Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Que faire si vous recevez des faux billets?

La Banque nationale a enregistré 21.580 faux billets sur les six premiers mois de l'année. Et si vous vous retrouviez en possession d'un faux?
Publicité

La Banque nationale a enregistré 21.580 faux billets sur les six premiers mois de l'année, soit presque autant que les 22.433 faux billets interceptés sur l'ensemble de l'année 2012, peut-on lire mercredi dans Le Soir et Sudpresse. Le record remonte à l'année 2010, avec 43.675 faux billets.

Ces chiffres proviennent des billets repérés par les machines de la Banque nationale, qui les extraient du circuit quand ils reviennent à la BNB, ainsi que des spécimens interceptés par les banques et les particuliers. Les billets de 50 euros sont les plus falsifiés (15.131 sur six mois), devant les billets de 20 euros (4.549). La hausse la plus forte concerne toutefois les billets de 500 euros, avec 870 faux détectés au premier semestre 2013 contre 150 en 2012.

"La plupart des faux billets, qui sont de qualité professionnelle, ne sont pas fabriqués en Belgique, mais produits en Italie et en Bulgarie", souligne un agent de la police fédérale spécialisé dans ce type de trafic. En ce qui concerne les fausses pièces, la Banque nationale n'en a trouvé que 1.862 sur les six premiers mois de 2013.

En possession de faux billets? Pas de chance!

Si vous vous retrouvez avec un faux billet, vous n'avez pas de chance. Vous devez l'apporter au bureau de police le plus rapidement possible, fournir un maximum de renseignements concernant l'origine du billet, expliquer comment il est entré en votre possession,… La police transfèrera ensuite le billet au centre d'analyse de la Banque Nationale, afin de pouvoir vérifier s'il s'agit bel et bien d'un faux billet et de déterminer de quelle sorte de contrefaçon il s'agit. Les conclusions seront transmises à la base de données européenne.  

Faux billet = argent perdu

Lorsque vous donnerez le billet à la police, vous ne recevrez aucune indemnité. La valeur du billet est donc perdue. Vous pourriez dès lors être tenté de ne pas livrer le billet à la police, mais de l'utiliser. Cependant, soyez prudent. Car si vous utilisez un faux billet en étant conscient qu'il s'agit d'une contrefaçon, vous risquez une peine de prison.  

D'après la Banque Nationale, ce système devrait inciter les commerçants à contrôler correctement un billet avant de l'accepter. Vous êtes un commerçant et souhaitez acquérir un appareil de détection de faux billets? Consultez la liste des appareils disponibles sur le site de la Banque Centrale Européenne.  

Reconnaissez les faux billets

Le Syndicat des Indépendants et des PME (SDI) rappelle aux commerçants qu'ils ne sont pas tenus d'accepter une grosse coupure lorsque le montant à payer représente moins de 50% de sa valeur, indique-t-il mercredi dans un communiqué, en réaction à l'augmentation du nombre de faux billets en circulation au premier semestre de 2013 annoncée par la Banque nationale de Belgique. Le SDI dénonce le fait que les premières victimes des faussaires sont souvent les commerçants, "dont les moyens de contrôle mis à leur disposition sont soit inefficaces soit trop onéreux". Les crayons de contrôle et lampes UV se révèlent inefficaces face à des coupures de mieux en mieux contrefaites. Quant au détecteur infrarouge et à l'assurance pour couvrir le risque lié à la contrefaçon, ils génèrent un coût difficile à répercuter pour les commerçants, souligne-t-on.

Prévenir vaut mieux que guérir. Evitez de vous retrouver avec de faux billets. Vous devez toujours bien observer chaque billet que vous recevez. Les vrais billets de banque peuvent être facilement reconnus grâce à la méthode du "toucher-regarder-incliner". Cette méthode est décrite sur le site de la BCE et dans un précédent article de Mon argent.  

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés