mon argent

Quand Netflix fait semblant d'augmenter ses tarifs

©Shutterstock

Depuis quelques jours, les tarifs affichés par la plateforme de streaming ont augmenté en Belgique, en France et en Italie. Il s’agit simplement d’un test. Le point.

En principe, le prix d’un abonnement "Standard" Netflix revient à 10,99 euros en Belgique. Or, la grille tarifaire affichée sur son site, pour certains utilisateurs, indique désormais 12,99 euros alors qu’aucune annonce de hausse des prix n’a été envoyée aux abonnés du géant américain.

Même topo pour l’abonnement "Essentiel" qui est désormais affiché à 8,99 euros au lieu de 7,99 euros alors que l’abonnement "Premium" passe lui carrément de 13,99 à 16,99 euros.

"Nous testons des prix légèrement différents pour mieux comprendre la valeur que les membres attachent à Netflix."
Porte-parole de Netflix

Une tendance similaire est observée actuellement en France et en Italie où il arrive même que le tarif "Standard" soit affiché à 13,99 euros chez certains utilisateurs ou à 17,99 euros pour le "Premium". Cela signifie-t-il que ce sont les nouveaux tarifs qui seront débités de votre compte le mois prochain?

"Pas du tout", selon un porte-parole de la plateforme. Il s’agit en fait d’un test destiné à estimer la valeur qu’accordent les futurs abonnés à Netflix. "Nous testons des prix légèrement différents pour mieux comprendre la valeur que les membres attachent à Netflix. Tout le monde ne verra pas ce test et les prix testés ne seront pas nécessairement appliqués à la suite de cette phase de test. Notre objectif est de nous assurer que Netflix continue à offrir un excellent rapport qualité-prix."

Test A/B

Si Netflix constate, par exemple, que son taux d’abonnement diminue avec des prix gonflés, il y a de fortes chances qu’une hausse tarifaire ne soit pas prévue pour tout de suite.

Cette manière de procéder correspond au "test A/B", c’est-à-dire une technique marketing qui consiste à proposer plusieurs variantes d'un même bien (ou service) qui diffèrent selon un seul critère (ici le prix) afin de déterminer la version qui donne les meilleurs résultats auprès des consommateurs.

Si Netflix constate, par exemple, que son taux d’abonnement diminue avec des prix gonflés, il y a de fortes chances qu’une hausse tarifaire ne soit pas prévue pour tout de suite (vu que les utilisateurs potentiels ne sont pas prêts à mettre ce prix).

En revanche, si la croissance des abonnements continue avec des prix supérieurs, alors peut-être que Netflix augmentera ses tarifs, comme ce fut le cas mi-janvier aux Etats-Unis. De fait, les utilisateurs américains paient désormais plus cher: 8,99 dollars pour l’offre "Essentiel", 12,99 dollars pour la "Standard" et 15,99 dollars pour la "Premium".

Notez que le "test A/B" fait partie intégrante de la philosophie Netflix. Par exemple, les bannières associées à une même série (ou à film) qui apparaissent en grand à l’ouverture de la plateforme changent régulièrement. Lorsque Netflix détecte qu’une bannière amorce plus d’engagement de la part de ses utilisateurs qu’une autre, alors c’est cette dernière qui sera finalement conservée.

Conclusion

L’utilisateur belge potentiel qui souhaite souscrire à un abonnement aujourd’hui, la semaine prochaine ou dans trois mois, paiera - pour le moment – un prix différent de celui éventuellement affiché sur la plateforme (si ce prix est supérieur aux prix officiels en Belgique). Par exemple, s’il sélectionne un abonnement standard, il paiera bien, après son mois d’essai gratuit, 10,99 euros par mois (au lieu des 12,99 euros ou 13,99 euros éventuellement affichés à l’écran).

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content