Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Des dizaines de conseils pour acheter en ligne sans risque

Moyennant quelques précautions et réflexes, il est possible d'effectuer des achats en ligne en toute sécurité, que ce soit à un professionnel ou à un particulier.
©Filip Ysenbaert

1/ Fausses boutiques

Les biens que vous convoitez ne se trouvent pas forcément sur vos boutiques en ligne favorites. Or, sur Internet, les sites trompeurs et malveillants sont très nombreux. Il existe heureusement des outils et des astuces pour démasquer les fausses boutiques.

Tout d’abord, analysez l’adresse de la boutique, et plus particulièrement le nom de domaine, surtout si celui-ci semble être celui d’une enseigne connue. Par exemple, le nom de domaine de zalando.com, c’est juste "zalando". Si une adresse ressemble à "store-zalandocom.com" ou encore "zalando.belgique.com", passez directement votre chemin. Dans ce cas, le nom de domaine est "belgique".

Ceci dit, l’adresse "fr.zalando.be" existe et correspond bien à Zalando. Ce qui peut être trompeur. Par conséquent, pour être certain d’atterrir sur une boutique en ligne officielle, vous pouvez effectuer des vérifications supplémentaires, notamment en contrôlant le numéro d’entreprise.

En effet, un commerçant doit toujours être enregistré officiellement dans le pays où son commerce est établi. C’est rapide et facile via l’outil "Public Search" de la Banque Carrefour des Entreprises, disponible via la plateforme du SPF Économie. Ce numéro à 10 chiffres, qui commence par un zéro, se trouve généralement dans la partie "Mentions légales", ou du côté des rubriques "À propos de nous" ou des "Conditions générales".

D’ailleurs, dans ces rubriques, vous devez en principe trouver une adresse postale. Les autorités fédérales recommandent de faire une recherche, par exemple sur Google Maps, histoire de vérifier si celle-ci existe ou si elle n’est pas située dans un lieu qui semble à priori étrange.

La date d’enregistrement d’un site constitue un excellent indicateur de son sérieux.
CEC Belgique

Elles conseillent également d’appeler la boutique et de poser de questions sur les produits concernés. "Le numéro n’existe pas ou vous ne recevez pas d’informations claires? Passez votre chemin et laissez tomber cette boutique en ligne."

Si vous souhaitez faire des vérifications supplémentaires, "la date d’enregistrement d’un site constitue un excellent indicateur de son sérieux", selon les conseils du Centre Européen de Consommateurs (CEC). "Un site qui est enregistré depuis longtemps et qui ne fait l’objet d’aucun commentaire négatif sur la toile est en principe digne de confiance."

En pratique, vous pouvez contrôler la date d’enregistrement d’un site internet via Eurodns ou Whois.

Enfin, le CEC vous conseille de "ne pas vous fier bêtement aux labels mais de vérifier sur le site web du label si le vendeur y est effectivement affilié."

2/ Sollicitations

Vous pourriez aussi être directement sollicité par e-mail, notamment avec une offre qui semble provenir d’une enseigne connue. Avant de cliquer sur le moindre lien, inspectez scrupuleusement le courriel de l’expéditeur. Souvent, cette adresse e-mail n’aura strictement rien à voir avec l’enseigne concernée ou alors elle l’imitera grossièrement. Par exemple: info@boutiquezalando.ru.

Attention, une adresse e-mail légitime n’offre toujours pas de garanties quant à la véracité de l’e-mail.
Safeonweb

"Mais attention, une adresse e-mail légitime n’offre toujours pas de garanties quant à la véracité de l’e-mail", prévient Safeonweb. Dans le doute, placez toujours le curseur de votre souris sur le lien sans cliquer dessus afin de vérifier le nom de domaine.

Le Centre Européen des Consommateurs vous invite également à redoubler de vigilance à l’égard des fenêtres qui s’affichent sur votre écran sans manipulation de votre part et qui concernent des offres commerciales.

3/ Paiement

Si lors d’un achat, vous décidez d’opter pour une boutique en ligne qui vous est inconnue, les autorités fédérales insistent pour que vous restiez sur vos gardes tout au long de la procédure de paiement.

"Utilisez uniquement les services de paiement que vous connaissez et auxquels vous êtes familiarisés. Quelque chose d’inhabituel se produit par rapport à la procédure normale? Interrompez la procédure de paiement."

Avant de vous lancer dans un paiement, vous pouvez aussi vérifier la validité d'un numéro de compte renseigné dans les conditions générales de la plateforme commerciale depuis fr.iban.com.

Ceci dit, peu importe la plateforme depuis laquelle vous effectuez vos achats, retenez bien ceci:

  • Aucun vendeur n’a besoin de votre code secret bancaire;
  • Ne donnez d’ailleurs pas d’informations personnelles qui ne sont pas nécessaires pour la transaction. Par exemple, un vendeur  n’a pas besoin connaître votre numéro de registre national ou le montant de votre salaire.
  • Soyez méfiant: si un vendeur n’accepte que des paiements en espèces, n’achetez pas.
  • Effectuez une procédure d’achat seulement si l’adresse du site commence par https.
  • Pour prévenir toute intrusion malveillante en ligne, utilisez un bon anti-virus.

4/ Droit de rétractation

Lorsque vous effectuez un achat depuis une plateforme située au sein de l’Espace Economique Européen (c’est-à-dire au sein de l’Union européenne, de la Norvège, de l’Islande et de Liechtenstein), vous êtes protégé par la législation européenne qui confère de nombreux droits aux consommateurs européens.

Vous disposez notamment d’un droit de rétractation. Sauf exception, celui-ci vous permet de renoncer à un achat en ligne dans un délai de 14 jours, sans motif et sans frais. Dans ce cas, le vendeur est tenu de vous rembourser la totalité des sommes versées, à l’exception des frais de renvoi (qui sont en principe à votre charge à moins que le vendeur ait stipulé dans ses conditions générales qu’il les prenait à sa charge).

5/ Garantie légale

Tant que vous continuez à faire vos achats sur une plateforme en ligne située dans l’EEE, vous avez les mêmes droits en matière de garantie légale que pour les achats effectués dans un commerce physique. Celle-ci a une durée de validité de deux ans.

Pour rappel, elle couvre tout défaut apparaissant dans les deux ans après la livraison du bien. Elle permet d’obtenir sans frais, la réparation, le remplacement ou le remboursement du produit défectueux.

6/ Colis

Lorsqu’un colis n’arrive pas, qu’il arrive endommagé ou qu’il n’est pas conforme, vous disposez de droits à faire valoir.

7/ Achat hors UE

Si vous effectuez des achats sur une plateforme située dans un pays qui n’appartient pas à l’EEE, vous devrez vous appuyer sur la législation du pays où est établi le site web.

Pour les achats réalisés en dehors de l'Espace Economique Européen, des taxes et des frais douanes peuvent s’appliquer et faire gonfler votre facture finale.

Par ailleurs, des taxes et des frais douanes peuvent s’appliquer et faire gonfler votre facture finale.

Par exemple, depuis le 1er janvier 2021, les achats réalisés depuis une plateforme en ligne britannique sont assimilés à des importations extracommunautaires au même titre que les achats effectués auprès des autres vendeurs non européens. Cela signifie qu’en fonction de la nature du bien et de son prix, vous devrez éventuellement payer des taxes à la livraison.

Attention, passer une commande depuis une plateforme située au sein de l’EEE ne vous met pas d’office à l’abri de ces frais inattendus. Par exemple, toutes les commandes passées depuis Amazon.fr ne sont pas exclusivement expédiées et livrées par ce géant mondial de l’ecommerce.

De fait, n’importe quel tiers (situé dans n’importe quel coin du monde) peut utiliser cette plateforme pour écouler ses produits! C'est le "Marketplace" d'Amazon.

Cela signifie que si le produit qui vous intéresse est proposé par un fabricant chinois et que ce dernier se sert uniquement de la vitrine offerte par Amazon pour vendre ses produits (c’est-à-dire qu’il se charge ensuite lui-même de leur expédition sans recourir au service Expédié par Amazon), alors il y a des chances que vous receviez un courrier de bpost - vous invitant à payer des frais supplémentaires - avant même de pouvoir ouvrir votre colis.

8/ Achat entre particulier

Grâce notamment aux réseaux sociaux, le marché de l’occasion a le vent en poupe depuis quelques années. Un succès auquel les escrocs ne sont pas insensibles puisque, par exemple, des centaines de Belges, désireux de vendre leur voiture de gré à gré, en ont déjà fait les frais.

En résumé, il ne faut jamais faire confiance au procédé qui consiste à montrer une preuve de virement sur l’écran d’un smartphone (ou même sur papier) car il est très facile de faire un beau photomontage qui indique qu’un montant a été viré en faveur du vendeur.

N'acceptez non plus jamais les paiements par transfert d’argent via une société comme Western Union.

Que faire alors? Vous pouvez bien sûr utiliser des applications comme Payconiq By Bantontact pour limiter les risques. Cependant, les montants des transactions sont relativement limités via cette app.

Il y a bien d’autres solutions. Notamment la fonction "Digitrust" (iOS & Android & Web) de l'app Digiteal (qui permet de vérifier les identités et sécuriser l’argent avant toute transaction).

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés