Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Que vous coûtent vos soins de santé?

L'assureur DKV affirme que le Belge paie chaque année 18% du prix de ses soins de santé (hors hospitalisation); et ce après les remboursements. Un record dans l'Europe occidentale.
Publicité
©BELGA

On le sait, le Belge a de plus en plus tendance à se couvrir face aux dépenses de soins de santé via une assurance privée (qu'elle soit payée par l'employeur ou par lui-même). Visiblement, cette tendance est justifiée.

Selon le baromètre DKV, le Belge doit chaque année sortir de sa poche 18% de la totalité des frais liés à ses soins de santé. Nous sommes en la matière les champions d'Europe occidentale. A titre comparatif, la facture de nos voisins français est de 7%.

Cela représente annuellement 5,3 milliards d'euros. On parle ici que des frais non liés à des hospitalisations.

©Document DKV

Ces chiffres abondent dans le sens des conclusions d'une étude d'Eurostat de février dernier. Elle mettait en lumière la bonne qualité de nos soins de santé et l'absence de longue liste d'attente auprès des médecins. Mais elle soulignait aussi le coût de nos soins, notamment dans les hôpitaux. 

Pourquoi déboursons-nous le plus?

→ Les produits pharmaceutiques: 1,8 milliard d'euros, soit 38% de la facture totale une fois les remboursements effectués - "Le out of pocket". En 2012, l'OCDE chiffrait à 550 euros par an et par personne, les dépenses en médicaments en Belgique, contre 350 euros pour la moyenne européenne.

→ Les consultations médicales: 1,6 milliard d'euros (24% de "out of pocket")

→ Les soins dentaires: 711 millions (43% de "out of pocket")

→ Les lunettes: 368 millions d'euros (95% de "out of pocket")

→ Les appareils auditifs: 62 millions (95% de "out of pocket")  

©Document DKV

Pourquoi une telle charge sur le consommateur?

L'environnementLe budget public des soins de santé est sous pression: l’essor des technologies de pointe, l'évolution démographique, l'augmentation des maladies chroniques... Tout cela accroît les coûts tant pour le citoyen belge que pour l’État.

Le système: "Les Français sont bien assurés pour les soins dentaires et ambulatoires. Dans ce domaine, la Belgique accuse un retard important. En effet 82% des Belges ont souscrit à une assurance hospitalisation. Seulement 5% disposent d'une assurance complémentaire pour les soins ambulatoires (visite chez le généraliste ou le spécialiste, les séances de kiné, les médicaments...) et dentaires, estime DKV.
Ajoutons par ailleurs que le fait de disposer d'une assurance hospitalisation permet de réduire la quote-part personnelle d'à peine 2% de l'ensemble des frais, soit 277 millions par an. 

Pour Herman Konings, psychosociologue, cet engouement pour l'assurance hospitalisation et pas pour les frais ambulatoires a aussi une explication émotionnelle: "L’hospitalisation est liée à l’émotionnel. Un problème ou une maladie qui requiert une opération, c’est inquiétant. Les soins dentaires et soins ambulatoires, au contraire, sont plutôt vus comme quelque chose de trivial. Quelque chose auquel on n’a pas réellement besoin de s’attarder. La décision de souscrire une telle assurance complémentaire est alors très vite remise à plus tard." 

©Document DKV

L'ignorance:  30% des Belges semblent ignorer ce que leur assurance maladie légale rembourse réellement. Il en va de même pour 40% d'entre eux en matière d'assurance dentaire.

Les défis de la Belgique en matière de soins de santé?

→ Les maladies chroniques: plus de 27% de la population souffre d'une maladie chronique (maux de dos, allergies, arthrose, hypertension, migraine, asthme...). Le ratio croît avec l'âge.

→ Le vieillissement de la population: Il est attendu que le nombre d'octogénaires double d'ici 2050. Les soins ambulatoires vont de ce fait se multiplier alors qu'ils ne sont que partiellement remboursés par l'assurance maladie légale.

→  Les nouvelles technologies médicales: Le gouvernement, l'industrie pharmaceutique, les hôpitaux, les associations de patients et les compagnies d'assurance doivent se réunir pour rendre ces nouvelles technologies, nécessaires à un traitement plus rapide, abordables financièrement au patient.

Que pense le Belge des soins de santé?

L'évolution des soins de santé: l'optimisme est de rigueur. Ils sont 68% à entrevoir un avenir positif pour l'évolution de la qualité des soins. UN optimisme qui varie peu en fonction des âges.

L'évolution financière des soins de santé: La réponse varie selon les régions. L’inquiétude de voir les soins de santé devenir moins abordables est plus grande en Wallonie et à Bruxelles qu’en Flandre. Et ce surtout dès 35 ans. Ils sont 75% à estimer que l'intervention de l'Etat en la matière va décroître. 

L'enquête menée par DKV pour son baromètre a été réalisée par Ipsos auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 Belges. Le sondage a été effectué en mars dernier.  

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés