Réduisez d'un tiers votre facture de chauffage

©belga

Remplacer votre chaudière par une chaudière au gaz à condensation, c’est la promesse de réaliser au moins 30% d’économies. Budget, primes, financement, raccordement au réseau, voici tout ce que vous devez savoir.

En 2018, les prix de l’électricité, mais aussi ceux du gaz naturel, ont fortement grimpé sur les marchés de gros, selon une analyse de la Creg (Commission de Régulation de l’Électricité et du Gaz). Ce constat n’est pas vraiment une surprise: au mois d’octobre dernier, L’Echo – qui s’était basé sur les nouveaux tarifs publiés par les fournisseurs – vous annonçait déjà une hausse potentielle de la facture d’énergie comprise entre 270 et 400 euros sur base annuelle.

Comment agir sur une telle hausse? Pour Isabelle Kocher, la patronne d’Engie, la solution se trouve dans l’efficacité énergétique. "Quand on s’y intéresse, on trouve couramment 30%, voire 40% d’économies à faire, a-t-elle expliqué. C’est un sujet qu’il faut faire progresser dans l’opinion publique et qui permet de ‘décarboner’, tout en faisant baisser les factures."

Dans cette optique, Engie France multiplie les offres pour inciter les ménages à rénover leurs équipements domestiques. "Une chaudière au gaz performante, c’est 30% d’économies sur la consommation annuelle. Nous avons donc lancé il y a quelques mois une offre qui permet aux ménages de remplacer leur ancienne chaudière sans devoir faire un chèque de 3.000 euros ou plus. Ils paient via des mensualités, qui sont moins élevées que les économies d’énergie réalisées."

Plus récemment, le fournisseur a lancé – toujours à destination des Français – une offre permettant aux ménages les plus modestes de changer de chaudière moyennant 1 euro symbolique (notamment grâce aux aides de l’État français).

"Les nouvelles chaudières à condensation peuvent atteindre des rendements allant jusqu’à 109%".

Quid en Belgique? Engie a annoncé vouloir lancer, au début de cette année, une offre de remplacement de chaudière à destination des particuliers (en collaboration exclusive avec Beobank pour la partie financement). En fait, cette offre existe déjà depuis quelques mois (voir question 4). "Cependant, elle pourra être intégrée à une offre ‘Energie et Services’innovante, qui sera lancée à la fin du trimestre, selon Olivier Desclée, son porte-parole. Il s’agira de la première offre tout compris qui donnera au client le contrôle total sur sa consommation."

À ce stade-ci, Engie n’en dira pas plus. Mais il y a de fortes chances que cette offre de remplacement de chaudière soit couplée à une offre d’entretien (qui prolonge la garantie de l’installation jusqu’à 6 ans) et à une installation photovoltaïque (avec financement également). Et pourquoi pas aussi à l’installation d’une "boxx", le thermostat intelligent d’Engie (voir encadré) qui permet, en plus de la fonction de commande à distance du chauffage, de consulter votre consommation (et donc vos dépenses en temps réels) d’électricité, de gaz et même d’eau.

Engie ou non, il serait peut-être temps de penser à changer votre chaudière pour gagner en efficacité énergétique au sein de votre habitation.

1/ Quand remplacer une chaudière?

Que vous ayez bien entretenu ou non votre chaudière, lorsque celle-ci atteint une durée de vie de 15 ans, il est plus que temps de penser à la faire remplacer (surtout s’il s’agit d’une chaudière au gaz "atmosphérique" et pas encore à condensation).

Certes, c’est un investissement important, mais attendre que votre chaudière rende définitivement l’âme n’est pas une bonne solution. "C’est même un très mauvais calcul", selon Olivier Lechien, le porte-parole de Lampiris. "En effet, les chaudières à condensation de la dernière génération consomment beaucoup moins d’énergie et vous permettent de récupérer rapidement votre investissement tout en contribuant au respect de l’environnement", explique Cozie (le partenaire d’Engie pour son offre de remplacement des chaudières).

Thermostat intelligent

Investir dans un tel appareil, c’est la promesse d’économiser jusqu’à 25% sur votre facture de chauffage. Vous pouvez en acheter en boutique ou en ligne. Certains fournisseurs d’énergie comme Engie, Luminus ou Essent (que vous soyez client chez eux ou non pour la fourniture de votre énergie) l’offrent gratuitement ou moyennant un euro symbolique mais se rattrapent sur les frais d’installation et sur l’abonnement mensuel (qui est plus cher pour les non-clients).

Dans les grandes lignes, un thermostat connecté permet de commander la température à distance via une app. Certains sont même plus "intelligents" que d’autres car ils ont la faculté de comprendre votre maison et/ou vos habitudes. Ils "apprennent" par exemple à quelle vitesse une habitation chauffe (et refroidit) et ils s’adaptent ensuite à cette information. Enfin, quelques modèles fournissent une visualisation de votre consommation d’énergie en temps réel, ce qui permet de mieux comprendre vos habitudes et d’évaluer l’impact de vos actions.

 

Cependant, d’autres facteurs que l’âge peuvent entrer en ligne de compte pour considérer le remplacement d’une chaudière. Par exemple, la fréquence des pannes. "Si celles-ci sont multiples et qu’elles entraînent des coûts importants (environ 500 euros après 10 ans), le remplacement pourrait être la meilleure des solutions, pour Olivier Desclée. Il ne faut pas hésiter à demander l’avis d’un expert en chauffage lors de l’entretien ou de la panne."

Il peut aussi être question d’inconfort thermique (votre douche alterne eau chaude et froide), de diminution de rendement et donc d’augmentation de la consommation. Par exemple, "à la suite d’une extension de ménage ou d’une rénovation, un déséquilibre entre votre chaudière et votre consommation peut apparaître, selon les experts de Luminus. Avec une nouvelle chaudière, vous profiterez d’un confort sans souci."

D’après Lampiris, si le rendement relevé lors du dernier entretien de votre chaudière est inférieur à 90%, alors il faut réagir! "En effet, les nouvelles chaudières à condensation peuvent atteindre des rendements allant jusqu’à 109%."

2/Quel type de chaudière choisir?

Faut-il absolument posséder une chaudière au gaz à condensation pour avoir un système de chauffage énergétiquement performant? Non, "mais dans la plupart des cas, c’est la solution la plus adaptée", répond Olivier Desclée.

"Budgétairement et écologiquement, c’est même la meilleure solution dans un logement existant", ajoute Martine Moreau, la porte-parole de Luminus. De fait, une chaudière au gaz émet moins de CO2 qu’une chaudière au mazout (environ 25%) tandis que leur durée de vie est beaucoup plus longue. "En revanche, dans une nouvelle construction ou lors de rénovations structurelles, il existe des alternatives comme la pompe à chaleur combinée aux panneaux photovoltaïques et à la bonne isolation du logement."

En outre, pour ceux qui se chauffent au mazout, passer au gaz naturel est, pour Lampiris, la solution la plus évidente. "Cela peut même vous faire économiser jusqu’à 300 euros par an!" D’après les calculs de ce fournisseur d’énergie, un ménage moyen qui se chauffe au gaz naturel paie chaque année environ 1.180 euros. À titre de comparaison, la facture de mazout moyenne s’élève à 1.480 euros.

Ce fournisseur ajoute que les chaudières à mazout sont de toute façon vouées à disparaître. "Dans le Pacte Énergétique, les gouvernements ont décidé que plus aucune chaudière à mazout ne serait vendue après 2035."

3/Quel budget prévoir?

Le prix d’une nouvelle installation va dépendre de la composition du ménage (et donc de ses besoins) et des caractéristiques du bâtiment (année de construction et isolation). Pour une installation simple, Luminus estime que le budget de départ à prévoir est d’environ 3.500 euros. Pour Engie, c’est un peu plus (4.000 euros).

Concrètement, pour une installation au gaz dans une habitation unifamiliale d’une surface habitable moyenne de 100 à 200 m2, "vous devez compter entre 4.000 et 8.000 euros, selon Cozie. Pour un chauffage au mazout, c’est un peu plus cher. Les prix démarrent à partir de 7.000 euros."

4/Quelles sont les offres de financement?

Depuis quelques années déjà, Engie offre une solution de financement à ses clients qui souhaitent remplacer leur chaudière via son intermédiaire. Il s’agit d’un prêt à tempérament dont le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) s’élève actuellement à 1,55%. "Par exemple, vous habitez dans une maison de 185m² qui nécessite l’installation d’une chaudière au gaz coûtant 3.799 euros, selon les explications d’Engie. Cette somme est remboursable en 36 mensualités de 108,05 euros, soit un montant total à rembourser de 3.889,80 euros et donc un coût du crédit de 90,80 euros."

Est-il possible de trouver un financement moins cher? D’après un rapide coup de sonde auprès des principales banques du pays, seule Belfius offre un taux aussi bas en matière de crédit rénovation et/ou destiné à réaliser des économies d’énergie. Autrement dit, il ne faut pas nécessairement passer par Engie pour bénéficier du meilleur taux du marché.

©fr

Ceci dit, le taux offert par certaines banques est à peine plus élevé et se chiffre à 1,59%. C’est le cas chez CBC, KBC ou encore bpost. Pour d’autres grandes banques, comme ING ou BNP Paribas Fortis (BNPPF), il ne dépasse pas 1,95%.

Vaut-il mieux attendre Batibouw pour observer une baisse de ces taux? Il n’y a aucune certitude à ce sujet. Alors qu’ING, par exemple, annonce qu’elle ajustera ses taux si nécessaire (comme elle le fait par exemple lors du Salon de l’auto), BNPPF précise de son côté qu’elle n’applique pas d’office un taux promotionnel durant le salon de la construction et de la rénovation.

Mais pourquoi passer par une banque alors qu’il existe des crédits régionaux très bon marché (parfois même "gratuits"). À Bruxelles, le "Prêt vert" permet ainsi d’accéder à un financement de 0 à 1% (en fonction de vos revenus) pour réaliser des travaux d’amélioration énergétique dans votre habitation.

Côté wallon, la Région a prévu l’"Ecopack", qui fusionnera au printemps avec le "Renopack". La condition pour pouvoir bénéficier d’un taux à 0% pour le financement des travaux de rénovation ou économiseurs d’énergie est de disposer d’un revenu annuel brut par ménage inférieur à 97.700 euros.

Avant de craquer pour l’offre de remplacement de chaudière de votre fournisseur d’énergie (Luminus et Lampiris proposent aussi ce type de service), demandez donc plusieurs devis et comparez les prix.

5/Existe-t-il des primes?

En fonction de vos revenus, vous pouvez profiter d’un crédit à 0 ou 1% auprès des Régions, ce qui est inférieur aux taux proposés par les banques.

Les différentes Régions en octroient. Le remplacement d’une chaudière par une chaudière au gaz à condensation est même l’une des priorités de la Région bruxelloise en 2019. En effet, cette année, la prime destinée à cet investissement est passée de 700 à 1.200 euros pour les bas revenus. Cette année le gouvernement bruxellois a par ailleurs introduit une prime de 100 euros (pour les particuliers ayant un bas revenu) destinée au financement du contrôle périodique et obligatoire de la chaudière.

En Région wallonne, depuis le 1er mars 2018, les particuliers qui installent une chaudière au gaz naturel à condensation peuvent bénéficier d’une prime de base de 200 euros (plafonnée à 70% de la facture TVAC). Ceux qui font le choix d’une pompe à chaleur peuvent bénéficier quant à eux d’une prime de base à 1.500 euros. Ces montants peuvent être multipliés par trois dans le cas des ménages à bas revenus (inférieur ou égal à 23.000 euros par an). Notez que des changements sont attendus au printemps prochain, car le gouvernement wallon a annoncé vouloir réformer son système de primes.

6/Quid si je n’ai pas accès au gaz?

Raccorder son habitation au réseau de distribution de gaz naturel peut se révéler très onéreux en fonction de l’endroit où vous habitez. "Cependant, il s’agit d’une dépense unique et qui permet de bénéficier de primes", selon les experts de Lampiris.

De fait, jusqu’au 31 décembre 2019, Ores — le premier opérateur de réseaux de distribution d’électricité et de gaz naturel de Wallonie — propose une prime pour ceux qui veulent installer un système de chauffage à haut rendement. Par exemple, si vous n’avez pas de compteur gaz naturel, vous pouvez bénéficier du raccordement standard gratuit de votre habitation et d’une prime de 250 euros pour une nouvelle habitation ou d’une prime de 400 euros dans le cas d’une habitation existante.

Si un raccordement au gaz n’est pas possible, la pompe à chaleur reste une solution écologique pour les nouvelles constructions ou les habitations existantes subissant d’importantes rénovations, surtout si celle-ci est combinée à des panneaux photovoltaïques.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content