Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Votre facture "énergie" en hausse malgré tout?

Plusieurs fournisseurs de gaz se trouvent dans le collimateur parce qu’ils ont augmenté leurs tarifs malgré le gel des prix de l’énergie depuis le 1er avril. Les entreprises tirent la sonnette d’alarme. Les consommateurs doivent-ils aussi se faire du souci?
©shutterstock

Depuis le 1er avril, le gouvernement a gelé les prix de l'énergie. Pour faire le point sur la tarification, notamment. Mais les fournisseurs ne l'entendent manifestement pas de cette oreille. Electrabel et Luminus ont ainsi augmenté leurs prix du gaz au 1er avril. Le ministre de l'économie vanden Lanotte a conseillé aux entreprises de contester et de ne pas payer leurs factures de gaz plus élevées. 

Et pour les consommateurs, quel impact cette hausse des prix peut-elle avoir? "A court terme, l’augmentation tarifaire des fournisseurs de gaz n’aura aucun impact sur les consommateurs", lance Nico De Bie, de l’association de défense des consommateurs Test-Achats. "Les clients qui ont un contrat à prix fixe savent au centime près quel tarif sera appliqué. Il est possible que ceux qui ont un contrat avec tarif indexé constatent, en fin d’année, que les prix ont augmenté."

Publicité

Le ministre de l’économie, Johan Vande Lanotte, conseille aux entreprises de contester leur facture énergétique, mais les particuliers ne doivent pas encore en arriver là. Cela n’aurait pas de sens. Les entreprises reçoivent leur facture tous les mois et sentent donc directement l’impact d’une hausse tarifaire. Ce que les particuliers paient chaque mois est en réalité une avance, et le décompte final n’est envoyé qu’à la fin de l’année.

S’ils ont des doutes à propos des tarifs, les consommateurs pourront contester leur décompte annuel. Pour éviter les ennuis juridiques, Test-Achats conseille de payer la facture " sous toute réserve ". Si un décret annulant la hausse des tarifs est voté ultérieurement, le consommateur pourra se faire rembourser le trop-perçu. "Nous conseillons aussi aux clients concernés de comparer les tarifs et de changer éventuellement de fournisseur. La prochaine fois, les fournisseurs d’énergie y réfléchiront peut-être à deux fois avant de prendre des initiatives aussi peu sympathiques et aussi peu acceptables pour leurs clients", ajoute Nico De Bie.

Jusqu’à présent, les consommateurs belges franchissent encore rarement ce pas. En 2010, seuls 6% des Belges ont changé de fournisseur. Il existe pourtant suffisamment d’outils de comparaison, comme par exemple le site indépendant du régulateur flamand " Vlaamse Energiergulator ou VREG" ou MesFournisseurs.

Les clients qui changent de fournisseur doivent payer un dédommagement forfaitaire de 50 à 75 euros. "Nous espérons que ce dédommagement sera interdit avant l’été" nous confie la porte-parole du secrétaire d’État à l’énergie Melchior Wathelet. Le texte de loi a déjà été approuvé par le conseil des ministres, mais il doit encore être examiné par le Conseil d’État.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.