Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Vous regrettez vos propos? Effacez-les avant qu'ils ne vous coûtent!

Comme c'était déjà le cas pour WhatsApp, Messenger permet désormais aussi d'effacer des messages involontaires, erronés ou que vous pourriez regretter. Explications.
©Shutterstock

Depuis cette semaine, il est désormais possible — comme sur WhatsApp — d’effacer un ou plusieurs message(s) que vous venez d’envoyer à un contact sur Messenger (la messagerie instantanée de Facebook). Peu importe si le message a été lu ou non, vous avez une dizaine de minutes pour le retirer.

En pratique, il faut appuyer de manière continue sur le message à supprimer, une option apparaîtra alors à l’écran pour le supprimer. Au-delà de dix minutes, vous pourrez encore l’effacer mais uniquement pour vous (ce qui n’a pas vraiment d’intérêt). De fait, cette nouvelle peut sembler anodine mais elle pourrait vous être bien utile. Imaginons que, sous le coup de la colère, vos mots dépassent votre pensée et que vous les regrettiez! Pas de problème, il suffira de les effacer comme expliqué ci-dessus. Cette démarche pourrait vous éviter une éventuelle plainte pour injure, calomnie ou diffamation.

Autre exemple: il y a moins de dix ans, quand les messageries instantanées Internet n’étaient pas encore devenues la norme de communication entre les téléphones portables, l’envoi d’un sms a été considéré comme un acte juridiquement valable pour l’achat d’une maison par un juge du tribunal de première instance de Gand. Pour rappel, un couple avait accepté par sms une offre sur sa maison. Lorsqu’il a reçu ensuite une offre plus élevée, il a finalement décidé de signer avec le plus offrant. Le couple pensait que son sms n’avait pas force légale et il n’estimait pas être tenu à vendre son bien au premier candidat.

La décision du juge gantois a ensuite été confirmée par la Cour d’appel de Gand, qui avait ajouté qu’un sms en soi ne suffit pas, il doit être accompagné de preuves qui montrent qu’un accord entre les parties a été conclu. Dans ce cas précis, la preuve complémentaire a été fournie par la facture de l’opérateur GSM, où il s’avérait que les deux parties avaient eu de nombreux contacts.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés