Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Téléchargez légalement et pas cher

Leader du marché mondial, la plateforme d'Apple ne détient pas le monopole du téléchargement en ligne. Certaines chansons peuvent être obtenues ailleurs pour moins cher ou même via l'achat de CD.
Publicité

(mon argent) – Selon les derniers chiffres publiés par la Belgian Entertainment Association (BEA), les ventes de musique via Internet sont en hausse de 20% en Belgique. Le téléchargement légal est passé de 8 à 11% de l'ensemble des ventes de musique au premier semestre 2010. En effet, environ neuf singles sur dix sont téléchargés tandis que pour les albums, 90% des ventes se font toujours via les revendeurs de CD. Une attitude peu compréhensible pour les aficionados du téléchargement. Pour la plupart d’entre eux, l’achat d’un album en ligne coûte moins cher. Ont-ils forcément raison? Pas sûr.

CD vs MP3

Prenons le cas du dernier album de Seal, le CD le plus vendu en Belgique l’année passée. Via iTunes, le téléchargement de l’album complet revient à 9,99 euros alors que certains magasins vendent "Soul" pour 6,99 euros. Autrement dit, pour 3 euros de moins, le consommateur dispose du CD officiel. Libre à lui ensuite de le transformer en musique numérique en quelques minutes via son ordinateur personnel.

L’inverse est aussi vrai et plus particulièrement pour les sorties d’albums récents. Le dernier opus "State of Trance" d’Armin van Buuren est vendu entre 18 et 20 euros selon les magasins. En ligne, il est disponible au prix de 11,99 euros, soit au minimum 6 euros de différence. 

Trop beau pour être vrai

L’offre du marché numérique est également en plein essor: il est désormais possible de télécharger plus de 12.000.000 de titres via 400 plateformes légales de téléchargement, soit 6.000.000 de titres de plus qu’en 2008. Dès lors, comment s’y retrouver dans cette jungle de sites de téléchargement? Lequel choisir et surtout pourquoi s’assurer de sa légalité?

La plupart des morceaux de musique sont vendus entre 0,69 et 1,29 euro sur le net. Pourtant, certaines plateformes proposent les tubes du moment à des prix dérisoires: de 3 à 10 cents d’euro la chanson. Les albums ne sont pas vraiment plus chers avec un prix oscillant entre 34 cents et 1 euro. C’est évident, pour proposer un tel prix, ces sites ne participent pas aux systèmes des droits d’auteurs.

Protégez vos
données privées
Comment faire?

L’internaute qui télécharge leur contenu, même s’il paye, est donc dans l'illégalité. "En théorie, il risque une peine de prison de 3 ans et une amende de 5.000 euros. Mais en pratique, les ayants droit et les tribunaux ne poursuivent pas les internautes. Ils s’attaquent plutôt aux sites proposant des contenus illicites", rassure Olivier Maeterlinck, le directeur général de la BEA. Il subsiste toutefois un danger. "Contrairement aux sites de téléchargement légaux, une partie de ces plateformes sont avant tout intéressées par vos données bancaires et personnelles. De véritables organisations criminelles peuvent se cacher derrières ces sites. En cas de problème, il est d’ailleurs pratiquement impossible de se retourner contre elles".

Où télécharger légalement?

Il n’est pas possible de citer l’ensemble des sites illégaux présents sur la toile, "d'autant que si ces portails sont amenés à fermer, ils réapparaissent rapidement sous un autre nom", prévient Olivier Maeterlinck. Par contre, le site Pro-Music répertorie l’ensemble des sites légaux avec un classement selon les pays. Il suffit donc à l’internaute d’aller vérifier si la plateforme de téléchargement est reprise dans cette liste régulièrement mise à jour.

16 sites sont à disposition des Belges, dont notamment: 7digital, Fnac et iTunes. Cela dit, rien n’oblige l’internaute belge à télécharger de la musique via ces sites. Il peut par exemple acheter de la musique sur le portail néerlandais Dance-Tunes ou le site français Starzik.

Restrictions territoriales

Néanmoins, compte tenu de certaines restrictions territoriales ou licences, il n’est pas toujours possible d’acheter de la musique où bon vous semble. A titre d’exemple, le service de téléchargement mp3 d’Amazon France propose le Best Of de Jean Ferrat pour 13,98 euros et la musique à l’unité pour 0,79 euro. Sur iTunes Belgique, la même compilation coûte 15,99 euros et revient à 0,99 euro par chanson. Mais au moment où l’internaute voudra acheter la compilation la moins chère, Amazon indiquera que le contenu n’est pas disponible pour la Belgique. Cette restriction varie d’un artiste à l’autre "et dépend des contrats passés entre les maisons de disque, les bureaux d’auteurs et le site de vente", explique la Sabam.

Cette restriction concerne uniquement le contenu digital: rien n’empêche donc l’achat de l’album CD de Jean Ferrat via Amazon France au prix de 17,99 euros. Dans ce cas là, autant passer par iTunes, surtout qu’une commande inférieure à 20 euros est majorée de frais d’expédition. 

Comparez les offres

Bien entendu, dans la recherche du meilleur prix, il ne faut pas se limiter à une ou deux plateformes. En outre, les sites de téléchargement n'imposent pas tous une restriction territoriale. Pour revenir en France et sur un site légal, Qobuz permet aux Belges de télécharger le Best of de Jean Ferrat. Mais dans ce cas précis, le prix est le même qu’iTunes. La seule différence notable réside dans la qualité d’encodage du fichier: ils ont une qualité sonore de 320 kbps (kilobits par seconde).

Sur iTunes, c’est un niveau en dessous avec une qualité de 256 kbps. Une différence néanmoins peu perceptible pour beaucoup de personnes. Dans le même ordre d’idée, le titre "Big girls don’t cry" de Fergie coûte 1,29 euro sur iTunes. L’internaute belge peut le télécharger depuis la Belgique sur les sites français Qobuz ou Starzik pour 0,99 euro.

L’avenir de la musique en ligne

L’internaute a de plus en plus l’occasion de consommer de la musique gratuitement et légalement. Disponible seulement depuis la France, Beezik permet par exemple aux internautes de télécharger des tubes à condition d’avoir visionné au préalable un message publicitaire. D’ici 2011, ce service sera également disponible pour le public belge.

Mais le modèle le plus en vogue actuellement est celui de Spotify. Techniquement, l’internaute ne doit rien payer pour écouter tout le catalogue du site (8 millions de titres). Il a juste à supporter quelques coupures publicitaires. Par contre s’il prend un abonnement, il n’est alors plus interrompu par la publicité.

Enfin, si une musique du catalogue lui plaît, il peut l’acheter directement sur Spotify. "Malheureusement, Spotify n’est pas encore accessible depuis la Belgique, mais des pourparlers ont actuellement lieu en ce sens", explique Olivier Maeterlinck. Faut-il vraiment attendre? Non, ce service est accessible aux Belges depuis Qobuz. À bon entendeur …

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés