Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Payer ses médicaments moins cher… et en toute sécurité?

En Belgique, inutile de faire du shopping pharmaceutique: le prix des médicaments est imposé. Passer commande via une pharmacie virtuelle en vaut-il la peine? Que peut-on y trouver? A quel prix? Mise au point pour éviter d’avaler la pilule.
Publicité
©Photo News

Lorsqu’on se rend à la pharmacie avec la prescription de son médecin, il est souvent difficile de se faire une idée précise de la somme qu’il faudra débourser. Certains médicaments sont totalement remboursés, d’autres ont désormais un "générique" (moins cher donc) et/ou bénéficient d’une remise du pharmacien. Dans votre officine, vous trouverez aussi des articles de parapharmacie, des compléments alimentaires, des médicaments homéopathiques… Certains produits sont en vente libre, d’autres pas. Et dans les pharmacies en ligne (non officielles), on trouve parfois tout et n’importe quoi…. Les clients se posent donc légitimement des questions.

Voici des réponses et des explications pour y voir plus clair.

Le prix des médicaments est imposé mais des différences peuvent toutefois être observées d’une pharmacie à l’autre… Comment cela se fait-il?

Les pharmacies octroient une ristourne (en général 5%) à leurs clients habituels grâce à une carte de fidélité. Si vous vous rendez ponctuellement dans une pharmacie (en urgence ou en vacances par exemple), vous ne bénéficierez donc probablement pas d’une ristourne.

Attention, ces ristournes ne s’appliquent pas:

  • aux médicaments remboursés par l’INAMI.
  • aux articles de parapharmacie qui, eux, bénéficient d’une réduction immédiate supérieure à 5%.

Vous paierez plus cher dans les pharmacies de garde

Entre 19h et 8 h, ainsi que les dimanches et jours fériés, un honoraire de garde (5,04 euros par visite) vous sera réclamé. Ce supplément sera pris en charge par la mutuelle si vous présentez une ordonnance comportant un médicament remboursé. Dans le cas contraire ou sans ordonnance, le supplément sera toujours à votre charge.

Certains produits sont apparemment (beaucoup) moins chers dans des pharmacies en ligne…

Certains produits sont apparemment (beaucoup) moins chers dans des pharmacies en ligne…

"Les pharmacies en ligne ne sont autorisées à vendre que des médicaments non soumis à prescription médicale sur lesquels elles peuvent accorder des ristournes — comme en officine d’ailleurs —, ainsi que des articles de parapharmacie sur lesquels des conditions (plus généreuses) sont évidemment autorisées. Il s’agit d’ailleurs souvent de produits d’appel et/ou qui permettent de gonfler le panier d’achat pour éviter d’éventuels frais de port", explique Charles Ronlez, porte-parole de l’Association Pharmaceutique Belge (APB). Car en général, pour les commandes via une pharmacie en ligne de Belgique, les frais de port (entre 2 et 5,5 euros) ne sont gratuits qu’à partir de 50, 60 ou 75 euros.

La pharmacie en ligne est-elle vraiment utile et avantageuse?

Les pharmacies virtuelles sont pratiques pour se procurer les classiques de la pharmacie familiale ou que l’on n’ose éventuellement pas demander dans son officine habituelle. Mais certaines substances indisponibles ou interdites en Belgique sont aussi aisément accessibles. 50 à 60% des "médicaments" vendus sur la toile hors du circuit légal sont de provenance douteuse ou difficilement identifiable, contrefaits, falsifiés et donc au mieux inefficaces et au pire dangereux! Il est donc impératif de faire ses emplettes médicales en lieu sûr (lire l’encadré à ce sujet).

Charles Ronlez est d’ailleurs favorable à ce que chaque pharmacie ait un prolongement en ligne. "Ce serait la meilleure façon de contrer les sites illégaux, assure-t-il. Toutefois, compte tenu de la densité du réseau des pharmacies, de leur accessibilité 7 jours/7 et 24h/24, l’utilité de commander par Internet est toute relative, juge-t-il. Il faut en effet tenir compte des délais de livraison, des frais éventuels, mais aussi des conditions de stockage (température notamment) dans les points Poste et autres Kiala, qui ne sont pas optimales pour des produits pharmaceutiques!"


En outre, le pharmacien a une fonction de conseil et ses clients habituels disposent chez lui d’un dossier reprenant tous les médicaments qui lui ont été prescrits et vendus. Et à partir de 2014, ce dossier pharmaceutique sera partagé. Tout pharmacien pourra ainsi avoir une vue globale sur la médication de chaque client (pourvu que celui-ci donne son accord au partage de données). Cela évitera les contre-indications et les risques d’interactions indésirables!

D’autres pistes (sûres) pour payer moins cher

1. Les médicaments génériques: la loi oblige les médecins et les dentistes à prescrire un certain pourcentage de médicaments moins chers (génériques, spécialités de marque originale dont le prix a été abaissé au niveau du générique). Les génériques sont toujours au moins 30% moins chers que les médicaments originaux et la part remboursée par l’INAMI est identique. Attention, si votre médecin a prescrit un médicament original, le pharmacien ne pourra vous délivrer un générique.

2. La prescription en DCI (Dénomination Commune Internationale): une prescription en DCI mentionne uniquement le nom de la molécule ou substance active. Le pharmacien est alors tenu de vous délivrer une spécialité pharmaceutique figurant dans le groupe des produits les moins chers ou un générique, précise le site de l’INAMI. Depuis le mois de juin 2012, toute prescription d’antibiotique ou d’antimycosique doit également être considérée comme une prescription en DCI.

3. Et dans les pays voisins? Selon une étude norvégienne de 2012 (réalisée par le SNF — Institute for Research in Economics and Business Administration — portant sur 10 pays, l’Allemagne est l’un des pays où les médicaments sont les plus chers. A contrario, les prix sont très intéressants aux Pays-Bas. "Depuis quelques années, de nombreux Belges achètent leurs médicaments aux Pays-Bas où ils utilisent la CEAM (carte européenne d’assurance-maladie), ce qui est illégal. Cette carte est en effet destinée à rembourser les soins urgents (et médicaments) lors de courts séjours à l’étranger, indique Christian Horemans, expert en Affaires internationales aux Mutualités Libres. Elle ne peut donc pas servir à faire du shopping!" Mais les pharmaciens et les autorités des Pays-Bas laissent faire, au grand dam des pharmaciens belges situés près de la frontière et de l’assurance-maladie invalidité.

À l’instar de la Belgique, la France se situe plutôt dans la moyenne. Mais à l’occasion d’un séjour touristique ou d’un déplacement, les Belges auront déjà pu constater que de nombreux médicaments usuels sont plutôt moins chers dans l’Hexagone. Notons encore que les prix des médicaments non remboursables — qui est fixé librement — varie très fort d’une pharmacie à l’autre.

Publicité
Publicité
Publicité
Service Sponsorisée

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés