est relevé pour compenser le saut d'index. Il a été plafonné à 360 euros par an. Il sera encore augmenté en 2016 et en 2019.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés