Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Riche, le Belge?

330.000 euros de patrimoine en moyenne... Le ménage Belge ne semble pas trop souffrir de la crise. Il agit (investit) avec prudence, il est vrai ...

(mon argent) - En 2008, le patrimoine des Belges avait fondu de 11% "seulement" sur un an, à 783,4 milliards d’euros (engagements compris). Et au 1er trimestre 2009, l’évaporation des capitaux a cessé: à 784,7 milliards d’euros, le patrimoine des Belges s’est stabilisé. Décryptage.

Deux précautions valent mieux qu’une…

D’abord, et cela ne surprendra personne, l’encours sur les comptes d’épargne ne cesse de grimper. 141 milliards à la fin 2007, 143,4 milliards à la fin 2008 et 165,8 milliards à la fin mai 2009. Il semble, à la lecture des résultats divulgués par la Banque nationale il y a quelques jours, que plusieurs sources semblent abreuver le sacro-saint compte d’épargne. En clair, la seule constitution d’actifs par les particuliers – l’épargne pure sur revenus disponibles- n’explique pas l’ampleur prise par l’encours des comptes d’épargne.

Publicité

Comme les crédits se stabilisent, en gros, la baisse des dépôts sur comptes à vue et à terme et les ventes de parts de placements collectifs (Sicav) semblent aussi profiter aux livrets classiques. Une des explications communément admises depuis l’éclatement de la crise est que le Belge épargne de plus en plus par précaution. Le taux d’épargne – part des revenus consacrée aux dépôts réglementés- a ainsi tendance à prendre résolument de la hauteur. En net repli depuis le début des années 2000, le taux d’épargne a repris des couleurs depuis la mi-2008. Alors qu’il avait atteint un sommet de 15,8% en 2002, il a reculé à 12,8% en 2008 mais approcherait déjà les 15% cette année.

D’ici à la fin 2009, la Banque nationale (BNB) estime que le Belge devrait mettre 16% de ses revenus disponibles de côté. Car il craint la crise et ne voit pas l’avenir spécialement en rose, manifestement. Et on ne peut pas lui donner du tort: de nombreuses études mettent en évidence une sortie de crise au second semestre 2010, pas avant. La dernière en date, publiée aujourd’hui lundi par Deloitte, montre que les CFO (directeurs financiers) des entreprises belges (51 ont été sondés en juin) ont repoussé leurs espoirs de reprise de 6 mois…

Risque banni

Ensuite, les actions n’ont toujours pas la cote. Même si les marchés boursiers ont tendance à bien se tenir depuis quelques mois – la plupart sont dans le vert depuis le début de l’année -, les particuliers continuent de les bouder. De 131 milliards d’euros à la fin 2008, les actions affichaient un encours de 129 milliards d’euros à la fin mars 2009. Le repli est certes marginal, mais il montre que les particuliers sortent toujours les parapluies pour se protéger du (fort) vent d’optimisme qui souffle sur les marchés.

Les fonds de placement subissent le même sort et continuent également d’être laissés au bord du chemin. Constat qui s’applique également de manière plus étonnante aux contrats d’assurance. Si la branche 23, tournée davantage vers les actifs risqués, ne séduit assez logiquement pas les investissements, les produits défensifs de la branche 21 ne compensent pas ce relatif désamour pour le risque. Selon une étude récente de Swiss Re, les Belges ont injecté 5% de moins l’an dernier dans des assurances-vie. Même les titres à revenu fixe (obligations) sont à la traîne, malgré les points de vue positifs des analystes et la baisse des taux d’intérêt. En matière d’épargne défensive, il est écrit que seul le compte d’épargne rentre dans les bonnes grâces du Belge pour le moment.

Pas à plaindre…

En termes nets, le patrimoine financier des Belges a un peu fondu en raison de la crise, c’est évident. Mais, en déduisant les engagements financiers (crédits hypothécaires essentiellement, encore en légère hausse au 1er trimestre 2009, à 180,1 milliards d’euros !) et en y ajoutant le patrimoine immobilier, on arrive aux alentours de 1.500 milliards d’euros (900 en patrimoine immobilier + 600 milliards net en patrimoine financier). Comme il y a 4,5 millions de ménages en Belgique, leur patrimoine moyen s’inscrit donc à 330.000 euros. Crise ou pas crise, cela reste plus qu’appréciable. En moyenne, naturellement…

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.